Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GANSU [KAN-SOU]

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative

Province de Chine s'étendant sur 366 500 kilomètres carrés et peuplée de 26 millions d'habitants en 2006. Les minorités nationales les plus importantes sont représentées par les Tibétains, les Mongols, les Hui, les Kazakhs, les Yugu. S'étirant sur plus de 1 500 kilomètres d'est en ouest, au contact de domaines géologiques fort différents, le Gansu se caractérise par un relief extrêmement contrasté où l'on peut distinguer cinq grands ensembles.

À l'est du Huanghe s'étend l'extrémité sud-ouest des plateaux de lœss, qui sont ici les plus élevés et les plus accidentés avec une altitude moyenne de 1 500 mètres. Ces plateaux sont coupés de profondes vallées, d'une multitude de ravines, et dominés par un ensemble de massifs montagneux dont le plus important est le massif des Liupanshan. À l'ouest du Huanghe s'allonge, sur un millier de kilomètres et sur une largeur de 50 à 70 kilomètres, le corridor du Hexi, couloir désertique constitué d'une succession de dépressions et de plateaux à une altitude moyenne de 1 000 mètres encombrés au sud de cônes de déjection qui s'alignent au pied de l'énorme masse des Qilianshan, série de chaînes parallèles alignées à la limite des plateaux du Qinghai, à des altitudes supérieures à 3 000 mètres, et qui culminent au mont Qilian à 5 664 mètres. Au nord s'étend l'extrémité occidentale du plateau mongol occupé essentiellement par le désert d'Alashan.

S'étendant du domaine de la Chine du Nord jusqu'aux portes de l'Asie centrale, le Gansu connaît une dégradation progressive de ses conditions climatiques : à l'est du Huanghe, il tombe annuellement 400 à 500 millimètres de précipitations, qui diminuent très rapidement vers l'ouest où elles sont inférieures à 100 millimètres ; ce sont partout des pluies d'été. De même, les contrastes thermiques s'accusent d'est en ouest : — 4 0C en janvier et + 22 0C en juillet à l'est, — 10 0C et + 26 0C dans le corridor du Hexi. Mais, contrastant avec les solitudes désertiques du plateau mongol qui le borde au nord, le corridor du Hexi est jalonné d'oasis alimentées par les eaux descendues des Qilianshan, lui valant ainsi d'être la seule voie de liaison praticable entre la Chine du Nord et l'Asie centrale.

C'est à la faveur d'une telle situation géographique que s'est réalisée au Gansu la pénétration la plus occidentale de la colonisation agricole traditionnelle chinoise, où le blé occupe une grande partie des terres cultivées. Selon les diverses conditions topographiques et climatiques, le Gansu se divise en trois grands domaines agricoles. À l'est du Huanghe, les cultures en terrasses des plateaux de lœss, avec le blé d'hiver et les millets (culture d'été), sont les cultures essentielles. À l'ouest du Huanghe, le blé de printemps et le riz sont les principales cultures céréalières, et le coton une importante culture industrielle, particulièrement développée sur les rives de la Sulei et du Tanhe : c'est une agriculture d'oasis. Au cœur de la province, le bassin de Lanzhou, drainé par le Huanghe, est remarquable par la richesse et la variété de ses cultures : céréales (blé, riz), coton, tabac, fruits et cucurbitacées. En 2001, la production céréalière globale s'est élevée à 3 959 600 tonnes.

Toute cette agriculture repose sur l'irrigation, qui a été considérablement développée depuis 1949. Les principaux périmètres d'irrigation sont ceux de Zhangye et de Wuwei, alimentés par les eaux des Qilianshan (Essin-gol et Xihe). Par ailleurs, les prairies d'altitude représentent environ le quart de la superficie totale de la province où les minorités nationales du Gansu pratiquent l'élevage du mouton, qui constitue une des grandes ressources de la[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative

Autres références

  • ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

    • Écrit par Pierre CARRIÈRE, Jean DELVERT, Xavier de PLANHOL
    • 34 872 mots
    • 8 médias
    Le gradin occidental comprend le Grand Khingan, les monts du Hebei, les monts du Shanxi et les plateaux du Shaanxi et du Gansu. Le Grand Khingan est un bloc gauchi, en pente douce vers l'ouest et cassé brutalement à l'est, par une grande faille nord-sud ; c'est une moyenne montagne (1 200 m d'altitude...
  • CHINE - Cadre naturel

    • Écrit par Guy MENNESSIER, Thierry SANJUAN, Pierre TROLLIET
    • 5 861 mots
    • 7 médias

    La République populaire de Chine est un des États les plus étendus (9 561 240 km2)et le deuxième pays le plus peuplé du monde (1 425 700 000 habitants en 2023, hors Hong Kong, Macao et Taïwan). À côté d'une immense majorité Han (ou chinoise proprement dite), la population comprend 54 nationalités...

  • CHINE - Les régions chinoises

    • Écrit par Pierre TROLLIET
    • 11 778 mots
    • 3 médias
    ...l'urbanisation, Pékin mise à part. De Jinan (2,2 millions d'habitants en 2005), capitale du Shandong, Lanzhou (1,6 million d'habitants), capitale du Gansu, le prestigieux axe historique de l'Empire s'est doublé de l'axe ferroviaire qui conduit au Xinjiang depuis le début des années 1960, et qui croise...
  • DUNHUANG [TOUEN-HOUANG], site archéologique

    • Écrit par Jean-Pierre DRÈGE
    • 1 052 mots
    • 1 média

    Jusqu'à la fin du xixe siècle, l'oasis de Dunhuang, à l'extrémité ouest de l'actuelle province du Gansu, était connue en Chine surtout comme l'une des quatre commanderies fondées à la fin du iie et au début du ier siècle avant notre ère, aux confins des « Territoires...

Voir aussi