CIRQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cirque de création

Jusque dans les années 1950, le cirque reste le divertissement populaire par excellence. Il est célébré au cinéma : en 1952, Cecil B. De Mille réalise Sous le plus grand chapiteau du monde ; en 1956, Carol Reed tourne Trapèze avec Burt Lancaster et Tony Curtis, à Paris, au cirque d'Hiver. Pourtant, des temps difficiles s'annoncent. Usé, incapable de se renouveler face aux mutations de la société, battu en brèche par la concurrence du cinéma ou de la télévision. Son esthétique est volontiers considérée comme obsolète, son économie comme frappée d'archaïsme. C'est particulièrement vrai en France, malgré les popularités toujours intactes d'un clown comme Achille, d'un acteur comme Jean Richard qui s'apprête à lancer, en 1969, son propre chapiteau, ou encore d'une émission de télévision comme « La Piste aux étoiles » d'Hélène et Gilles Margaritis, diffusée de 1963 à 1976. Victime d'un phénomène de désaffection, le cirque voit diminuer son public (10,8 p. 100 des Français en 1979, 9,7 p. 100 en 1981). La crise du pétrole, qui éclate dans les années 1970, renchérissant les coûts de transports alors que la seule règle est encore l'itinérance, semble devoir lui porter un coup fatal. Incapables d'échapper à la faillite, plusieurs chapiteaux nés dans l'entre-deux-guerres en font les frais, à commencer par le cirque Amar. Symbole des plus riches heures de la piste, le cirque Médrano, à Paris, est détruit en 1973 : passé dans les mains de la famille Bouglione (également propriétaire du cirque d'Hiver), il a été revendu à des promoteurs.

De là à annoncer la mort du cirque – comme on le fera, peu après, pour la fête foraine –, le pas est vite franchi. Or non seulement le cirque ne va pas mourir, mais il va retrouver sa santé, en même temps que son public : en 1992, 16 p. 100 des Français, soit 10 millions de personnes, toutes générations confondues, déclaraient y être allés au moins une fois dans l'année. Dix ans après, elles étaient 12 millions.

Une nouvelle esthétique de la piste

La raison de ce miracle ? Une véritable révolution culturelle, plus connue sous le nom de « nouveau cirque », appelé aussi – plus justement – « cirque de création ». Loin des numéros mille fois répétés, ce qui compte dans ce cirque d'un nouveau genre, sans Monsieur Loyal ni animaux dressés, c'est l'émotion produite par un spectacle conçu moins comme une simple succession de performances que comme un tout savamment mis en scène. Une esthétique neuve se dessine ici, nourrie aussi bien par le théâtre que par la sculpture, la peinture ou la danse... Alliant aux techniques propres aux arts de la piste (jonglerie, acrobatie, voltige...) celles des autres arts, elle multiplie les passerelles, appelle à la confrontation. Un soin jusqu'alors inconnu est apporté aux costumes, aux lumières, à la musique, le plus souvent résolument contemporaine (jazz, rock...) et jouée en direct. Chaque élément devient en lui-même essentiel. Il n'est plus uniquement au service de la prouesse – toujours présente –, mais trouve sa place dans la logique du spectacle tout entier dont l'architecture, reposant sur un thème, une référence, une scénographie, voire un espace singulier, se révèle souvent complexe. Dans le foisonnement des genres et des styles, toutes les audaces semblent permises.

Dès la fin des années 1970 et le début des années 1980, on assiste à une effervescence de propositions. En 1979, Bartabas fonde le cirque Aligre puis, en 1984, le théâtre Zingaro, « cabaret équestre ». Remplaçant les chevaux par des motos, certains, tel Archaos, rompent avec le rond de la piste traditionnelle. D'autres, comme le cirque du Docteur Paradi de Jean-Christophe Hervet et Régine Hamelin, délaissent le chapiteau et pratiquent le trapèze en plein air, à l'instar des Arts Sauts. Alors que Barbara Vielle crée un cirque de Barbarie composé uniquement de femmes, Adrienne Larue et Dan Demuynck, à l'enseigne de la Compagnie foraine, explorent les terres du théâtre de Beckett ou de Shakespeare, avant d'approfondir une recherche en direction des arts plastiques qui aboutit, en 1997, à ReVu – un spectacle créé avec le concours de plasticiens (Christian Boltanski, Alain Sonneville...). Pendant ce temps, le cirque Plume raconte des histoires pleines de poésie avec Toiles (1993), L'harmonie est-elle municipale ? (1996), Mélanges (2001), ou Plic-Ploc (2004)... qui fon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CIRQUE  » est également traité dans :

BARNUM CIRQUE

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 529 mots
  •  • 1 média

L'Américain Phinéas T. Barnum (1810-1891), par une réclame tapageuse, fondée sur des affirmations mensongères, d'invention souvent drolatique, conquiert, un demi-siècle durant, d'innombrables foules, parfois sceptiques, mais jamais déçues. Il exhibe successivement : la nourrice de George Washington, une vieille négresse aveugle et à moitié paralysée ; la sirène des îles Fidji, une tête de singe co […] Lire la suite

