Pensée chinoise


ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 669 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'alchimie chinoise »  : […] La Chine n'a pas connu de solution de continuité entre le stade technico-magique de la métallurgie et l'apparition de l'alchimie.Les confréries de forgerons chinois, détenteurs du plus prestigieux des arts magiques, ont exercé, comme l'a montré Granet, une influence directe et profonde sur les premières conceptions alchimiques taoïstes. Par leurs princip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alchimie/2-l-alchimie-chinoise/

CHINOISE (CIVILISATION) - La médecine en Chine

  • Écrit par 
  • Florence BRETELLE-ESTABLET
  •  • 8 494 mots
  •  • 8 médias

Depuis le début des années 1980, plusieurs facteurs ont conduit historiens et anthropologues à développer et renouveler le champ des études sur la médecine chinoise. D'une part, les travaux menés par les historiens ou philosophes, comme Foucault, sur la médecine européenne ont montré combien la médecine était un champ fécond pour l'histoire intellectuelle, sociale et politique d'une société donnée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-medecine-en-chine/#i_0

CHINOISE (CIVILISATION) - La pensée chinoise

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 3 439 mots
  •  • 3 médias

Depuis des temps qui se perdent aux origines légendaires, la mentalité chinoise est soutenue et sous-tendue par ce que l'on peut, faute de mieux, appeler une doctrine.Doctrine forte et profonde qui justifie l'histoire entière de la Chine, mais sans laquelle un monde s'écroule pour ne laisser subsister qu'une poussière de faits dans un désordre inexplicable. Aucune analyse socio-économique ne saura […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-pensee-chinoise/#i_0

CHINOISE (CIVILISATION) - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARTZLOFF
  •  • 6 578 mots

Pour la Chine, comme pour d'autres civilisations, plus on remonte le temps, plus il devient difficile de préciser ce qu'on doit entendre exactement par « science ». C'est pourquoi la « science chinoise » peut se définir de plusieurs manières : il peut s'agir de toute idée, découverte ou méthode chinoise qui joue encore u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-sciences-et-techniques/#i_0

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 081 mots
  •  • 2 médias

Les fondements de la pensée chinoise traditionnelle nous sont connus essentiellement par des textes qui furent rédigés pour la plupart à l'époque dite des philosophes (en histoire : l'époque des Royaumes combattants, ve-iiie s. av. J.-C.). Il est cependant certain que nombre de concepts remontent à une ép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-symbolisme-traditionnel-et-religions-populaires/#i_0

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 211 mots

Dans le chapitre « La philosophie chinoise du « Hong fan » »  : […] Le Hong fan, inséré à titre de chapitre dans le Shu jing, est un petit traité qui passe communément pour le plus ancien essai de la philosophie chinoise. La tradition des lettrés prétend y voir un ouvrage du IIe millénaire avant J.-C. Les critiques modernes le font remonter, les uns au viiie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theories-des-elements/2-la-philosophie-chinoise-du-hong-fan/

FALUN GONG, mouvement religieux

  • Écrit par 
  • David OWNBY
  •  • 798 mots

Le Falun Gong, qui signifie en chinois « discipline de la roue du dharma », ou falun dafa, relève d'un amalgame de pratiques corporelles et spirituelles mis au point en 1992 par son fondateur, Li Hongzhi (né en 1952), et adopté par des millions de Chinois. Il fait l'objet d'une campagne de répression par le gouvernement depuis 1999. La montée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/falun-gong-mouvement-religieux/#i_0

FORÊT DE BAMBOUS LES SEPT SAGES DE LA (ZHU LIN QI XIAN)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 1 456 mots

Les Chinois ont de tout temps groupé ensemble penseurs, poètes ou peintres parmi lesquels ils trouvaient certains traits communs. Tantôt ces groupes étaient composés de véritables cénacles d'amis, tantôt (un peu comme les Sept Sages de l'Antiquité grecque) ils n'étaient que des compagnons imaginaires, rassemblés par des historiens qui voyaient entre eux des similitudes dans leur pensée, leur art o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-sept-sages-de-la-foret-de-bambous/#i_0

GE HONG [KO HONG] (283-343)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 903 mots

Grand philosophe originaire de la Chine du Sud, à l'époque des Jin, connu surtout comme alchimiste. Sa légende, créée par lui-même de son vivant, le montre subsistant péniblement, à l'écart du monde, presque en ermite ; en réalité, il a été fonctionnaire et officier. Sa vie est liée à l'histoire, fort mouvementée, de son époque.Issu d'une famille de lettrés-fonctionnaires, Ge Hong connaît cependan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ge-hong-ko-hong/#i_0

