CESTODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biologie

Formes larvaires

L'oncosphère se transforme chez l'hôte intermédiaire en larve infestante. Malgré les différences considérables que présentent les nombreux types de larves, tous ont pour caractéristique commune de porter déjà le scolex du ver adulte. Les autres enveloppes et structures larvaires dont la fonction est de protéger et de faciliter la nutrition de la larve seront rejetées au moment où elle parviendra dans l'intestin de l'hôte définitif. Il existe trois types fondamentaux de larves. Chez les Cyclophyllidiens on en compte deux : le cysticerque qui se forme chez les hôtes intermédiaires que sont les Vertébrés, et le cysticercoïde, chez les Invertébrés. Ces deux types larvaires présentent parfois un bourgeonnement de scolex, de sorte qu'une seule larve produit autant de vers qu'il y a de scolex formés : des milliers chez l'Échinocoque dont l'oncosphère, transmise à l'homme par le chien, devient un kyste hydatique siégeant souvent dans le foie. Chez les autres Cestodes, la larve est du type plérocercoïde ; elle se forme soit chez des Invertébrés, soit chez des Vertébrés.

Cestodes : larves

Cestodes : larves

Dessin

Types fondamentaux de larves 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Au début de la métamorphose de l'oncosphère, on observe un stade où la larve s'est considérablement allongée ; les six crochets se trouvent groupés à l'extrémité postérieure. Ce stade, dit procercoïde, existe dans l'ontogénie de tous les Cestodes, mais il est particulièrement visible chez les Pseudophyllidiens, Tétrarhynques et Tétraphyllidiens dont le développement larvaire subit alors une interruption chez le premier hôte intermédiaire. Le développement ne se poursuivra que quand celui-ci, un Invertébré, sera mangé par un second hôte, un Vertébré : le cycle évolutif chez ces Cestodes nécessite en effet deux hôtes intermédiaires successifs ; il est essentiellement aquatique. Il peut également arriver dans ce cas qu'un hôte d'attente, non indispensable du point de vue ontogénique, puisse faciliter cependant l'infestation d'hôtes définitifs qui, eux, ne sont pas strictement liés au milieu aquatique.

Exemples de cycles évolutifs

Le schéma résume l'esse [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Scolex

Scolex
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cestode segmenté

Cestode segmenté
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cestodes : organisation

Cestodes : organisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cestodes : œufs

Cestodes : œufs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Neuchâtel, directeur de l'Institut de zoologie

Classification


Autres références

«  CESTODES  » est également traité dans :

CYSTICERCOSES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 722 mots

Ce sont des parasitoses dues au développement des larves dites « cysticerques » de certains ténias. Le cysticerque, forme « simple », peut être considéré comme le point de départ d'une série de larves de structure de plus en plus complexe : cysticercoïde, cénure, hydatide. Le cycle évolutif commence par l'élimination et la dispersion dans le milieu extérieur, avec les fèces des carnivores, hôtes d […] Lire la suite

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Helminthiases dues à des Cestodes ou ténias »  : […] Ces helminthiases comprennent deux groupes : d'une part, les téniasis déterminés par la présence de ténias qui parasitent, sous leur forme adulte, l'intestin de l'homme et sont transmis par des viandes mal cuites contenant les larves ; d'autre part, les manifestations pathologiques liées au développement des ténias qui parasitent l'homme (hôte intermédiaire accidentel) sous leur forme larvaire ; […] Lire la suite

PENTASTOMIDES ou LINGUATULIDES

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 287 mots

Les pentastomides, ou linguatulides, englobent uniquement des animaux parasites de poumons ou de cavités nasopharyngiennes de reptiles et parfois d'oiseaux et de mammifères. Leur aspect rappelle celui d'un cestode : corps vermiforme, cylindrique ou aplati, ce qui leur a valu leur autre nom : linguatulides ; leur taille varie de quelques millimètres à 13 centimètres selon les espèces (les mâles son […] Lire la suite

PLATHELMINTHES

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 398 mots
  •  • 1 média

Terme introduit par A. Schneider en 1873 et qui désigne un embranchement d'une unité incontestable comprenant des métazoaires triploblastiques, c'est-à-dire possédant un troisième feuillet individualisé se situant entre l'ectoderme et l'endoderme. Bien que dépourvus de cœlome, ils sont proches des mollusques et des annélides. Les plathelminthes groupent des animaux à symétrie bilatérale bien nette […] Lire la suite

TÉNIASIS

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 012 mots

Parasitoses humaines dues à diverses espèces de vers plats (plathelminthes) à corps formé d'une succession d'anneaux (ou strobiles) et appartenant au vaste groupe des cestodes ou ténias. Ces ténias parasites de l'homme à l'état adulte déterminent des maladies le plus souvent bénignes, liées à la présence des vers dans l'intestin grêle et groupées sous le terme général de téniasis. Ces maladies s' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean Georges BAER, « CESTODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cestodes/