CHINOISE (CIVILISATION)Sciences et techniques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Techniques

La science, qui a pour objet le savoir, et la technique, tournée vers les applications concrètes, s'appuient fréquemment l'une sur l'autre. Dans le monde chinois, ces deux domaines complémentaires ont toujours été remarquablement solidaires, mais ce pourrait être une erreur d'interpréter ce fait comme une donnée proprement chinoise.

L'Occident et la Chine n'ont pas connu des modes de développement concomitants, et c'est pourquoi certaines techniques sont apparues chez l'un ou l'autre avec de grands décalages dans le temps. Bien plus que d'« avances » ou de « retards », ces décalages témoignent de l'originalité des civilisations, et il est naturel qu'il y ait eu des échanges : l'Occident médiéval n'a pu connaître certaines techniques essentielles que grâce à l'apport chinois.

L'invention du papier, que la tradition attribue à l'eunuque Cai Lun, au début du iie siècle de notre ère, est en fait le résultat d'un long processus amorcé deux siècles plus tôt. L'analyse physique et chimique de fragments de papier remontant au ier siècle avant notre ère, découverts lors de fouilles au Lobnor en 1935, puis, plus récemment, au Shenxi en 1957, a permis d'en préciser les étapes. Les papiers les plus anciens sont à base de chanvre, mais peu à peu les matériaux se sont diversifiés : écorce de mûrier, bambou, lin, paille de riz ou de blé. Les techniques de cette fabrication seraient passées en Occident grâce aux contacts entre Chinois et Arabes en Perse et en Transoxiane, avant le milieu du viiie siècle. Le papier, support de l'écriture, de la peinture, de l'estampage, sert aussi de monnaie (dès le ixe siècle). D'abord utilisée pour la reproduction de textes bouddhiques, la xylographie intervient rapidement dans la fabrication des livres (ixe-xe s.). Elle devait conserver un rôle prépondérant en dépit de l'invention de l'imprimerie à caractères mobiles (1086), qui connut son plus grand essor en Corée à partir du xve siècle.

La plus ancienne mention connue de la poudre à canon se trouve dans un ouvrage d'alchimie chinois qui date du milieu du ixe siècle (en Europe, c'est Roger Bacon qui y fait allusion le premier en 1267). Contrairement à une opinion répandue, selon laquelle celle-ci n'aurait été utilisée en Chine que dans la fabrication des feux d'artifices, la poudre eut des applications militaires dès le xe siècle. Des projectiles incendiaires, puis le lance-flammes apparaissent d'abord (avant 950) ; viennent ensuite roquettes en tubes de bambou, bombes, grenades et flèches incendiaires vers 1000 ; en 1161, les armées Song l'emportent sur les Jürchen grâce à des catapultes à grenades explosives (pilipao).

Le fer apparaît en Chine vers le vie siècle avant notre ère, longtemps après sa découverte en Asie Mineure, six siècles plus tôt. Mais il est remarquable que, à la différence de l'Occident, le monde chinois ait très vite appris à le fondre, sans faire grand cas de la forge et du martelage. De nombreux objets datant de l'époque des Royaumes combattants – outils, armes, monnaies –, mis à jour à partir de 1950, en témoignent. D'après J. Needham, ce développement exceptionnellement rapide serait dû à la longue expérience acquise par les Chinois en matière de fusion du bronze, à l'utilisation de soufflets avec cylindres et pistons, ainsi qu'aux particularités des matériaux employés : minerais à haute teneur en phosphore permettant une fusion du fer à température moindre, argile réfractaire. La maîtrise de la technologie du fer permit, en particulier, la fabrication de chaînes pour ponts suspendus et d'attaches pour ponts à arches segmentées, comme celui de Zhaoxian, au Hubei (viie s.). L'acier (vers 200 av. J.-C.) semble avoir d'abord été produit par cémentation, puis par cofusion, selon un procédé du vie siècle, ancêtre de celui de Siemens-Martin.

