TÉNIASIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parasitoses humaines dues à diverses espèces de vers plats (plathelminthes) à corps formé d'une succession d'anneaux (ou strobiles) et appartenant au vaste groupe des cestodes ou ténias. Ces ténias parasites de l'homme à l'état adulte déterminent des maladies le plus souvent bénignes, liées à la présence des vers dans l'intestin grêle et groupées sous le terme général de téniasis. Ces maladies s'opposent donc aux maladies déterminées par l'infestation d'un individu humain par des larves de ténias dont l'évolution spontanée est le plus souvent mortelle en l'absence d'extirpation chirurgicale.

Les ténias de l'homme ont une taille très variable mais certains dépassent 10 mètres de longueur ! C'est à tort qu'on les qualifie de « vers solitaires », car un seul malade peut en héberger plusieurs voire quelques centaines. La « tête » ou scolex (de 1 à 2 mm de diamètre) porte les organes de fixation qui sont des ventouses ou des crochets ou, simultanément, ces deux types d'organes. Le scolex adhère ainsi à la paroi intestinale tandis que le reste du corps flotte librement dans la lumière de cet organe, se nourrissant (par voie transtégumentaire) du contenu du grêle. Ce corps comprend un cou à partir duquel bourgeonnent, en permanence, des anneaux ou segments formant une sorte de ruban continu de plus en plus large. Ces anneaux sont avant tout destinés à la reproduction et sont hermaphrodites. Toutefois, ils sont d'abord des mâles fonctionnels avant de devenir femelles (protérandrie). Certains ténias sont ainsi formés d'une succession de plus de deux mille anneaux. Dans l'utérus de chaque segment se développent des milliers d'œufs. Lorsqu'ils sont mûrs, ou bien ils sont pondus séparément, ou bien ils sont éliminés à l'extérieur avec les anneaux de l'extrémité distale de la chaîne. Selon les espèces, ces anneaux mûrs, bourrés d'œufs, sont expulsés avec les selles ou bien franchissent activement le sphincter anal. Les œufs résistent pendant des mois dans le milieu extérieur. Lorsqu'ils sont avalés pa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine de Paris-Saint-Antoine, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  TÉNIASIS  » est également traité dans :

ÉCHINOCOCCOSES

  • Écrit par 
  • Patrick GIRAUDOUX, 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 307 mots

Les échinococcoses sont des parasitoses graves liées au développement, chez les mammifères herbivores et omnivores (et chez l'homme), des larves dites « hydatides » des ténias du genre Echinococcus . Une hydatide peut se définir comme une larve vésiculaire pouvant contenir plusieurs milliers de têtes de ténia (ou scolex). En effet, à partir d'un seul œuf naît une seule larve, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echinococcoses/#i_40835

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Helminthiases dues à des Cestodes ou ténias »  : […] Ces helminthiases comprennent deux groupes : d'une part, les téniasis déterminés par la présence de ténias qui parasitent, sous leur forme adulte, l'intestin de l'homme et sont transmis par des viandes mal cuites contenant les larves ; d'autre part, les manifestations pathologiques liées au développement des ténias qui parasitent l'homme (hôte intermédiaire accidentel) sous leur forme larvaire ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitologie-et-maladies-parasitaires/#i_40835

Pour citer l’article

Yves GOLVAN, « TÉNIASIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/teniasis/