GONGSUN LONG [KONG-SOUEN LONG] (env. 320-env. 250 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 648 mots

Dialecticien chinois, le plus grand logicien de l'époque classique, Gongsun Long a entrepris des recherches épistémologiques et métaphysiques qui sont l'aboutissement d'une longue élaboration de la logique chinoise imputable aux mohistes, tel Mozi, et à Hui Shi ou à l'« école des noms » (Mingjia). Son influence sur son époque et sur les métaphysiciens postér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gongsun-long-kong-souen-long/#i_0

GUANZI [KOUAN-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 213 mots

Philosophe de la Chine ancienne dont le nom complet est Guan Yiwu, Guanzi fut le Premier ministre du prince Huan du royaume de Qi. Mais l'ouvrage antique qui nous est parvenu sous le nom de Guanzi n'est qu'un recueil fort hétérogène et dont aucune partie ne peut être attribuée à ce personnage historique. Les érudits chinois considèrent que le texte actuel est un faux du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guanzi-kouan-tseu/#i_0

GUO XIANG [KOUO HIANG] (mort en 312)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 457 mots

Philosophe chinois de l'école Xuanxue, Guo Xiang est connu pour le commentaire du Zhuangzi qui porte son nom. La question de savoir si ce commentaire a réellement été écrit par lui ou s'il est l'œuvre de Xiang Xiu (221 env.-300) a été beaucoup discutée depuis l'époque de sa parution jusqu'à nos jours. En définitive, il semble que le comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guo-xiang-kouo-hiang/#i_0

GU YANWU [KOU YEN-WOU] (1613-1682)

  • Écrit par 
  • Michel CARTIER
  •  • 308 mots

Né au Jiangsu dans une famille de lettrés, Gu Yanwu (ou Gu Tinglin) est adopté très jeune par la veuve d'un cousin de son père demeuré sans progéniture. Reçu à treize ans au premier degré des examens mandarinaux, ce n'est qu'en 1643 qu'il est admis à l'Université impériale. Lors de la chute de Pékin (1644), il est au service de l'un des princes Ming qui tentent d'organiser au Sud la résistance à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gu-yanwu-kou-yen-wou/#i_0

HUI SHI [HOUEI CHE] ou HUIZI [HOUEI-TSEU] (env. 370-env. 310 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 756 mots

Dialecticien chinois, un des grands sophistes qui ont été rangés dans ce qu'on appelle l'« école des noms » (Mingjia), Hui Shi (ou Huizi), dont aucun ouvrage ne nous est parvenu, est l'auteur d'un système, important et original, qui est connu par son ami Zhuangzi, comme lui originaire du pays de Song (actuelle province du Henan) et son principal interlocute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hui-huizi/#i_0

LÉGISTES ÉCOLE DES

  • Écrit par 
  • Léon VANDERMEERSCH
  •  • 2 249 mots

Le légisme chinois fut à la fin du iiie siècle avant J.-C. la doctrine d'État de la première dynastie impériale, après avoir façonné les institutions de l'ancien pays de Qin au milieu du ive siècle. Responsable de la conception chinoise de l'absolutisme, il s'est développé au cours de la remise en questio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-des-legistes/#i_0

LIU FENGLU [LIEOU FONG-LOU] (1776-1829)

  • Écrit par 
  • Lucie RAULT
  •  • 318 mots

Fonctionnaire et lettré, appelé Shenshou et surnommé Siwu jushi, Liu Fenglu naquit à Wuchi (Zhejiang) d'une famille où s'étaient illustrées déjà de nombreuses personnalités littéraires et politiques. En 1817, après avoir obtenu le titre de jinshi, il occupe un poste de secrétaire au Bureau des cérémonies et se voit, sept ans plus tard, nommé directeur de ce même bureau. Son œuv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liu-fenglu-lieou-fong-lou/#i_0

MOZI [MO-TSEU] (env. 479-env. 390 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Léon VANDERMEERSCH
  •  • 1 138 mots

Parfois considéré comme un lointain précurseur du socialisme, Mozi, à la pensée duquel toute réflexion sur la structure individuelle ou collective de la propriété demeure encore entièrement étrangère, fut surtout un pacifiste ardent qui, en vue de débarrasser la société de ses contradictions, songea à réorganiser l'État, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mozi-mo-tseu/#i_0

