QINGHAI [TS'ING-HAI]

Médias de l’article

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Élevage dans le Qinghai, Chine

Élevage dans le Qinghai, Chine
Crédits : China photos/ Getty

photographie

Monastère de Kumbum à Xining, Qinghai

Monastère de Kumbum à Xining, Qinghai
Crédits : K. Su/ Getty

photographie


La province chinoise du Qinghai s'étend au nord du Tibet où elle couvre 721 000 kilomètres carrés ; avec seulement 5,5 millions d'habitants en 2006, c'est de très loin la moins densément peuplée des provinces chinoises. La chaîne des Nanshan (ou Qilianshan) au nord et celle des Bayan Kara (branche des Kunlun) au sud, qui culminent respectivement à 6 000 et 7 000 mètres d'altitude, constituent les limites du Qinghai, encadrant un immense plateau à 4 000 mètres d'altitude où s'ouvrent, au nord-ouest, à 3 000 mètres, le bassin de Tsaïdam, vaste dépression fermée de 200 000 kilomètres carrés et, à l'est, le bassin alluvial du lac Qinghai (4 450 km2). Les deux plus grands fleuves chinois, le Huang He et le Yangzi, prennent leur source dans le Qinghai.

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative

carte

Carte administrative de la Chine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Cette province, par ses altitudes et par sa position continentale, connaît de sévères conditions climatiques, marquées par le froid et la sécheresse ; le bassin du lac Qinghai, région la plus favorisée, reçoit moins de 400 millimètres de pluie (moins de 100 ailleurs), l'hiver y est froid (moyenne de janvier : — 7 0C) et l'été frais (moyenne de juillet : 18 0C). Là se concentre le peuplement chinois qui pratique l'agriculture (orge, blé de printemps, pomme de terre, fruits), tandis que le plateau et les massifs sont occupés par des Tibétains au sud, des Mongols et des Kazakhs au nord, qui pratiquent un élevage transhumant.

Élevage dans le Qinghai, Chine

Élevage dans le Qinghai, Chine

photographie

La Chine des grands espaces: moutons et yacks pâturant dans le Qinghai. 

Crédits : China photos/ Getty

Afficher

Des prospections entreprises à partir de 1955 ont permis la découverte de gisements pétroliers dans le bassin de Tsaïdam et, à partir de 1958, plusieurs centaines de puits ont été mis en production à Lenghu, à la frontière du Xinjiang, à Mangyai et à Youquanzi, au sud-ouest de Lenghu. Au début du xxie siècle, en dehors de l'exploitation du gaz et du pétrole, l'industrie du Qinghai repose sur l'énergie électrique, les métaux non ferreux et le secteur chimique (lié à l'utilisation du sel). En 2006, ces quatre domaines représentaient 83 p.100 de la valeur ajoutée de la produ [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  QINGHAI [ TS'ING-HAI ]  » est également traité dans :

CHINE - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Guy MENNESSIER, 
  • Thierry SANJUAN, 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 5 866 mots
  •  • 8 médias

Shandong, Shaanxi, Shanxi, Sichuan, Yunnan, Zhejiang ; le Qinghai, province détachée du Tibet ; le Heilongjiang, le Jilin, le Liaoning, divisions de l'ancienne Mandchourie restée chinoise ; et l'île de Hainan, province créée en 1988 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-cadre-naturel/#i_21671

Pour citer l’article

Pierre TROLLIET, « QINGHAI [TS'ING-HAI] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/qinghai-ts-ing-hai/