Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CLASSES SOCIALES La théorie de la lutte de classes

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

La société de l'individualisme

Donc il nous faut comprendre pourquoi, dans nos sociétés, le conflit économique se voit privilégié d'une façon qui semble irrésistible, comme si nous nous trouvions confrontés à une conviction de la conscience commune dont les penseurs sociaux (et pas uniquement les penseurs socialistes ou marxistes mais également leurs adversaires libéraux) se font l'écho naïf sans jamais s'interroger sur le sens d'une telle croyance et sans, de ce fait, tenter de faire une généalogie de cette forme de conscience de soi du monde moderne ; ce qui exigerait qu'on remonte à ce moment où s'est instituée une configuration nouvelle de valeurs, devenues aujourd'hui des « évidences » morales, dont l'axe est l'affirmation de l'égalité des hommes et auxquelles la Révolution française a conféré une forte charge émotionnelle mais aussi ambiguë.

Le thème de la lutte des classes et les mythes qui s'y rattachent impliquent l'invention par l'Occident d'une conception du monde radicalement différente de toutes celles qui l'ont précédée dans l'histoire – celle de l'individualisme démocratique dont le credo peut s'énoncer ainsi : il n'est pas d'autre fondement à la société et d'autre légitimité aux divers pouvoirs que la volonté des hommes, ces hommes qui naissent libres et égaux et dont le bonheur est le droit suprême (à moins qu'il n'en soit le devoir !).

Or ce modèle égalitaire repose sur une forme de sociabilité différente de ce modèle hiérarchique commun aux sociétés traditionnelles et à cette société dite d'Ancien Régime contre laquelle s'affirment les temps nouveaux, notre « aujourd'hui ».

Dans les sociétés que gouverne le modèle hiérarchique l' inégalité sociale est appréhendée comme la forme même de la justice. Aussi n'est-elle aucunement vécue comme une inégalité de pouvoir ou une inégalité d'avoir et ne renvoie-t-elle pas à des catégories politiques, au sens où on l'entendrait aujourd'hui, ni à des catégories économiques (classes sociales). Seules entrent en jeu les catégories de prestige et d'honneur résultant du système des relations sociales d'ordre. L'élément dit supérieur n'est pas supérieur par rapport à des éléments inférieurs à lui (et donc d'une certaine façon semblables à lui) mais par rapport à des éléments différents de lui. C'est que l'espace social, composé d'« ordres » ou d'« états », s'apparente à l'espace qualitatif de la physique aristotélicienne, et les individus s'y distribuent en fonction de statuts résultant de la naissance, selon une logique de la totalité sociale. La prééminence d'une partie sur une autre n'est que l'effet de la cohérence interne du tout. La hiérarchie ne saurait être pensée en dehors d'une idéologie holiste qui subordonne l'individu à la société organique.

Évidemment, nous nous trouvons là à l'opposé de nos sociétés égalitaires. Celles-ci connaissent en leur sein des inégalités, et des inégalités qui peuvent être plus fortes que dans certaines sociétés hiérarchiques. Mais il s'agit d'inégalités sans légitimité préalable, relevant de l'ordre du fait et marquées par la contingence. Reçues comme une déchirure du corps social, elles seront vécues comme la preuve d'une injustice des hommes et d'un vice de la machine sociale ; toutes choses qu'on doit pouvoir corriger. Politiquement. Ainsi la société égalitaire sera-t-elle travaillée par le sentiment d'une contradiction entre sa réalité effective et le principe qui la fonde comme société. Comment, dès lors, ne verrait-elle pas dans l'histoire le lieu où cette contradiction aura à se résoudre, que ce soit par l'effet du [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite, université de Paris-V-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

André AKOUN. CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ALTHUSSER LOUIS (1918-1990)

    • Écrit par et
    • 4 570 mots
    ...se différencient de leur homonyme sociologique par leur caractère tridimensionnel : ils sont à la fois économiques, politiques et idéologiques. Les classes sociales constituent ainsi des configurations éminemment complexes et mouvantes. Par là, pas d'identification entre analyse marxiste et analyse...
  • ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

    • Écrit par
    • 5 811 mots
    • 1 média
    Maisle concept de classes sociales fait problème ; son usage en anthropologie reste limité ou ambigu. La théorie marxiste paraissait elle-même inachevée, ou hésitante, en ce domaine ; et les ethnographes soviétiques reconnaissaient la difficulté en utilisant le terme « protoclasse ». La question de...
  • ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

    • Écrit par
    • 5 153 mots
    ...problème reste celui du développement de l'inégalité dans les sociétés primitives et des conditions et voies d'apparition de formes primitives d'État et de classes sociales. Il est utile de rappeler que, dès ses formes les plus primitives, la société archaïque comporte déjà, sur la base de la division sexuelle...
  • ANTHROPOLOGIE DES CULTURES URBAINES

    • Écrit par
    • 4 429 mots
    • 3 médias
    ...espace polémique. Les sociologues étudiant les phénomènes de violence et d’anomie dans les ghettos sont régulièrement accusés d’adhérer aux théories de l’underclass et de porter un regard misérabiliste sur ces populations. Quant à ceux qui s’intéressent à d’autres aspects de l’organisation sociale des...
  • Afficher les 71 références