Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHAMPAGNE-ARDENNE

Champagne-Ardenne : carte administrative avant réforme

Champagne-Ardenne : carte administrative avant réforme

La Champagne-Ardenne était, jusqu’au 31 décembre 2015, une des vingt-deux régions administratives et politiques de la France métropolitaine. Elle a fusionné, le 1er janvier 2016, avec l’Alsace et la Lorraine, au sein de la région Grand Est. La région était peuplée de 1 333 000 habitants en 2012 (2 p. 100 de la population de la France métropolitaine) sur 25 606 kilomètres carrés (4,7 p. 100 du territoire). Elle réunit quatre départements, les Ardennes, l'Aube, la Marne et la Haute-Marne, et correspond à la Champagne historique, plus précisément à la généralité de Châlons, à laquelle se sont ajoutées en 1790, lors de la création des départements par l'Assemblée constituante, les petites principautés de Charleville, Sedan et Carignan.

Des unités naturelles diversifiées

La région contemporaine, comme la province d'hier, est centrée sur une vaste unité naturelle, la Champagne crayeuse, identifiée dès le ve siècle comme la Champagne par excellence, parmi d'autres « campagnes » ou « champagnes » calcaires du Bassin parisien. Les épaisses couches de craie du Crétacé supérieur y ont été découpées par les affluents de la Seine, de la Marne et de l'Aisne, en longues croupes aux formes émoussées par le gel intense des périodes froides du Quaternaire. Cette unité déprimée est encadrée par des reliefs plus élevés. À l'ouest, les plateaux tertiaires de la Brie champenoise et du Tardenois la surplombent par la vigoureuse côte de l'Île-de-France. Sur son pourtour oriental, la Champagne crayeuse domine par une côte beaucoup plus modeste l'arc composite de la Champagne humide. Il associe des dépressions argileuses où ont été aménagés de vastes lacs artificiels (forêt d'Orient, Auzon-Temple, Amance et Der), les plaines alluviales de Brienne et du Perthois, puis le Vallage d'Aisne, bordé à l'est par les hauteurs boisées de l'Argonne. Au-delà, vers le sud-est et le nord, les affleurements de terrains plus anciens produisent des paysages dissemblables en fonction de leur disposition : au sud-est, les couches peu inclinées du Jurassique donnent une succession de plateaux calcaires bordés par des cuestas, la côte des Bars, la côte de Moselle et la côte de Meuse, jusqu'à la dépression argileuse du Bassigny ; au nord, des couches beaucoup plus redressées font se succéder les cuestas étroites et discontinues des « crêtes préardennaises », puis une large dépression marneuse empruntée par la Chiers, la Meuse et la Sormonne en avant du massif ancien ardennais, plateau rigide profondément entaillé par les méandres de la Semois et de la Meuse. Le climat océanique de transition, avec des précipitations fréquentes et des hivers assez frais, est un facteur d'homogénéité relative, bien que les contrastes topographiques se traduisent par des précipitations d'importances très différenciées, allant, de 600 millimètres à Reims, à 930 à Langres et 1 200 à Rocroi.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Reims-Champagne-Ardenne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Champagne-Ardenne : carte administrative avant réforme

Champagne-Ardenne : carte administrative avant réforme

Vignobles de Champagne

Vignobles de Champagne

Autres références

  • GRAND EST, région administrative

    • Écrit par Universalis
    • 182 mots
    • 1 média

    La région Grand Est, qui s’est appelée à titre provisoire Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, a été créée par la loi du 16 janvier 2015 – relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral.  Elle est formée des trois anciennes régions...

  • CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE

    • Écrit par Marcel BAZIN
    • 840 mots
    • 1 média

    Chef-lieu du département de la Marne, la ville perd son statut de capitale régionale de la Champagne-Ardenne lors de la fusion avec l’Alsace et la Lorraine dans la région Grand Est le 1er janvier 2016. Elle comptait 46 500 habitants (81 100 dans l'aire urbaine) en 2012, et s'appelait Châlons-sur-Marne...

  • CHARLEVILLE-MÉZIÈRES

    • Écrit par Marcel BAZIN
    • 734 mots
    • 2 médias

    Chef-lieu du département des Ardennes, Charleville-Mézières est issue de la fusion, en 1966, de Charleville, de Mézières et de trois autres communes. Elle comptait, lors du recensement de 2012, 51 561 habitants et 61 417 dans l'agglomération.

    La ville occupe une position remarquable...

  • CHAUMONT

    • Écrit par Marcel BAZIN
    • 391 mots
    • 1 média

    Chaumont, chef-lieu du département de la Haute-Marne, comptait, lors du recensement de 2012, 24 046 habitants dans la commune et l’aire urbaine rassemblait 42 700 habitants.

    À l'origine point fortifié sur le Calvus Mons (Mont-Chauve), promontoire allongé entre les profondes vallées...

  • REIMS

    • Écrit par Marcel BAZIN
    • 900 mots
    • 3 médias

    Sous-préfecture du département de la Marne, située dans la région Grand Est, Reims compte 210 300 habitants dans l'agglomération pour 186 500 habitants dans la commune (2013).

    Le site primitif de la ville, plaine crayeuse bordée au sud-ouest par la vallée marécageuse de la Vesle, a été...

Voir aussi