DEBUSSY CLAUDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La modification des références

La plénitude de l'œuvre de Debussy ne s'explique en grande partie que si l'on considère l'époque qui la vit naître et qui ignorait encore les grands bouleversements sociaux occasionnés par les guerres ; de là, ce porte-à-faux bienheureux qui tout à la fois l'isole et le sacralise. Il reste que Debussy a bouleversé profondément les références ordinaires touchant le beau et le vrai de l'art. Les modifications apportées sont multiples.

L'art vocal

Au théâtre, par exemple, il a rompu délibérément avec les traditions italiennes et tout le bel canto qu'elles impliquaient. Il emprunte à Wagner un type d'arioso (dont l'origine se trouve déjà dans les cantates de Bach), mais il le lave de tout l'expressionnisme dont le maître de Bayreuth l'avait chargé. Nous nous trouvons devant une déclamation très proche du langage parlé, et qui, prenant ses pouvoirs expressifs dans une retenue extrême devant les ambitus lyriques, se réserve d'admirables échappées dont la rareté et l'opportunité feront toute la puissance. Du reste, Debussy porta toujours un regard soupçonneux vers tout art vocal qui, selon lui, ne réalisait pas une symbiose assez pure entre le poème et la musique. Mais peut-être se soucia-t-il plus qu'on ne le dit, après Pelléas, de l'efficacité d'une conception semblable, et pensa-t-il que la musique pouvait risquer des équivalences et se délivrer des assujettissements trop exclusifs. L'évolution paraît sensible dans les divers cahiers de mélodies qui s'échelonnent sur toute sa carrière. Ils sont très importants, outre leur valeur propre, parce qu'ils ont renouvelé complètement les traditions héritées du lied, ou de l'aria. Debussy a donné naissance à un type nouveau de mélodie française, de structure savante, serrant le texte de très près et créant, avec le piano, un climat d'une étonnante richesse de suggestions.

Il faut noter que Debussy n'est pas un mélodiste, dans le sens ordinaire du terme : il aime peu écrire une ligne accompagnée de formules harmoniques. La vo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages



Médias de l’article

Claude Debussy

Claude Debussy
Crédits : Henri Manuel/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Ernest Ansermet

Ernest Ansermet
Crédits : Hulton Getty

photographie





Écrit par :

  • : compositeur, inspecteur principal de la musique au ministère de la Culture, Paris

Classification


Autres références

«  DEBUSSY CLAUDE (1862-1918)  » est également traité dans :

DEBUSSY CLAUDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 762 mots
  •  • 21 médias

22 août 1862 Achille-Claude Debussy naît à Saint-Germain-en-Laye.1884 Debussy remporte le prix de Rome avec sa cantate L'Enfant prodigue, « scène lyrique pour soprano, baryton et ténor avec orchestre » (L 57).29 décembre 1893 Le Quatuor à cordes […] Lire la suite

DEBUSSY, LA MUSIQUE ET LES ARTS (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves BOSSEUR
  •  • 1 050 mots
  •  • 2 médias

L'attirance pour l'art pictural et, plus globalement, pour tout ce qui relève du visuel est particulièrement manifeste chez le compositeur Claude Debussy (1862-1918), qui s'est référé à l'univers de peintres comme Botticelli pour sa suite symphonique Printemps (1887), Velázquez pour En blanc et noir (1915), Watt […] Lire la suite

PELLÉAS ET MÉLISANDE (C. Debussy)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 468 mots
  •  • 1 média

Publié en mai 1892, le drame en cinq actes de Maurice Maeterlinck Pelléas et Mélisande est créé à Paris, au théâtre des Bouffes-Parisiens, le 17 mai 1893. Claude Debussy (1862-1918) assiste à une des premières représentations mais il a déjà lu l'œuvre et, fasciné par celle-ci, décidé d'en tirer […] Lire la suite

