SLUTER CLAUS (1350 env.-1406)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le portail de la chartreuse de Champmol

Dès 1386, l'architecte Drouet de Dammartin avait donné les « traiz » du portail. Nous avons montré, textes d'archives à l'appui, que Jean de Marville avait prévu pour ce portail une ordonnance semblable à celle des portails des églises parisiennes du temps de Charles V, avec une statue au trumeau et une statue debout sur chacun des piédroits. La conception plastique plus ample de Claus Sluter dut s'adapter au bâti architectural ; celui-ci fut simplement élargi, pour y introduire deux statues de plus : d'où ce désaccord, souvent dénoncé, entre architecture et sculpture, dont le nouvel imagier n'est pas entièrement responsable.

Au milieu se tient la Vierge (en place en 1391) contemplant avec fierté l'Enfant Jésus dans un élan de tout le corps, qui fait tourbillonner les draperies en y creusant de profonds replis : on ne retrouve plus l'attitude statique des Vierges du xive siècle, leur sourire souvent conventionnel, le maniérisme de leur profil sinueux et le graphisme des plis du drapé. Sur des consoles à leurs armes sont agenouillés et tournés vers la Vierge Philippe le Hardi et Marguerite de Flandre (1393), étonnants portraits, d'un puissant réalisme, où ne sont tempérées ni la morgue du duc ni la laideur de la duchesse. Leurs protecteurs, saint Jean-Baptiste et sainte Catherine (1391), les accompagnent, disposés sur des consoles où discutent prophètes et docteurs de la Loi, figures prestement enlevées et non laborieusement modelées, comme celles de Bruxelles. Cette composition « théâtrale », qui anime le portail, s'adapte mal aux supports et sort du cadre trop étroit qui n'avait pas été conçu pour elle. Cependant, la position à demi fléchie des saints protecteurs n'est pas seulement une attitude de respect : elle contribue à créer un certain rythme, qu'accentue encore la cadence des gros bourrelets que forment les plis.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Le Puits de Moïse, C. Sluter

Le Puits de Moïse, C. Sluter
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Puits de Moïse, C. Sluter (6)

Puits de Moïse, C. Sluter (6)
Crédits : J.L. Duthu/ 2004, Inventaire Général

photographie

Puits de Moïse, C. Sluter (2)

Puits de Moïse, C. Sluter (2)
Crédits : J.L. Duthu/ 2004, Inventaire Général

photographie

Puits de Moïse, C. Sluter (4)

Puits de Moïse, C. Sluter (4)
Crédits : J.L. Duthu/ 2004, Inventaire Général

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur en chef des musées de Dijon, chargé de cours à la faculté des lettres et sciences humaines de Dijon, vice-président de la Commission régionale des monuments et richesses artistiques de Bourgogne

Classification

Autres références

«  SLUTER CLAUS (1350 env.-1406)  » est également traité dans :

CHARTREUSE DE CHAMPMOL, PRÈS DE DIJON, SCULPTURES DE CLAUS SLUTER

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 216 mots
  •  • 2 médias

Sous les ducs de Bourgogne Philippe le Hardi et son fils Jean sans Peur, Dijon, centre politique d'un domaine en pleine expansion, devint un des grands foyers artistiques européens. C'est dans la statuaire que se manifeste le plus son originalité, grâce au Hollandais Claus Sluter […] Lire la suite

ART DE COUR

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 4 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sculpture : Beauneveu, son héritage »  : […] La vis du Louvre, construite vers 1365 par Raymond du Temple, et son décor de statues de la famille royale et des frères de Charles V, qui accueillaient les visiteurs sur les degrés, ne sont plus connus que par la description d'Henri Sauval ( Histoire de Paris , 1724), mais on peut les replacer dans le contexte de monuments analogues où le réel et le spectacle, l'acteur et l'art, se confondent dan […] Lire la suite

FRANCO-FLAMANDS ARTS

  • Écrit par 
  • Pierre QUARRÉ
  •  • 994 mots
  •  • 2 médias

On qualifie généralement de franco-flamand l'art des sculpteurs du temps de Charles V et celui des peintres travaillant à la cour de France au début du règne de Charles VI, et ce en raison de l'origine « flamande » de bon nombre de ces artistes. Il semble en effet qu'ils n'aient pas apporté une forme d'art pratiquée auparavant dans leur pays d'origine, mais qu'ils aient trouvé leur expression arti […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 852 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] Les sculpteurs qui suivent la génération de 1380 s'inscrivent dans son sillage tout en donnant à leurs œuvres des nuances importantes. La richesse de la production durant près d'un siècle et demi ne permet pas d'en reconnaître les principaux axes. La variété est le fait de personnalités hors de pair, qui s'affirment comme des artistes, au sens moderne du terme. Certes ils demeurent soumis aux aléa […] Lire la suite

WERVE CLAUS DE (connu entre 1396 et 1439)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 537 mots
  •  • 2 médias

La personnalité artistique de Claus de Werve est longtemps demeurée obscure pour les historiens d'art. Le puissant génie de son oncle Claus Sluter, qui le prend dès 1396 comme aide, éclipse un sculpteur que des recherches récentes ont contribué à réhabiliter. Il est inconcevable qu'entre la date de 1396 et celle de sa mort le 8 octobre 1439 il n'ait exécuté que le retable de Bessey-lès-Cîteaux, sa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre QUARRÉ, « SLUTER CLAUS (1350 env.-1406) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/claus-sluter/