COCCIDIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Sarcocystidés (ou Sarcosporidies)

Les observations en microscopie électronique de ces parasites (connus depuis près d'un siècle mais un peu oubliés) ont montré une grande ressemblance avec les Coccidies et ont relancé les études relatives à leur mode de transmission qui a été enfin complètement élucidé.

Le cycle évolutif est caractérisé par l'existence obligatoire de deux hôtes successifs : un prédateur, par exemple carnassier, (hôte définitif) et une proie, herbivore ou omnivore (hôte intermédiaire). La schizogonie s'effectue chez la proie tandis que la gamogonie et la sporogonie sont strictement localisées dans la paroi de l'intestin du prédateur. Exemple : Sarcocystis (= Isospora) suihominis (effectue son cycle entre le porc et l'homme ;  ; Melhorn 1979). Le porc, hôte intermédiaire, s'infecte par ingestion de sporocystes qui ont été rejetés dans les excréments de l'homme. Dès le 4e jour les schizontes sont observés dans les cellules andothéliales du foie puis dans celles de divers autres organes. Les schizontes sont logés dans le cytoplasme même de la cellule-hôte ; leur noyau devient géant puis se fragmente et donne un grand nombre de mérozoïtes qui se multiplient à nouveau du 15e au 19e jour après l'infection. À ce stade de prolifération intense du parasite, l'hôte est souvent gravement malade et meurt parfois. C'est ainsi que les Sarcosporidies sont souvent la cause de lourdes pertes dans les élevages intensifs (Sarcosporidiose). Mais si l'animal survit les mérozoïtes essaiment vers le 20e jour par le système circulatoire vers le tissu musculaire où ils vont former, à l'intérieur des fibres, des kystes bourrés de germes infectieux capables d'assurer l'infestation de l'hôte définitif, c'est-à-dire l'homme. Ce dernier s'infecte en ingérant des mérozoïtes (4e) apportés par la viande de porc crue ou mal cuite. L'homme souffre alors d'une diarrhée intense et sévère pouvant aller jusqu'au collapsus, après avoir seulement mangé 100 grammes de viande de porc infecté. Il faut d'ailleurs re [...]

Sarcocystis sui-hominis : cycle

Dessin : Sarcocystis sui-hominis : cycle

Dessin

Cycle de « Sarcocystis sui-hominis » (d'après Mehlhorn, 1979). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Eimeria : cycle

Eimeria : cycle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Adelina Cryptocerci : cycle

Adelina Cryptocerci : cycle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sarcocystis sui-hominis : cycle

Sarcocystis sui-hominis : cycle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Anophèle (moustique)

Anophèle (moustique)
Crédits : Tim Flach/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  COCCIDIES  » est également traité dans :

TOXOPLASMOSE

  • Écrit par 
  • Georges DESMONTS
  •  • 2 388 mots

Le nom de toxoplasme ( toxon  : arc) a été donné par Charles Nicolle, en 1908, à un protozoaire en forme de croissant qui infestait les Ctenodactylus gundi , rongeurs des zones désertiques tunisiennes, et provoquait leur mort lorsqu'ils étaient gardés en captivité à l'Institut Pasteur. Ce protozoaire fut ensuite retrouvé dans de très nombreuses espèces animales, et son pouvoir pathogène pour l'hom […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « COCCIDIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coccidies/