THE BIG LEBOWSKI (J. et E. Coen)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans Fargo, un bon citoyen rapporte à un adjoint du shérif, en train d'enquêter sur une série de meurtres, qu'il a, dans un bar, rencontré un inconnu qui lui a paru suspect. « À quoi ce type ressemblait-il ? », questionne le policier. « C'était un petit gars, à l'air bizarre », répond l'homme. « Comment ça ? » demande le policier. « De manière banale », précise le témoin. Pour absurde qu'elle soit, cette définition implicite de la bizarrerie pourrait s'appliquer à la très grande majorité des personnages qui peuplent les films des frères Joel et Ethan Coen, grouillant d'une humanité bigarrée dont le dénominateur commun est l'étrangeté au point que l'extraordinaire y est l'ordinaire et le particulier le général.

De toutes les œuvres des deux cinéastes, The Big Lebowski (1997) est, nonobstant Raising Arizona (Arizona Junior), celle où cette faune est la plus nombreuse et la plus diverse. Interprété par Jeff Bridges, son héros, the Dude, hippie attardé, gros consommateur de cocktails et de joints et champion du monde de la paresse, est déjà entouré de curiosités. Ainsi Walter, son ami (John Goodman), macho fier-à-bras et fort en gueule, ancien du Vietnam auquel il ramène tout, ou Quintana (John Turturro), Latino narcissique, arrogant et ambigu... Mais l'aventure dans laquelle il va être précipité lui fera approcher quantité d'autres personnages de la même veine, parmi lesquels une artiste pop féministe (Julianne Moore), Walkyrie de la peinture « vaginale », et trois nihilistes allemands ne sont pas les moins pittoresques. C'est que le Dude – bien qu'il soit l'antithèse du « privé » – va se trouver projeté dans une aventure rappelant par bien des points Le Grand Sommeil. Le moteur de l'intrigue des romans de Raymond Chandler, l'enquête, qui se tient généralement à Los Angeles et dans ses environs, amène son protagoniste à évoluer dans les différentes strates sociales de la cité. Comme le héros chandlérien, le Dude évolue à l'aveuglette à l'intérieur d'une histoire nébuleuse au cours de laquelle il est passé à tabac, enlevé, arrêté, drogué et vampé et où il rencontre un [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification

Pour citer l’article

Alain GAREL, « THE BIG LEBOWSKI (J. et E. Coen) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-big-lebowski/