BOUGLIONE LES

  • Écrit par 
  • Gilles COSTAZ
  •  • 693 mots

Avec les Gruss, les Bouglione, famille de banquistes d'origine italienne et gitane, restent une des toutes dernières dynasties du cirque français, alors que les noms de Médrano, Pinder, Amar ont été vendus comme des marques commerciales sous la pression des crises économiques qui frappent ce style de spectacle depuis les années 1950. La famille Bouglione, qui a illustré l'art du cirque pendant six […] Lire la suite

CLOWN

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 714 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les origines de M. Claune »  : […] Chaque peuple crée un personnage caricatural à son image dans lequel il synthétise ses goûts et se moque de ses travers. Aussi, les Allemands rattachent le clown à Hanswurst et au loustic , les Hollandais à Pickled-Herrings, les Anglais à Jack Pudding et au jester . Les Français qui ont connu Jean Potage songent à Jean Farine et à Pierrot à cause de leur face blanche, à Arlequin et à Polichinelle […] Lire la suite

ÉTAIX PIERRE (1928-2016)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 684 mots
  •  • 1 média

Acteur, prestidigitateur, musicien, clown, peintre, dessinateur, sculpteur, créateur d’automates, affichiste, humoriste, écrivain, dramaturge, metteur en scène, gagman, scénariste et réalisateur de cinéma, tel était Pierre Étaix. Né à Roanne le 23 novembre 1928, il découvre à cinq ans le cirque et manifeste aussitôt le désir d’être clown. Il étudie le violon, puis le piano et le dessin. Il rencon […] Lire la suite

FRATELLINI LES

  • Écrit par 
  • Pierre ÉTAIX, 
  • Annie FRATELLINI
  •  • 578 mots
  •  • 1 média

À l'origine, les Fratellini étaient quatre frères : Louis (Florence, 1868-Varsovie, 1909) ; Paul (Catane, 1877-Le Perreux-sur-Marne, 1940) ; François (Paris, 1879-1951) et Albert (Moscou, 1885-Épinay, 1961). À partir de 1894, les aînés travaillèrent ensemble : Louis comme clown et Paul comme auguste ; ils exécutaient ce que l'on appelle en terme de métier des « reprises », c'est-à-dire des interm […] Lire la suite

LA GRANDE PARADE (exposition)

  • Écrit par 
  • Corine PENCENAT
  •  • 1 035 mots

Il est rare de voir une exposition engager un parcours à travers des œuvres en partant d'un texte littéraire. La Grande Parade . Portrait de l'artiste en clown se réfère directement au Portrait de l'artiste en saltimbanque de Jean Starobinski, paru en 1970 chez Skira et réédité par Gallimard en 2004. Organisée par le musée des Beaux-Arts du Canada qui la présentait, après Paris du 11 mars au 31 […] Lire la suite

LALOUE FERDINAND (1794-1850)

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 392 mots

Pendant la seconde Restauration, La Quotidienne , qui avait été sous la Révolution une feuille antirépublicaine, reparaît. C'est la gazette des ultras. Ferdinand Laloue, jeune rédacteur, y publie un mimodrame, La Bataille de Bouvines ou la Roche des tombeaux , que représente le Cirque olympique en novembre 1821. Dès lors, la production de cet auteur ne s'arrête plus. De nombreux vaudevilles et mim […] Lire la suite

LA SYMPHONIE DU HANNETON (J. Thiérrée)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 956 mots

Le rideau se lève. Un adolescent est couché. Une jambe se dérobe, un pied disparaît. Une fumée s'échappe du cerveau. Le lit se cabre… Peu à peu, l'espace de la scène se transforme en cabinet des métamorphoses. Les objets se mettent à vivre leur existence propre : un miroir se détache du visage qu'il reflète, un canapé engloutit ce qui passe à sa portée, un parapluie se transforme en autruche. Les […] Lire la suite

MIME ET PANTOMIME

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 880 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La pantomime romantique »  : […] Vers 1800, on appelle mimes tous les imitateurs quels qu'ils soient. Un danseur simulant une action sur une musique donnée est un mime. Les spectacles et les scènes à figuration nombreuse que donne le Cirque-Olympique et dans lesquels l'équitation constitue le principal intérêt prennent le nom de pantomimes équestres. Un décret napoléonien de 1807 réglementa l'activité et l'exploitation des théâtr […] Lire la suite

RENZ ERNST (1815-1892)

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 536 mots

Dès qu'il put se tenir sur les jambes, Ernst Renz apprit le métier de son père, Cornelius Renz, danseur de corde dans la compagnie Maxwell. Il suit son père au cirque Brilloff où il apprend l'équitation. À vingt et un ans, l'élève, particulièrement doué, devient le bras droit de son directeur. Il apparaît trois fois dans le programme. D'abord comme funambule, où il saute des cerceaux. Comme écuyer […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Didier MÉREUZE, Tristan RÉMY, « CIRQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cirque/