COEN JOEL (1954- ) & ETHAN (1957- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

George Clooney

George Clooney
Crédits : Working Title/ Universal/ Album/ AKG-images

photographie

Inside Llewyn Davis, Joel et Ethan Coen

Inside Llewyn Davis, Joel et Ethan Coen
Crédits : CBS Films/ StudioCanal/ D.R.

photographie


Le cinéma américain des années 1990 a vu l'affirmation du talent singulier des frères Coen. Cette entité unique (« les frères Coen ») n'est scindée, par nécessité formelle, que dans les génériques de ses films : Joel (qui a fait des études de cinéma à New York) y apparaît comme le metteur en scène ; Ethan (qui a fait des études de droit à Princeton) est désigné comme le producteur, et tous deux sont crédités en tant que scénaristes. Cette répartition donne l'avantage, artistiquement, à Joel. Mais en 1998, c'est Ethan qui publie un recueil de nouvelles particulièrement réussies, J'ai tué Phil Shapiro, qui en apprennent beaucoup sur l'inspiration des Coen : les histoires policières y côtoient les récits autobiographiques situés dans la communauté juive d'une Amérique profonde qui pourrait être celle du Minnesota, où les deux frères sont nés (en 1954 pour Joel, en 1957 pour Ethan).

Un burlesque noir

Venus au cinéma par la voie marginale mais créative des films d'horreur à petits budgets (Joel monte Evil Dead, 1983, de Sam Raimi, pour lequel il écrira avec Ethan le scénario Mort sur le grill, 1985), les frères Coen se distinguent d'emblée par leur style : « filmeurs » inventifs, ils s'autorisent les effets de cadrage les plus extravagants, mais possèdent aussi une connaissance achevée de la grammaire classique du cinéma. Les variations dont ils sont capables illustrent leur volonté de traiter chaque situation et chaque personnage de la façon la plus appropriée visuellement, l'important étant d'abord d'instaurer un jeu avec le spectateur, et ensuite de lui raconter une histoire dont, la plupart du temps, la logique et le sens sont nimbés de mystère et/ou de fantaisie. Dans sa grande variété, l'œuvre des Coen ne perd cependant jamais sa cohérence, d'autant qu'elle se divise clairement en deux veines explorées parallèlement : le cinéma de genre, qui privilégie la maîtrise formelle ; le cinéma de la frénésie des images, influencé par l'esprit de la bande dessinée mais ne relevant d'aucun genre établi, sinon de ce qui est un genre en soi : un film des frères Coen.

Blood Simpl [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COEN JOEL (1954- ) & ETHAN (1957- )  » est également traité dans :

BARTON FINK, film de Joel et Ethan Coen

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 916 mots

Lorsque les frères Coen reçoivent, en 1991, la palme d'or du festival de Cannes pour Barton Fink, ils ont derrière eux une œuvre encore peu abondante mais remarquée, caractérisée par leur goût pour l'insolite, la dérision et l'humour noir. Leurs personnages sont très dessinés, à la limite de la caricature, et leur mise en scène, réputée méticuleuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barton-fink/#i_70491

FARGO (J. et E. Coen)

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 485 mots

Sixième film de Joel et Ethan Coen, Fargo est le point d'orgue momentané d'une œuvre jeune et inventive qui, entre la rigueur formelle d'un classicisme retrouvé et la distanciation souvent facétieuse de la postmodernité, a su trouver une place sans équivalent dans le cinéma américain contemporain. L'un et l'autre scénaristes de leurs films, les frè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fargo/#i_70491

INSIDE LLEWYN DAVIS (J. et E. Coen)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 068 mots
  •  • 1 média

Trois ans après le succès commercial de True Grit, Joel et Ethan Coen sont revenus à une inspiration plus personnelle et intime. Inside Llewyn Davis (2013) s’inscrit en effet dans la lignée de Barton Fink (1991), The Barber (2001) et A Serious Man (2008). Le destin d’un homme sans destinée permet aux deux cinéastes d’offrir sans doute leur œuvre la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inside-llewyn-davis/#i_70491

NO COUNTRY FOR OLD MEN (J. et E. Coen)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 926 mots

Adapté d'un roman de Cormac McCarthy, auteur phare du roman américain contemporain, No Country for Old Men (2007) est l'une des réussites majeures des frères Coen. Dès leurs débuts, ceux-ci ont affectionné particulièrement la périphérie du film noir. Ils l'ont abordé par le biais de l'intrigue crapuleuse à la James Cain (Blood Simple [Sang pour san […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/no-country-for-old-men/#i_70491

THE BIG LEBOWSKI (J. et E. Coen)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 986 mots

Dans Fargo, un bon citoyen rapporte à un adjoint du shérif, en train d'enquêter sur une série de meurtres, qu'il a, dans un bar, rencontré un inconnu qui lui a paru suspect. « À quoi ce type ressemblait-il ? », questionne le policier. « C'était un petit gars, à l'air bizarre », répond l'homme. « Comment ça ? » demande le policier. « De manière bana […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-big-lebowski/#i_70491

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_70491

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'hybridation des genres »  : […] Dans une période plus récente, une autre personnalité a dominé la comédie américaine moderne, faisant triompher un « humour juif » déjà illustré dans le domaine burlesque par les Marx Brothers au début du parlant, Jerry Lewis ou Mel Brooks ( Les Producteurs , 1969 ; La Folle Histoire du monde , 1981). Woody Allen crée un personnage original à for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_70491

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 417 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un archipel cinématographique »  : […] C'est dans ce sens qu'on a pu dire que l'essentiel du cinéma américain qu'on apprécie en France est le produit des indépendants. Mais l'augmentation des coûts de production, lié à l'utilisation de technologies de pointe comme à l'augmentation des frais de production, en particulier les cachets des acteurs, menace cette indépendance. Cela n'a pas em […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/#i_70491

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 322 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un genre multiple »  : […] En 1980, Bob Raphelson réalise Le facteur sonne toujours deux fois ( The Postman Always Rings Twice ). Cette quatrième adaptation du polar éponyme de James M. Cain se distingue des précédentes par la mise en images de la passion charnelle des amants meurtriers ainsi que par l'absence de tout jugement moral sur leurs actions. Dans les années qui su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/film-policier/#i_70491

Pour citer l’article

Frédéric STRAUSS, « COEN JOEL (1954- ) & ETHAN (1957- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/coen-joel-et-ethan/