NEUF CHAPITRES SUR LES PROCÉDURES MATHÉMATIQUES LES

  • Écrit par 
  • Joël BRENIER
  •  • 2 889 mots

Les trois textes mathématiques chinois les plus anciens dont nous ayons connaissance sont le Livre de procédures mathématiques (Suanshushu), le Classique mathématique du Gnomon des Zhou (Zhoubi suanjing) et les Neuf Chapitres sur les procédures mathématiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-neuf-chapitres-sur-les-procedures-mathematiques/#i_0

QIGONG ou CHI GONG

  • Écrit par 
  • Catherine DESPEUX
  •  • 430 mots

Qigong(souvent transcrit chi gong ou chi kong en français) signifie à la fois « méthode et efficience du souffle », qi signifiant le souffle en chinois. Ce terme regroupe des techniques traditionnelles de gymnastique, de respiration, de méditation, de visualisation, de transe, de guérison charismatique et de combat. Celles-ci proviennent de contextes taoïste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qigong-chi-gong/#i_0

QINGTAN [TS'ING-T'AN]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 422 mots

Désignant un mouvement philosophique et littéraire de la Chine du iiie et du ive siècle, le terme qingtan veut dire « causeries pures » et caractérise « un certain type de discussions rhétoriques sur des sujets philosophiques et autres, très en vogue parmi les hautes classes cultivées, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qingtan-ts-ing-t-an/#i_0

ROCHERS DE LETTRÉS. ITINÉRAIRES DE L'ART EN CHINE (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 046 mots
  •  • 1 média

L'amateur d'art connaît les œuvres splendides produites en Chine pendant des siècles, par le pinceau, qu'il s'agisse de calligraphies ou de peintures, de rouleaux parfois verticaux et suspendus, parfois horizontaux, ou de pièces plus petites. Parfois ces œuvres ne jouent que dans des gammes de noirs et de gris, parfois elles sont au contraire réalisées en couleurs. Mais l'exposition du musée Guime […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rochers-de-lettres-itineraires-de-l-art-en-chine/#i_0

SHU JING [CHOU KING]

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 810 mots

Le Shu jing est, avec le Yi jing et le Shi jing, un des trois plus anciens livres canoniques chinois. Le mot shu signifie écrire, écrit, document, et se référait à l'origine aux notations faites par les scribes de la cour des paroles royales. Des milliers de ces « écrits » ont dû être en circulation dans l'Antiquité. D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shu-jing-chou-king/#i_0

TRIGRAMME

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 243 mots

Au nombre de huit, les trigrammes divinatoires chinois (ba gua) auraient été découverts par le souverain légendaire Fuxi sur la carapace d'une tortue, image toute-puissante de l'univers. Ils sont formés d'une combinaison de trois lignes soit continues (impaires, mâles, yang) soit brisées (paires, femelles, yin). C'est en superposant les t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trigramme/#i_0

WANG BI [WANG PI] (226-249)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 486 mots

Philosophe chinois, principal représentant de l'école des Mystères (Xuanxue), Wang Bi expose ses idées dans des commentaires des textes classiques, notamment du Daode jing et du Yi jing. Il se sert de ces ouvrages comme de prétexte à démontrer son propre système, procédé qui, par la suite, devint courant chez les philosophes chinois et qui impliquait que les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-bi-wang-pi/#i_0

WANG CHONG [WANG TCH'ONG] (27 env.-97)

  • Écrit par 
  • Jacques DARS
  •  • 1 553 mots

Personnage d'un caractère abrupt, anticonformiste par vocation, pour ainsi dire, Wang Chong fut un esprit aussi original qu'intransigeant, et les difficultés auxquelles il se heurta toute sa vie furent le prix d'une liberté qu'il sut préserver jalousement : celle de penser pour lui et, souvent, contre les autres. Si l'homm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-chong-wang-tch-ong/#i_0

XUANXUE [HIUAN-HIUE]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 957 mots

Courant philosophique qui apparut en Chine vers la fin de l'Empire des Han (iie s.), le Xuanxue réagit contre la scolastique confucianiste qui était jusque-là la doctrine officielle. En cherchant à retrouver l'enseignement pur et fondamental des grands penseurs de l'Antiquité, ainsi qu'à répondre aux problèmes posés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xuanxue-hiuan-hiue/#i_0

YAN FU [YEN FOU] (1853-1921)

  • Écrit par 
  • Lucie RAULT
  •  • 354 mots

Appelé Youling et surnommé Jidao, penseur de la fin des Qing, Yan Fu est originaire de Minhou (Fujian) ; diplômé de l'École navale du Fuzhou, il part en 1877 faire en Angleterre un stage à l'issue duquel, en 1879, il se voit attribuer la responsabilité de l'école navale du Zhili (Hebei). Expert en génie maritime, il n'en reste pas moins en contact avec les idéologies et systèmes politiques europée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yan-fu-yen-fou/#i_0