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles linguistiques dans l'analyse musicale »  : […] À l'époque du structuralisme triomphant, la sémiologie musicale rencontre les modèles d'analyse linguistique pour des raisons à la fois épistémologiques et esthétiques. Le structuralisme conçoit le signe moins comme l'union d'un signifiant et d'un signifié que comme un élément intégré à un système, entretenant avec ses voisins des rapports « oppositifs et négatifs ». Paul Ricœur l'énonce très cla […] Lire la suite

BAIRD TADEUSZ (1928-1981)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 005 mots

Moins connu en France que Penderecki ou Lutosławski, Baird fait partie, comme eux, des figures marquantes de la musique polonaise contemporaine, à laquelle il a apporté un langage nouveau dans un style authentiquement slave qui lui valut d'emblée l'adhésion populaire. Tadeusz Baird voit le jour à Grodzisk Mazowiecki le 26 juillet 1928, dans une famille d'origine écossaise : ses ancêtres, des catho […] Lire la suite

CAPLET ANDRÉ (1878-1925)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 813 mots

Compositeur et chef d'orchestre français qui occupe une place essentielle dans la musique du début du xx e siècle, bien que son œuvre ne connaisse pas la diffusion qui devrait être la sienne. D'origine normande, André Caplet restera toujours profondément attaché à ses racines : cautèle, humour, rigueur, amour de la mer et de la nature, mais aussi ferveur religieuse et don de soi-même au point d'e […] Lire la suite

COLORATION, musique

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 057 mots

Dans le chapitre « La coloration orchestrale »  : […] Dès le début du xix e  siècle, les nouvelles exigences des compositeurs (de Ludwig van Beethoven, par exemple, en ce qui concerne le piano) suscitent des progrès de la facture instrumentale, qui vont rendre possible la naissance d'un nouveau langage orchestral. L'attention des compositeurs se porte sur le timbre, l'équivalent de la couleur, qui est un des moyens d'expression privilégié par les […] Lire la suite

DUKAS PAUL (1865-1935)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 674 mots

Paul Dukas relève de cette rare catégorie de compositeurs qui « ne se résignèrent qu'au chef-d'œuvre » : bien qu'ayant vécu soixante-dix ans, il se limita à sept œuvres principales et à cinq partitions plus réduites, dont Prélude élégiaque sur le nom de Haydn (1909), pour le centenaire de la mort de ce maître, et La Plainte au loin du faune (1920), en mémoire de Debussy. Durant les deux dernière […] Lire la suite

HARMONIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 6 426 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La relativité des dissonances »  : […] La résolution des appoggiatures, entre autres, peut demeurer sous-entendue. C'est là une innovation enivrante, incalculable dans ses conséquences. Elle consacre la valeur absolue de la beauté de la matière sonore. Mais la notion même de dissonance devient de plus en plus floue. Des grappes de sons que le musicien classique eût considérés comme antagonistes seront acceptées comme de savoureuses sy […] Lire la suite

HAUTBOIS

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 770 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Le répertoire pour hautbois est extrêmement varié. Parmi les œuvres les plus importantes, on citera, au xviii e  siècle, les trois concertos pour hautbois de Haendel ainsi que le Quatuor pour hautbois et cordes , en fa majeur, de Mozart (1781). L'instrument tient un rôle important dans la Scène aux champs de la Symphonie fantastique d'Hector Berlioz (1830) : dans ce passage, le compositeur fait […] Lire la suite

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

La révolution apportée dans la peinture par l'impressionnisme est un de ces événements au cours desquels l'homme apparaît comme prenant conscience de son caractère temporel : il se situe dans le temps, se saisit dans le temps. Une telle prise de conscience s'est produite de façon particulièrement aiguë dans le dernier quart du xix e  siècle, et l'impressionnisme en est une manifestation. Mais non […] Lire la suite

JANSEN JACQUES (1913-2002)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 593 mots

