SOUSTELLE JACQUES (1912-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Scientifique et homme politique, Jacques Soustelle a mené deux carrières parallèles.

Sa vocation première, il la trouva au Mexique, au contact des Indiens qu'il partit étudier sur les terres froides du plateau central et dans la forêt humide du Yucatan. Après de brillantes études secondaires à Lyon, il intègre à dix-sept ans l'École normale supérieure de la rue d'Ulm. À vingt ans, il est reçu premier à l'agrégation de philosophie. Mais c'est la recherche et l'ethnologie qui l'attirent et il obtient d'être envoyé en mission au Mexique. Les deux années qu'il va y passer, de 1932 à 1934, orientent de manière irréversible le jeune chercheur. Il se consacre à l'ethnologie de terrain, apprend les langues vernaculaires, se prend d'affection pour les cultures indigènes. À son retour à Paris, il rédige une thèse monumentale sur les Otomis du Mexique central, un essai sur les Lacandons du Chiapas et un attachant récit anthropologico-philosophique, Mexique, terre indienne. Son destin paraît tracé : au côté de Paul Rivet, il est l'un des fondateurs du nouveau musée de l'Homme, dont il devient sous-directeur ; en 1939, il enseigne au Collège de France où il prononce une série de conférences sur La Pensée cosmologique des anciens Mexicains. Le livre, publié l'année suivante, deviendra un classique.

Mais la guerre interrompt brusquement la trajectoire scientifique de Soustelle : militant de l'extrême gauche non communiste, il rallie le général de Gaulle et la France libre à Londres dès juillet 1940. Il reçoit la charge de coordonner les services de renseignements, ce dont il s'acquittera jusqu'à la fin des hostilités. Ministre de l'lnformation en 1945 puis ministre des Colonies, Jacques Soustelle exerce ensuite les fonctions de secrétaire général du R.P.F. que vient de créer le général de Gaulle. En 1951, élu député du Rhône, il préside le groupe parlementaire R.P.F. au Palais-Bourbon. Mais le sabordage du groupe gaulliste deux ans plus tard rend sa liberté au chercheur ; Soustelle met alors en chantier [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  SOUSTELLE JACQUES (1912-1990)  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le soulèvement paysan du 20 août 1955 »  : […] Avec la dissolution de la principale organisation indépendantiste algérienne, le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (M.T.L.D.), et l'envoi, le 1 er  décembre 1945, de renforts militaires, Pierre Mendès France et François Mitterrand pensent mater sans peine une rébellion très minoritaire. Ils se trompent. Le 5 février 1955, Mendès France doit démissionner […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_37685

Pour citer l’article

Christian DUVERGER, « SOUSTELLE JACQUES - (1912-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-soustelle/