BIMÉTALLISME

Système monétaire qui combine deux étalons, or et argent. La loi du 7 germinal an XI (28 mars 1803), qui instituait en France un système bimétalliste, fixa les trois conditions nécessaires à un tel système : un rapport légal fixe entre les deux métaux, l'or ayant une valeur 15,5 fois supérieure à celle de l'argent, l'attribution à chacun des deux métaux du pouvoir libératoire illimité et la frappe par l'État à la demande des particuliers.

L'inconvénient pratique d'un tel système provenait d'une éventuelle discordance entre le rapport légal fixe et le rapport commercial résultant des cours libres de l'or et de l'argent, qui étaient déterminés par le volume des offres et des demandes de ces métaux. Ainsi, lorsque, par exemple, la valeur de l'argent avait baissé, il était possible de tirer un profit en faisant fondre des pièces d'or pour les échanger contre de l'argent à sa valeur commerciale, puis ensuite le faire frapper, ce qui lui donnait une valeur supérieure en or. Il en résultait un accroissement de la circulation de l'argent et une véritable disparition de la circulation monétaire de l'or qui était thésaurisé ou utilisé pour les règlements extérieurs. Cette situation est résumée par la « loi de Gresham » : « Quand dans un pays deux monnaies légales sont en circulation, la mauvaise monnaie (monnaie en métal déprécié) chasse la bonne. »

Les difficultés des pays bimétallistes ont imposé la mise en œuvre de certains correctifs, qui ont abouti à un « bimétallisme boiteux » ou, en pratique, à un monométallisme or de fait. Ainsi en 1865, à la suite de la découverte des mines d'or en Australie et en Californie, pour remédier à la pénurie relative d'argent, l'Union monétaire latine, qui réunissait la France, l'Italie, la Suisse, la Belgique décida de réduire le titre des pièces d'argent pour abaisser leur valeur exprimée en or et de limiter le pouvoir libératoire et la frappe libre à la seule pièce d'argent de 5 F. Une dizaine d'années plus tard, la situation s'inversa, ce qui entraîna une dépréciation relative de l'argent ; aussi, en 1878, l'Union monétaire latine supprima-t-elle en son sein la liberté de frappe de l'argent, en conservant pourtant le pouvoir libératoire illimité de la pièce d'argent de 5 F.

L'instabilité du système bimétallique a donc conduit à un monométallisme or de fait. Au début du xxe siècle, les principaux pays du monde avaient définitivement abandonné le bimétallisme.

—  P. SCHAEFER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : chargé de cours à l'U.E.R. de droit de Metz

Classification


Autres références

«  BIMÉTALLISME  » est également traité dans :

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les origines du S.M.I. »  : […] économie dominante : la Grande-Bretagne. Après de nombreuses oppositions, le monométallisme or défendu par ce pays l'emporte sur le bimétallisme or et argent qui eut longtemps la préférence de la France (le franc germinal de l'an XI est défini par son poids d'argent et seulement indirectement par rapport à l'or). La tentative de résistance de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-le-systeme-monetaire-international/#i_19607

DOLLAR

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 11 211 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La querelle de l'argent »  : […] Le choix de l'ancrage nominal du dollar oppose deux partis. D'un côté, les partisans de l'or (goldbugs), industriels et banquiers de l'Est, défenseurs acharnés de la sound money et des mécanismes de marché, sauf quand il s'agit de protéger par les tarifs douaniers les industries naissantes. Pour eux, l'étalon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dollar/#i_19607

FRANC FRANÇAIS

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 9 670 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « De l'Union latine à l'étalon or »  : […] Le bimétallisme fonctionne de façon satisfaisante tant que l'un ou l'autre des deux métaux ne fait pas une prime excessive. Avant 1814, l'or fait prime sur l'argent (rapport commercial moyen 16/1). En 1820, au contraire, c'est l'argent (15,04/1) car l'or s'est raréfié. Quand le rapport commercial remonte à 15,76, de 1820 à 1850, l'argent déprécié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franc-francais/#i_19607

GRESHAM sir THOMAS (1519-1579)

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 235 mots

Commerçant et banquier, agent à Anvers d'Édouard VI, roi d'Angleterre, Gresham est le fondateur du Royal Exchange (Bourse de commerce) de Londres. Spécialiste des questions de change, il a donné son nom à la loi, dite de Gresham, qui s'énonce généralement sous cette forme : « La mauvaise monnaie chasse la bonne. » Plus exactement, cela veut dire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gresham-sir-thomas/#i_19607

LIVRE TOURNOIS

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 4 501 mots

Dans le chapitre «  Les mutations »  : […] Jusqu'à la fin du xviiie siècle, le régime monétaire reste fondé sur un bimétallisme et un dualisme qui autorisent les mutations dans la tradition du droit de seigneuriage féodal. Particulièrement impopulaires, ces manipulations du cours des espèces par l'État nuisent autant au crédit de celui-ci qu'à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-tournois/#i_19607

MONNAIE - Histoire de la monnaie

  • Écrit par 
  • Michel BRUGUIÈRE
  •  • 9 796 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Occident »  : […] viie siècle, se manifestèrent les prodromes d'un retour au bimétallisme, qui établit une équivalence concrète entre le denier d'argent, désormais réel, et le sou d'or. C'est l'un des traits de ce que l'on a appelé la réforme carolingienne, bien qu'elle ait vraisemblablement commencé dès Clotaire II […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monnaie-histoire-de-la-monnaie/#i_19607

NAISSANCE DE L'ÉTALON OR

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 218 mots

L'étalon or est un régime monétaire dans lequel la monnaie interne est convertible en or à un prix fixe. Si l'Angleterre est pleinement en régime d'étalon or dès 1821, ce n'est qu'au tournant des années 1870 que la plupart des grands pays passent du bimétallisme, qui établit la conversion des monnaies […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-de-l-etalon-or/#i_19607

STERLING LIVRE

  • Écrit par 
  • Sophie BRANA, 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 7 211 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La frappe de l'or »  : […] deux 20 s. Avec la frappe de guinées d'or en 1665, au cours de 21 s. 2 d. puis 23 s., s'instaure un bimétallisme instable au gré de la pénurie relative des deux métaux. C'est l'argent qui en est le plus affecté, car le métal est drainé vers l'Inde et la Chine où il s'échange à 9 unités d'argent contre 1 unité d'or au lieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-sterling/#i_19607

YEN

  • Écrit par 
  • Sophie BRANA, 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 7 672 mots

Dans le chapitre « Un bimétallisme complexe »  : […] et le xviie siècle, seules des pièces importées de Chine, ou grossièrement imitées localement, circulent au Japon. De 1573 à 1592, le puissant seigneur Hideyoshi fait circuler de grosses espèces ovales d'or et d'argent (tensho oban), en tirant profit de l'écart entre le coût de fabrication […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yen/#i_19607

Pour citer l’article

P. SCHAEFER, « BIMÉTALLISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bimetallisme/