CIRQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acrobatie, ménagerie et « variétés »

Le Cirque olympique du boulevard du Temple ferme définitivement ses portes en 1847. Il ne reste à Paris que le cirque national des Champs-Élysées. Louis Dejean, gérant, qui l'a fait construire (1841), organise des tournées à l'étranger pour occuper ses artistes engagés à l'année. Il fait édifier le cirque de Berlin, qu'il loue en 1852 à Ernst Renz, son concurrent le plus acharné à le chasser d'Allemagne. En effet, Dejean a obtenu entre-temps le privilège d'un cirque à construire, le cirque Napoléon, aujourd'hui cirque d'Hiver. Mais c'est une extension pure et simple du privilège du cirque des Champs-Élysées, limité aux exercices équestres et à quelques intermèdes d'équilibre. Pourtant, en compensation des pantomimes qui lui sont retirées en faveur du Châtelet, le cirque Napoléon annexe la pantomime sautante italienne et les clowneries. En accueillant les jeux forains et les acrobaties de place publique, le cirque se démocratise et devient un spectacle acrobatique dans toute l'acception du terme. La haute école et la danse à cheval perdent la première place et ne trouvent d'encouragement que chez les amateurs de la haute société.

Déjà Risley et John Lees, des Américains, ont vulgarisé le jonglage antipodiste et les jeux icariens. Helbing, un Allemand, présente des acrobaties sur une barre aérienne, et les Wilsons des équilibres au trapèze. Les moniteurs des gymnases militaires introduisent en piste la gymnastique aux agrès : anneaux, barres parallèles aériennes, échelles horizontales, perche suspendue, etc., tous accessoires qui, empruntant au progrès mécanique, donnent naissance à des spécialités nouvelles. Jules Léotard assure le succès des évolutions au trapèze volant. Ugo Ancillotti crée avec sa famille la première troupe d'acrobates cyclistes. Les acrobaties sur roue, parties du patin à roulettes (Cirque olympique, 1824) iront jusqu'au looping the loop et aux sauts périlleux en automobile, après 1900.

Dans la seconde moitié du xixe siècle, les ch [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CIRQUE  » est également traité dans :

BARNUM CIRQUE

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 529 mots
  •  • 1 média

L'Américain Phinéas T. Barnum (1810-1891), par une réclame tapageuse, fondée sur des affirmations mensongères, d'invention souvent drolatique, conquiert, un demi-siècle durant, d'innombrables foules, parfois sceptiques, mais jamais déçues. Il exhibe successivement : la nourrice de George Washington, une vieille négresse aveugle et à moitié paralysée ; la sirène des îles Fidji, une tête de singe co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cirque-barnum/#i_8389

BOUGLIONE LES

  • Écrit par 
  • Gilles COSTAZ
  •  • 693 mots

Avec les Gruss, les Bouglione, famille de banquistes d'origine italienne et gitane, restent une des toutes dernières dynasties du cirque français, alors que les noms de Médrano, Pinder, Amar ont été vendus comme des marques commerciales sous la pression des crises économiques qui frappent ce style de spectacle depuis les années 1950. La famille Bouglione, qui a illustré l'art du cirque pendant six […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bouglione/#i_8389

CLOWN

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 713 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les origines de M. Claune »  : […] Chaque peuple crée un personnage caricatural à son image dans lequel il synthétise ses goûts et se moque de ses travers. Aussi, les Allemands rattachent le clown à Hanswurst et au loustic , les Hollandais à Pickled-Herrings, les Anglais à Jack Pudding et au jester . Les Français qui ont connu Jean Potage songent à Jean Farine et à Pierrot à cause de leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clown/#i_8389

ÉTAIX PIERRE (1928-2016)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 684 mots
  •  • 1 média

Acteur, prestidigitateur, musicien, clown, peintre, dessinateur, sculpteur, créateur d’automates, affichiste, humoriste, écrivain, dramaturge, metteur en scène, gagman, scénariste et réalisateur de cinéma, tel était Pierre Étaix. Né à Roanne le 23 novembre 1928, il découvre à cinq ans le cirque et manifeste aussitôt le désir d’être clown. Il étudie le violon, puis le piano et le dessin. Il rencon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-etaix/#i_8389

FRATELLINI LES

  • Écrit par 
  • Pierre ÉTAIX, 
  • Annie FRATELLINI
  •  • 578 mots
  •  • 1 média

À l'origine, les Fratellini étaient quatre frères : Louis (Florence, 1868-Varsovie, 1909) ; Paul (Catane, 1877-Le Perreux-sur-Marne, 1940) ; François (Paris, 1879-1951) et Albert (Moscou, 1885-Épinay, 1961). À partir de 1894, les aînés travaillèrent ensemble : Louis comme clown et Paul comme auguste ; ils exécutaient ce que l'on appelle en terme de métier des « reprises », c'est-à-dire des interm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-fratellini/#i_8389

LA GRANDE PARADE (exposition)

