Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SOUSTELLE JACQUES (1912-1990)

Scientifique et homme politique, Jacques Soustelle a mené deux carrières parallèles.

Sa vocation première, il la trouva au Mexique, au contact des Indiens qu'il partit étudier sur les terres froides du plateau central et dans la forêt humide du Yucatan. Après de brillantes études secondaires à Lyon, il intègre à dix-sept ans l'École normale supérieure de la rue d'Ulm. À vingt ans, il est reçu premier à l'agrégation de philosophie. Mais c'est la recherche et l'ethnologie qui l'attirent et il obtient d'être envoyé en mission au Mexique. Les deux années qu'il va y passer, de 1932 à 1934, orientent de manière irréversible le jeune chercheur. Il se consacre à l'ethnologie de terrain, apprend les langues vernaculaires, se prend d'affection pour les cultures indigènes. À son retour à Paris, il rédige une thèse monumentale sur les Otomis du Mexique central, un essai sur les Lacandons du Chiapas et un attachant récit anthropologico-philosophique, Mexique, terre indienne. Son destin paraît tracé : au côté de Paul Rivet, il est l'un des fondateurs du nouveau musée de l'Homme, dont il devient sous-directeur ; en 1939, il enseigne au Collège de France où il prononce une série de conférences sur La Pensée cosmologique des anciens Mexicains. Le livre, publié l'année suivante, deviendra un classique.

Mais la guerre interrompt brusquement la trajectoire scientifique de Soustelle : militant de l'extrême gauche non communiste, il rallie le général de Gaulle et la France libre à Londres dès juillet 1940. Il reçoit la charge de coordonner les services de renseignements, ce dont il s'acquittera jusqu'à la fin des hostilités. Ministre de l'lnformation en 1945 puis ministre des Colonies, Jacques Soustelle exerce ensuite les fonctions de secrétaire général du R.P.F. que vient de créer le général de Gaulle. En 1951, élu député du Rhône, il préside le groupe parlementaire R.P.F. au Palais-Bourbon. Mais le sabordage du groupe gaulliste deux ans plus tard rend sa liberté au chercheur ; Soustelle met alors en chantier un de ses ouvrages majeurs, La Vie quotidienne des Aztèques, qui paraît en 1955.

En janvier de cette même année, nouveau tournant du destin : Pierre Mendès France nomme Jacques Soustelle gouverneur général de l'Algérie alors qu'ont éclaté les premières insurrections. Fraîchement accueilli à Alger, il devient quelques mois plus tard une figure charismatique, porteur déterminé de tous les espoirs d'une Algérie française. Rappelé en janvier 1956, il mène désormais un double combat, contre l'abandon de l'Algérie et pour le retour du général de Gaulle au pouvoir. De nouveau ministre en 1958 dans le premier gouvernement de la Ve République, il s'oppose toutefois fermement à la politique algérienne du général de Gaulle, au point de choisir la rupture et l'exil en décembre 1961 pour échapper à une arrestation humiliante. Des sept années d'errance qui vont suivre, en Belgique, en Autriche, au Portugal, en Italie, vont naître deux sortes de publications : des « livres-blessures » comme l'Espérance trahie ou Aimée et Souffrante Algérie, coulés d'une traite, où s'épanchent les douleurs du combat perdu, attisées par la certitude d'avoir raison contre l'histoire. Et des ouvrages scientifiques de synthèse, comme L'Art du Mexique ancien, le volume Mexique de la collection Archeologia Mundi de Nagel ou le Que sais-je ? sur les Aztèques. Là, Soustelle se révèle un vulgarisateur de haut niveau, découvrant une veine à laquelle il reviendra plus tard avec Les Olmèques (1979) et Les Mayas (1982).

L'Algérie et le Mexique ont-ils été pour lui des thèmes de réflexion qui ont interagi ou bien est-on en présence de deux itinéraires cloisonnés ? On sera tenté de chercher la réponse dans la lecture[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Sacrifice humain chez les Aztèques - crédits :  Bridgeman Images

Sacrifice humain chez les Aztèques

Autres références

  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    Sans le dire, la France entre en guerre et rappelle 60 000 réservistes. Jacques Soustelle, le gouverneur général de l'Algérie, jusque-là favorable à une intégration de l'Algérie à la France, est bouleversé par les massacres d'Européens et bascule dans le camp de la répression. Le temps des réformes...
  • GUERRE D'ALGÉRIE

    • Écrit par Benjamin STORA
    • 6 112 mots
    • 13 médias
    Sans le dire, la France entre en guerre et rappelle 60 000 réservistes. Jacques Soustelle, le gouverneur général de l'Algérie, jusque-là favorable à une intégration de l'Algérie à la France, est bouleversé par les massacres d'Européens et bascule dans le camp de la répression. Le temps des réformes...
  • MALTE CONVENTION DE (1992)

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 880 mots

    La « Convention européenne pour la protection du patrimoine archéologique » fut actée lors de la réunion du Comité des ministres du Conseil de l’Europe à Malte, le 16 janvier 1992. Le Conseil de l’Europe, dont le siège est à Strasbourg, fondé en 1949 et rejoint par les pays d’Europe orientale...

Voir aussi