Rares sont les chanteurs d'opéra à s'être totalement identifiés à un personnage : Jacques Jansen était Pelléas, un rôle qu'il a tenu pendant une quarantaine d'années à l'Opéra-Comique et sur les plus grandes scènes du monde. De son vrai nom Jacques Toupin, il naît à Paris le 22 novembre 1913. Il étudie le violon et le violoncelle avant d'entrer au Conservatoire de Paris, où il reçoit une double f […] Lire la suite

JOACHIM IRÈNE (1913-2001)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 837 mots

Le nom d'Irène Joachim demeure indissociable du rôle de Mélisande de Pelléas et Mélisande de Debussy, qu'elle a interprété durant plus de quinze ans et enregistré dans une gravure de référence. Née à Paris le 13 mars 1913, Irène Joachim est la petite-fille de deux grands artistes : le violoniste allemand Joseph Joachim, créateur du Concerto pour violon de Brahms, et le peintre de l'école de Barb […] Lire la suite

KODÁLY ZOLTÁN (1882-1967)

  • Écrit par 
  • Jean GERGELY
  •  • 3 055 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Impressionnisme et polyphonie vocale »  : […] En 1907, Kodály passe trois mois à Berlin, puis trois mois à Paris. Il y suit les cours de Charles Marie Widor au conservatoire et découvre la musique de Debussy, « cet art plus pictural que musical », écrira-t-il à Bartók. C'est à Paris qu'il reçoit, après la découverte du folklore musical, la deuxième impulsion décisive de sa vie, celle de l'impressionnisme français. Il compose sa Méditation su […] Lire la suite

LE FLEM PAUL (1881-1984)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 944 mots

Le compositeur français Paul Le Flem se situe en marge des courants et du temps. Sa patrie bretonne trouve un large écho dans sa musique, et il a su concilier cette source d'inspiration avec une écriture faisant revivre les principes de base de la musique polyphonique ou du chant grégorien. Paul Le Flem voit le jour à Lézardrieux (Côtes-d'Armor). Après des études générales effectuées à Dinan et à […] Lire la suite

LESURE FRANÇOIS (1923-2001)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 849 mots

Rares sont les musicologues dont le nom reste attaché à l'œuvre d'un musicien. Le Français François Lesure a consacré sa vie à Debussy et, si l'on ne se réfère pas encore à son catalogue comme à celui de Köchel pour l'œuvre de Mozart ou à celui de Deutsch pour celle de Schubert, la lettre L se substitue peu à peu aux numéros d'opus pour la musique de l'auteur de Pelléas et Mélisande . Né à Paris l […] Lire la suite

LIED

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Debussy »  : […] Claude Debussy n'est pas à strictement parler un compositeur de lieder, malgré la beauté proprement mélodique de ses Ariettes oubliées , de ses Fêtes galantes ou de ses Poèmes de Baudelaire . Mais il est, plus qu'aucun autre, la langue française faite musique. Il l'est surtout à partir d'un moment de sa production que semblent préparer progressivement les recueils cités plus haut. Avec les Cha […] Lire la suite

MÉLODIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chromatisme wagnérien et ses conséquences »  : […] Jusqu'à Wagner, on ne quitte jamais un diatonisme fondamental, et le rapport harmonie-mélodie se signale surtout par un certain asservissement de celle-ci au jeu traditionnel entre tonique et dominante et à des évasions contrôlées dans des tons voisins. Le chromatisme wagnérien, que l'on peut qualifier d'organique, implique que l'aspect purement linéaire de la libre mélodie primitive s'estompe pe […] Lire la suite

MURARO ROGER (1959- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 047 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Avec Messiaen »  : […] Olivier Messiaen, rencontré dès 1977, reste néanmoins au centre de ses prestations. Le pianiste siège fréquemment à Paris au sein du jury du concours qui porte le nom du compositeur. En 2008, année du centenaire de la naissance de Messiaen, il donne plus de quatre-vingts concerts dédiés à sa mémoire et participe à l’exécution de plusieurs œuvres symphoniques comme Des canyons aux étoiles , la  Tur […] Lire la suite

Pour citer l’article

Luc-André MARCEL, « DEBUSSY CLAUDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-debussy/