  • Écrit par 
  • Corine PENCENAT
  •  • 1 035 mots

Il est rare de voir une exposition engager un parcours à travers des œuvres en partant d'un texte littéraire. La Grande Parade . Portrait de l'artiste en clown se réfère directement au Portrait de l'artiste en saltimbanque de Jean Starobinski, paru en 1970 chez Skira et réédité par Gallimard en 2004. Organisée par le musée des Be […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-grande-parade-exposition/#i_8389

LALOUE FERDINAND (1794-1850)

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 392 mots

Pendant la seconde Restauration, La Quotidienne , qui avait été sous la Révolution une feuille antirépublicaine, reparaît. C'est la gazette des ultras. Ferdinand Laloue, jeune rédacteur, y publie un mimodrame, La Bataille de Bouvines ou la Roche des tombeaux , que représente le Cirque olympique en novembre 1821. Dès lors, la production de cet auteur ne s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-laloue/#i_8389

LA SYMPHONIE DU HANNETON (J. Thiérrée)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 956 mots

Le rideau se lève. Un adolescent est couché. Une jambe se dérobe, un pied disparaît. Une fumée s'échappe du cerveau. Le lit se cabre… Peu à peu, l'espace de la scène se transforme en cabinet des métamorphoses. Les objets se mettent à vivre leur existence propre : un miroir se détache du visage qu'il reflète, un canapé engloutit ce qui passe à sa portée, un parapluie se transforme en autruche. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-symphonie-du-hanneton/#i_8389

MIME ET PANTOMIME

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 879 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La pantomime romantique »  : […] Vers 1800, on appelle mimes tous les imitateurs quels qu'ils soient. Un danseur simulant une action sur une musique donnée est un mime. Les spectacles et les scènes à figuration nombreuse que donne le Cirque-Olympique et dans lesquels l'équitation constitue le principal intérêt prennent le nom de pantomimes équestres. Un décret napoléonien de 1807 réglementa l'activité et l'exploitation des théâtr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mime-et-pantomime/#i_8389

RENZ ERNST (1815-1892)

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 536 mots

Dès qu'il put se tenir sur les jambes, Ernst Renz apprit le métier de son père, Cornelius Renz, danseur de corde dans la compagnie Maxwell. Il suit son père au cirque Brilloff où il apprend l'équitation. À vingt et un ans, l'élève, particulièrement doué, devient le bras droit de son directeur. Il apparaît trois fois dans le programme. D'abord comme funambule, où il saute des cerceaux. Comme écuyer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-renz/#i_8389

SAKOUNTALA (M.-C. Pietragalla)

  • Écrit par 
  • Odile COUGOULE
  •  • 1 016 mots

Sakountala , spectacle créé en 2000 par Marie-Claude Pietragalla pour le Ballet national de Marseille, évoque, dans une grande fresque spectaculaire, la vie et l'œuvre de Camille Claudel (1864-1943). Associant la danse, les arts du cirque et le théâtre, cette création s'inscrit dans une démarche contemporaine prenant en compte la complémentarité des disciplines artistiques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sakountala/#i_8389

SAQUI LES (XVIIIe-XIXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 593 mots

En 1791, un Lalanne (d'une famille de bateleurs parisiens) qui tient l'emploi de premier danseur chez Nicolet sous le nom de Navarin le Fameux, présente sa fille Marguerite (1786-1866), alors âgée de cinq ans. Portée à bout de bras, elle se renverse en arrière pour saisir entre ses lèvres une pièce que son père tient entre ses dents. Peu après Lalanne se casse une jambe : il est congédié. Il prend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saqui-les/#i_8389

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le mélange des genres

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 547 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Danse, cirque, arts plastiques, musique »  : […] Figures de proue du spectacle vivant avec l'opéra, la danse et le théâtre se sont côtoyés ou ont fusionné au fil de leur histoire, se nourrissant d'échanges liés à leurs pratiques. Cette intégration a surtout été suscitée par l'expression corporelle liée au théâtre et la recherche de son évolution dans le mouvement, avant d'être associée de manière plus repérable dans la représentation. Le corps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-le-melange-des-genres/#i_8389

TOURNIAIRE JACQUES (1722-1829)

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 282 mots

Sans doute le plus ancien directeur de cirque ambulant. Fils d'un marchand grenoblois, Tourniaire arrive à Paris à l'âge de quinze ans et s'engage dans la troupe d'Astley dont il devient bientôt l'un des meilleurs écuyers. Au départ d'Astley pour l'Angleterre, il reste quelque temps avec les Franconi. En 1801, il fonde sa propre compagnie et se met à parcourir l'Europe. De 1801 à 1815, il voyage s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-tourniaire/#i_8389

WEDEKIND FRANK (1864-1918)

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 1 974 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le recours au cirque »  : […] Dans L'Éveil du printemps (1891) – qui, avec Le Peintre minute , ou l'Art et Mammon (1886), Les Jeunes Gens (1890) et Le Spectre du soleil, ou Dieux de l'amour à vendre (1894), compose une sorte de cycle à caractère initiatique – l'auteur met en scène les émois et les effrois de la sex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frank-wedekind/#i_8389

Pour citer l’article

Tristan RÉMY, Didier MÉREUZE, « CIRQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cirque/