L'attelage antique du cheval se fondait sur la traction par la gorge de l'animal, ce qui, gênant sa respiration, l'affaiblissait. Dès l'époque des Royaumes combattants, ce dispositif antique est remplacé par un procédé plus rationnel : la bricole de poitrail. Le collier d'attelage apparaît vers les vevie siècles ; l'ensemble permet la traction de plus lourdes charges avec moins d'animaux. La maniable brouette apparaît très tôt. L'Europe ne connaîtra ces techniques qu'au cours du Moyen  [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. (centre de recherche sur la civilisation chinoise)

Classification

Autres références

«  CHINOISE CIVILISATION  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET
  •  • 1 592 mots
  •  • 1 média

L'Asie orientale, de civilisation et d'influence chinoises, constitue un ensemble humain et géographique qui est à la fois très vaste et complexe en raison de la diversité de ses populations et de ses conditions naturelles. Elle s'étend depuis l'équateur jusqu'à la taïga sibérienne et depuis le Pacifique jusqu'au cœur du continent asiatique. On trouve des colonies chinoises à Java et en Malaisie c […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La pensée chinoise

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 3 456 mots
  •  • 3 médias

Depuis des temps qui se perdent aux origines légendaires, la mentalité chinoise est soutenue et sous-tendue par ce que l'on peut, faute de mieux, appeler une doctrine.Doctrine forte et profonde qui justifie l'histoire entière de la Chine, mais sans laquelle un monde s'écroule pour ne laisser subsister qu'une poussière de faits dans un désordre inexplicable. Aucune analyse socio-économique ne saura […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 068 mots
  •  • 2 médias

Les fondements de la pensée chinoise traditionnelle nous sont connus essentiellement par des textes qui furent rédigés pour la plupart à l'époque dite des philosophes (en histoire : l'époque des Royaumes combattants, ve-iiie s. av. J.-C.). Il est cependant certain que nombre de concepts remontent à une ép […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Bureaucratie, gouvernement, économie

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 11 003 mots

« Céleste » ou « hydraulique », peu importe : l'idée communément répandue suivant laquelle la Chine vit depuis des temps fort anciens sous un régime bureaucratique est essentiellement correcte. Sans vouloir ici décrire à nouveau l'évolution, esquissée dans les pages précédentes, des institutions gouvernementales au fil des dynasties, on rappellera simpl […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La médecine en Chine

  • Écrit par 
  • Florence BRETELLE-ESTABLET
  •  • 8 510 mots
  •  • 8 médias

Depuis le début des années 1980, plusieurs facteurs ont conduit historiens et anthropologues à développer et renouveler le champ des études sur la médecine chinoise. D'une part, les travaux menés par les historiens ou philosophes, comme Foucault, sur la médecine européenne ont montré combien la médecine était un champ fécond pour l'histoire intellectuelle, sociale et politique d'une société donnée […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Les tendances esthétiques chinoises ordonnent les créations artistiques selon une hiérarchie profondément différente de celle de l'Occident : elles tiennent compte de leur lien plus ou moins direct avec l'esprit. L'écriture – et donc la calligraphie, véhicule par excellence de la pensée – prend ainsi la première pl […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 1 média

Les origines de la littérature chinoise sont à peu près contemporaines de celles des deux autres littératures dont se nourrit encore la tradition du monde civilisé : celle de l'Inde et celle de l'Europe. Ici comme là, ces origines remontent à un ou deux millénaires avant l'ère chrétienne, et le nom de Confucius, vers l'an 500 avant J.-C., marque en Chine u […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 318 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'astronomie arabe et chinoise »  : […] En ce qui concerne les Arabes et leurs collègues juifs et persans, ce n'est pas seulement par amour de la science qu’ils s’intéressent à l'astronomie. L'étude des astres leur est indispensable pour prédire l'avenir : ce sont avant tout des astrologues. Ils ont d'abord besoin de méthodes de calcul et des tables déjà établies, qu'ils découvrent dans les vestiges des bibliothèques byzantines, et auss […] Lire la suite

CALENDRIERS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul PARISOT
  •  • 9 874 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Calendriers chinois »  : […] Nos connaissances sur l'astronomie et le calendrier chinois sont dues au travail monumental réalisé entre 1723 et 1759 par le jésuite français Antoine Gaubil. Pendant les trente-six années qu'il passe à Pékin, sa fonction de traducteur et d'interprète lui permet d'être en contact permanent avec la cour et il a accès à tous les documents historiques. Il a publié plusieurs traités de chronologie (p […] Lire la suite

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 794 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le territoire, un produit de l'histoire »  : […] Le territoire de la Chine se donne, dans l'histoire officielle, comme l'extension d'un monde chinois qui trouve son foyer originel dans le bassin moyen du fleuve Jaune dès le II e  millénaire avant J.-C. Plus largement, la Chine se veut le foyer de civilisation de l'Asie orientale dans la mesure où elle était elle-même l'ensemble du monde, « tout ce qui était sous le ciel » ( tian xia ). Le peup […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude MARTZLOFF, « CHINOISE (CIVILISATION) - Sciences et techniques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-sciences-et-techniques/