YIN & YANG

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 214 mots

Le yin et yang est une notion commune à tous les penseurs chinois de la fin du ve siècle avant l'ère chrétienne, ce qui – comme le souligne Marcel Granet dans La Pensée chinoise (1934) – n'atteste nullement que cette notion soit née à cette époque, mais plutôt qu'à une longue évolution et tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yin-et-yang/#i_0


Affichage 

Relations d'engendrement et de conquête des Cinq Agents

Relations d'engendrement et de conquête des Cinq Agents

dessin

Les Cinq Agents sont des symboles capables d'évoquer tous les phénomènes naturels et leur dynamique propre. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Canal Zujueyin du foie

Canal Zujueyin du foie

photographie

Illustration du canal Zujueyin du foie, remontant du pied vers la poitrine avec ses principaux points d'acuponcture (à droite); illustration de l'intérieur du corps et du canal Renmai (à gauche). Huang Weiyuan, «Yixue xunyuan» (Les Origines de la médecine), 1914, Guangdong Dabu tianshengguan. 

Crédits : Collection privée

Afficher

Visage, reflet de l'ordre cosmique

Visage, reflet de l'ordre cosmique

photographie

Dans la médecine des correspondances systématiques, l'homme est gouverné par les lois qui régulent le cosmos, à savoir l'alternance du yin et du yang, symbolisée par huit trigrammes. Le visage est la partie du corps qui peut refléter, dans sa totalité, cet ordre cosmique;... 

Crédits : Collection privée

Afficher

Fu et Zang : leurs liens, leurs fonctions, leurs ouvertures

Fu et Zang : leurs liens, leurs fonctions, leurs ouvertures

tableau

Les Zang sont des organes qui emmagasinent, les Fu assurent les transformations. L'ensemble représente une anatomie fonctionnelle du corps. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Correspondances des Cinq Agents dans la nature et le corps

Correspondances des Cinq Agents dans la nature et le corps

tableau

Le déséquilibre entre Yin, Yang et les Cinq Agents est à l'origine des maladies. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les douze canaux (méridiens) principaux

Les douze canaux (méridiens) principaux

tableau

Les canaux yin de la main (shou) partent de la poitrine vers la main ; ils rejoignent les canaux yang de la main qui remontent vers la tête où ils s'unissent aux canaux yang des pieds (zu) qui descendent jusqu'aux pieds où ils rejoignent les canaux yin des pieds qui remontent... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Faîte suprême

Faîte suprême

dessin

Diagramme du « faîte suprême » adapté de Zhou Dunyi (Tcheou Touen-yi), env. 1050 apr. J.-C. Les cinq cercles sont rigoureusement équivalents et ne font que présenter aux yeux humains les aspects de « tai ji », le faîte suprême. Cercle supérieur : tai ji dans sa pure vacuité... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Principales correspondances

Principales correspondances

tableau

Tableau des correspondances principales. (Le foie réfère à la fonction métabolique de l'organe, alors que la vésicule biliaire représente la fonction biliaire. L'intestin grêle comprend jéjunum et iléon. L'estomac va de l'œsophage au duodénum inclus. Dans le rein, c'est... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Wu xing : cycle de succession

Wu xing : cycle de succession

dessin

Cycle de succession des « wu xing ». Chacune des quatre modalités placées aux points cardinaux (B à l'est, F au sud, M à l'ouest, E au nord) correspond au milieu d'une saison : F et E aux solstices, B et M... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Relations d'engendrement et de conquête des Cinq Agents

Relations d'engendrement et de conquête des Cinq Agents
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Canal Zujueyin du foie

Canal Zujueyin du foie
Crédits : Collection privée

photographie

Visage, reflet de l'ordre cosmique

Visage, reflet de l'ordre cosmique
Crédits : Collection privée

photographie

Fu et Zang : leurs liens, leurs fonctions, leurs ouvertures

Fu et Zang : leurs liens, leurs fonctions, leurs ouvertures
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Correspondances des Cinq Agents dans la nature et le corps

Correspondances des Cinq Agents dans la nature et le corps
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Les douze canaux (méridiens) principaux

Les douze canaux (méridiens) principaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Faîte suprême

Faîte suprême
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Principales correspondances

Principales correspondances
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Wu xing : cycle de succession

Wu xing : cycle de succession
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin