Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHANGE Le système monétaire international

Le système monétaire international (S.M.I.) ne se réduit pas aux seuls régimes de change. Alors que ceux-ci ne concernent que les formes juridiques d'organisation des paiements internationaux (régimes fixes, flottants ou intermédiaires), le système, selon une définition de Robert Mundell (Prix Nobel d’économie 1999), est « l'ensemble des mécanismes qui gouvernent les interactions entre les monnaies et les instruments de crédit des différentes nations, et les moyens de règlement des biens et des services ». À ce titre, le S.M.I. se situe en amont des régimes de change. Il englobe à la fois les opérations de règlement des transactions commerciales, mais aussi toutes les opérations financières, non seulement celles qui sont liées à ces dernières, mais aussi celles qui se développent de façon autonome entre les nations.

De façon plus générale, un système est avant tout un mécanisme ordonnateur qui permet qu'une myriade de décisions des agents économiques ou des États, qui n'ont aucune raison d'être compatibles entre elles ex ante, le deviennent pourtant ex post. Si l'on part de cette définition (un ensemble d'interactions autant financières que monétaires dominé par une régulation), on doit convenir que le S.M.I. est d'interprétation plus difficile qu'on ne le croit. Il ne suffit pas de le caractériser directement (étalon de change or, étalon dollar, flottement) pour comprendre la nature profonde et l'histoire de ce système monétaro-financier complexe. Certes, depuis les accords de Bretton Woods (1944) ou le retour des monnaies européennes à la convertibilité limitée en 1958, le S.M.I. a considérablement évolué. Il porte notamment la trace des violentes crises financières subies par les marchés émergents (1997-1999), à l'occasion desquelles le Fonds monétaire international fut fortement sollicité et tout aussi critiqué. Pour autant, il n'est pas sûr que le « cœur » du système ne soit pas demeuré presque inchangé, autour du dollar des États-Unis et de la règle du « déficit sans pleurs » de l'économie américaine. Le S.M.I. est toutefois aujourd’hui marqué par un choix difficile, entre un universalisme confirmé du billet vert et l’émergence d’un modèle multipolaire avec l’internationalisation des monnaies européenne et chinoise, l’euro et le renminbi.

Les grandes étapes du S.M.I.

Les origines du S.M.I.

L'histoire du S.M.I. n'a pas commencé en 1944 à Bretton Woods. En effet, dès le milieu du xixe siècle, un système existe, celui de l'étalon or, promu par ce qui est alors l'économie dominante : la Grande-Bretagne. Après de nombreuses oppositions, le monométallisme or défendu par ce pays l'emporte sur le bimétallisme or et argent qui eut longtemps la préférence de la France (le franc germinal de l'an XI est défini par son poids d'argent et seulement indirectement par rapport à l'or). La tentative de résistance de Paris à travers l'Union latine (1865), après quelques années de succès, fera finalement long feu et l'or s'imposera comme étalon monétaire dans la plupart des grands pays au cours des années 1870.

L'étalon or triomphe parce qu'il met en œuvre un système dominé par des règles strictes. Il est encadré par les points d'or qui correspondent aux frais de transport, d'assurance et de monnayage du métal. De plus, le réglage de la liquidité se fait par le maniement du taux d'escompte (Bank rate) de la Banque d'Angleterre. Ces « règles du jeu » garantissent en principe sa stabilité. Mais, au-delà de ces mécanismes, c'est la domination de la City et de la Banque d'Angleterre qui assurent la pérennité du système : « tout ce qui était à Londres était liquide et tout passait par Londres », a noté à ce propos Arthur Bloomfield.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Chronologie du système monétaire international

Chronologie du système monétaire international

Régimes de change : classification officielle (1970-1999)

Régimes de change : classification officielle (1970-1999)

Triangle d'incompatibilité

Triangle d'incompatibilité

Autres références

  • CHANGE, notion de

    • Écrit par Marc POURROY, Séverine VANDELANOITE
    • 1 786 mots

    Au xiie siècle, lors des grandes foires de Champagne, les commerçants venus d'horizons divers avaient recours aux changeurs, qui procédaient à la conversion des différentes monnaies en circulation. Ce n'est toutefois qu'à l'époque de la Renaissance que les banquiers d'Italie du Nord réunirent les fonctions...

  • ACCORDS DE BRETTON WOODS

    • Écrit par Francis DEMIER
    • 286 mots
    • 1 média

    Le système monétaire mis en place à Bretton Woods en 1944 répond, pour les Américains, à la volonté d'éviter les crises monétaires, dont on pensait qu'elles avaient entraîné le protectionnisme, le nationalisme, la guerre. Le système se présente comme un retour à l'étalon or qui, avec un système de...

  • AN ENQUIRY INTO THE NATURE AND EFFECTS OF THE PAPER CREDIT OF GREAT BRITAIN, Henry Thornton - Fiche de lecture

    • Écrit par Jérôme de BOYER
    • 1 032 mots
    Thornton décrit le mécanisme d'arbitrage dit « des points d'entrée et de sortie de l'or » et démontre comment, lorsque la convertibilité des billets en or est suspendue, un déficit de la balance des paiements provoque une baisse sensible du taux de change qui fait monter le prix...
  • ANTICIPATIONS, économie

    • Écrit par Christian de BOISSIEU
    • 6 072 mots
    • 4 médias
    – Dans le monde contemporain où prédominent les changes flottants – même s'il existe des zones de stabilité des changes voire d'intégration monétaire forte (exemple de la zone euro) – et où les banques centrales interviennent largement pour gérer le flottement, les anticipations...
  • ARGENTINE

    • Écrit par Jacques BRASSEUL, Universalis, Romain GAIGNARD, Roland LABARRE, Luis MIOTTI, Carlos QUENAN, Jérémy RUBENSTEIN, Sébastien VELUT
    • 37 033 mots
    • 18 médias
    Lerégime de change, qui est mis en place en 1976, a pour objectif de couper court aux anticipations inflationnistes, en fixant à l'avance le taux de dévaluation de la monnaie. Parallèlement, l'indexation des salaires est éliminée et la monétisation du déficit est interdite (la Banque centrale ne pouvant...
  • Afficher les 52 références

Voir aussi