Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GLADIATEURS

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Les gladiateurs (en latin gladiatores, de gladius, glaive) sont des hommes donnés en spectacle dans des combats à mort. L'usage vient sûrement d'Étrurie où, sur des fresques tombales, Phersu, démon masqué de la mort ( ?), se livre à des jeux préfigurant ceux des gladiateurs romains ; des couples de combattants armés sont représentés sur des urnes funéraires : les combattants sacrifiés ont-ils pour mission d'accompagner le mort dans son autre vie ou de lui donner leur sang frais ? Ces combats sont également attestés, à date ancienne, en Campanie, qui fut un temps sous domination étrusque : là aussi, rites funéraires, mais aussi, semble-t-il, distraction de riches pour animer leurs festins. La Campanie restera le pays des meilleures écoles de gladiateurs.

Équipement de gladiateurs - crédits : P. Connolly/ AKG-images

Équipement de gladiateurs

Scènes de combat de gladiateurs - crédits : Historical Views/ Age Fotostock

Scènes de combat de gladiateurs

À Rome même, les sacrifices de gladiateurs font leur apparition en ~ 264, organisés pour les funérailles d'un Junius Brutus, sur l'initiative de ses fils. On appelle les gladiateurs également bustuarii, de bustum, mot qui désigne le bûcher funéraire, soit que dans les premiers temps ils aient combattu à l'occasion de l'incinération, soit que, postérieurs de quelques jours à l'inhumation, ces combats soient toujours restés liés aux obsèques. Dans les décennies qui suivent, cela devient un usage, pour les grandes familles de l'aristocratie romaine, lors des funérailles de leurs membres les plus éminents, de faire combattre un nombre toujours croissant de couples de gladiateurs, tout comme, aux mêmes enterrements, de faire défiler des figurants portant le masque mortuaire des ancêtres. C'est un des éléments de prestige par lesquels la noblesse qui se constitue au ~ iiie et au ~ iie siècle entend se rehausser. L'anecdote selon laquelle, en ~ 164, l'annonce d'un spectacle de gladiateurs fit déserter par la foule des spectateurs le théâtre où se jouait l'Hécyre de Térence à la fois montre la popularité d'un tel genre de propagande et illustre les liens entre la décadence du théâtre romain et le développement des jeux du cirque. En ~ 105, à la suite d'une recommandation sénatoriale aux deux consuls de l'année, les jeux de gladiateurs, jusque-là culte privé, s'insèrent dans le culte public et prennent un caractère officiel : le Sénat a-t-il voulu voir en eux des jeux de tradition proprement italique et, depuis plus d'un siècle et demi, romaine qui, s'opposant aux jeux grecs, développent chez les spectateurs la virilité et le goût des arts martiaux qui conviennent à un peuple guerrier ? Tandis que dans la Ville, au nom de l'État ou à titre privé, les jeux se multiplient à l'instigation des grands, ils se répandent également dans l'ensemble des territoires sous contrôle romain, y compris, mais non sans y rencontrer, au début, une répugnance certaine, dans le monde grec. Ils conservent jusqu'au bout leur double caractère de cérémonie magico-religieuse et de spectacle distrayant. Les empereurs les réglementent, tendant à augmenter l'importance de ceux qu'ils donnent eux-mêmes et à restreindre ceux des autres.

Les jeux (munera : au sens propre, « fonctions, offices » – sans doute « devoirs rendus aux morts », puis « largesses, libéralités ») peuvent être donnés soit à titre privé (pour un enterrement, un anniversaire, une commémoration quelconque, ou bien en faisant payer les spectateurs, comme simple distraction), soit à titre officiel, à la charge des magistrats, à Rome et dans les municipes, à dates fixes. L'organisateur loue ses gladiateurs à un entrepreneur (lanista). L'opinion méprise le lanista, marchand de chair, s'il n'a pas d'autres activités, mais des personnages hautement honorables exploitent aussi des troupes de gladiateurs (familiaegladiatoriae) sans que leur réputation en souffre. Les combattants[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean-Claude DUMONT. GLADIATEURS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Équipement de gladiateurs - crédits : P. Connolly/ AKG-images

Équipement de gladiateurs

Scènes de combat de gladiateurs - crédits : Historical Views/ Age Fotostock

Scènes de combat de gladiateurs

Autres références

  • AMPHITHÉÂTRE

    • Écrit par
    • 3 167 mots
    • 7 médias
    Après avoir été donnés à l'origine dans une nécropole auprès de la tombe d'un guerrier valeureux, les combats de gladiateurs, devenus davantage spectacle que rite, furent transférés sur le forum (comme cela est attesté à Rome, Pompéi, ou Cosa). L'augmentation du nombre des combattants...
  • GUERRE DE SPARTACUS, en bref

    • Écrit par
    • 252 mots

    La guerre de Spartacus constitue, avec les deux révoltes de Sicile qui l'ont précédée, la plus importante insurrection servile de toute l'Antiquité. Déclenchée en — 73 par l'évasion de soixante-dix esclaves d'une école de gladiateurs de Capoue, elle prend de l'ampleur...

  • RÉVOLTES SERVILES DANS L'ANTIQUITÉ - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 298 mots

    — 501 À Rome, des esclaves révoltés occupent le Capitole ; ils sont crucifiés.

    — 139-— 132 Première guerre servile de Sicile durant laquelle, sous la conduite du Syrien Eunous, les insurgés battent successivement quatre préteurs romains et forment un État sur le modèle des monarchies...

  • ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

    • Écrit par
    • 7 011 mots
    Les combats de gladiateurs n'appartiennent pas à la catégorie des jeux publics : ce sont des formes adoucies de sacrifices humains, offerts par les membres des grandes familles à leurs défunts, et auxquels le public était convié. Ces combats eurent lieu longtemps au Forum ; leur introduction ne date que...