COCCIDIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Eimeria : cycle

Eimeria : cycle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Adelina Cryptocerci : cycle

Adelina Cryptocerci : cycle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sarcocystis sui-hominis : cycle

Sarcocystis sui-hominis : cycle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Anophèle (moustique)

Anophèle (moustique)
Crédits : Tim Flach/ Getty Images

photographie


Les insectes vecteurs et la lutte contre le paludisme

Le paludisme est transmis par un moustique Culicidé, Anopheles maculipennis. Mais on avait constaté depuis longtemps que la distribution de l'anophèle ne correspondait pas obligatoirement à la carte d'extension de la maladie. Roubaud (1921), Wesenberg-Lund, James (1929) montrèrent que A. maculipennis pullulait dans des régions où le paludisme avait spontanément disparu. Il fut reconnu que, dans ces régions, ces moustiques (qui piquaient rarement l'homme mais plutôt les animaux domestiques) constituaient des races distinctes. Martini, Missicoli et Hackett (1931) démontrèrent qu'A. maculipennis n'est pas une espèce homogène, mais un complexe de formes représentant en réalité des espèces indépendantes malgré leur étroite ressemblance morphologique. Les différences portent sur leur biologie, leur adaptation au milieu et surtout leurs tropismes dans la recherche des animaux nourriciers. Ces différentes espèces peuvent être reconnues à la forme de leurs œufs et de leurs pontes ; ce qui a permis leur classement géographique et l'étude de leurs aptitudes à transmettre le paludisme. On identifie ainsi sept espèces indépendantes réparties en Europe, en Asie occidentale, en Afrique du Nord et au Proche-Orient. Parmi elles, trois ou quatre seulement ont un rôle actif dans la transmission de la maladie : les espèces labranchiae et scharovi sont localisées dans les contrées chaudes de l'Afrique du Nord, de l'Italie et du Moyen-Orient, l'espèce atroparvus est répandue surtout en Europe du Nord, mais on la trouve aussi en Espagne.

La lutte contre le paludisme est avant tout une lutte contre les anophèles. Les méthodes employées contre ces moustiques consistent souvent à répandre des insecticides de contact (le D.D.T. par exemple) sur de larges surfaces et par tous les moyens, y compris l'avion. Mais il ne faut pas négliger pour autant l'utilisation des ennemis naturels des larves aquatiques des anophèles, au premier rang desquels on doit placer Gambusia affinis, poisson vivipare originaire des États-Unis, qui a été importé avec [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COCCIDIES  » est également traité dans :

TOXOPLASMOSE

  • Écrit par 
  • Georges DESMONTS
  •  • 2 388 mots

Le nom de toxoplasme ( toxon  : arc) a été donné par Charles Nicolle, en 1908, à un protozoaire en forme de croissant qui infestait les Ctenodactylus gundi , rongeurs des zones désertiques tunisiennes, et provoquait leur mort lorsqu'ils étaient gardés en captivité à l'Institut Pasteur. Ce protozoaire fut ensuite retrouvé dans de très nombreuses espèces a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toxoplasmose/#i_10956

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « COCCIDIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/coccidies/