AVALANCHES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une avalanche est le mouvement qui, à partir d'un point, se communique à tout ou partie de la neige déposée sur une pente de montagne. On appelle aussi avalanche le mouvement qui suit le départ en bloc d'une masse de neige déposée sur la même pente.

Les avalanches se produisent dans toutes les régions où les conditions de pente et d'enneigement sont réunies. Cependant, les régions les plus touchées sont celles où la densité de la population et l'intensité de l'activité humaine sont les plus fortes. Ainsi, en France, 400 communes sont menacées et on a compté 350 victimes de 1980 à 1990 ; la plupart ont été emportées dans le cadre d'activités touristiques et sportives, et les dégâts matériels ont été importants. D'autres massifs sont également touchés, comme les Andes (extraction minière), l'Himalaya (exercices militaires et alpinisme) et les montagnes Rocheuses des États-Unis et du Canada (tourisme hivernal). Sont affectées à un degré moindre des régions comme la Scandinavie (Islande, Suède, Norvège, presqu'île de Kola), la Nouvelle-Zélande ou le Japon.

Classification et formation

On distingue fondamentalement deux types d'avalanche : les avalanches poudreuses et les avalanches denses. Chacune de ces catégories se subdivise en plusieurs sous-catégories.

De nombreux contresens dans le classement des avalanches sont liés à l'utilisation exclusive de critères physiques de la neige qui se met en mouvement. Une avalanche est avant tout un écoulement fluide, dont la forme est aussi déterminée par la physique de la neige déposée sur toute la zone parcourue et par la topographie, parfois fort complexe, de la zone à l'intérieur de laquelle elle s'écoule.

Avalanches poudreuses

Une avalanche poudreuse est un mélange d'air et de neige dont la dynamique dépend essentiellement de son interaction avec la neige se trouvant à l'avant de l'écoulement, mais aussi de la topographie. On distingue la bouffée de densité, de masse constante, qui ne reprend pas ou plus de neige, et le courant de gravité dont la masse croît par incorporation de neige à l'avant. Dans chaque cas, on établit une distinction entre l'écoulement canalisé (bidimensionnel) et non canalisé (tridimensionnel).

Avalanche poudreuse : courant de turbidité

Photographie : Avalanche poudreuse : courant de turbidité

L'avalanche est l'écoulement très fortement turbulent d'un mélange d'air et de particules de glace dans l'atmosphère. Il est précédé d'environ une centaine de mètres par un écoulement d'air appelé souffle de l'avalanche. L'aérosol s'apparente à un courant de turbidité : un fluide «... 

Crédits : Office national suisse du tourisme

Afficher

Connaissant la topographie et la densité de la neige en place, on peut calculer approximativement la vitesse et la dimension de l'avalanche poudreuse en un point de sa trajectoire. On est cependant obligé de faire des hypothèses sur l'interaction écoulement-neige en place pour déterminer si cette neige sera ou non reprise par l'avalanche. Selon le choix effectué, l'écoulement se présentera de façon très différente. Le courant de gravité canalisé est le plus destructeur ; à l'inverse, la bouffée non canalisée se diffuse dans l'air ambiant sans provoquer de dégâts importants.

Une avalanche poudreuse est freinée non par la surface sur laquelle elle s'écoule, mais par l'air, qui lui oppose une résistance. Cela explique plusieurs de ses propriétés caractéristiques : sa vitesse élevée (jusqu'à 100 m/s, soit 360 km/h), sa densité faible (elle atteint, par mélange, la densité de l'air ambiant dans le cas des bouffées de densité), ses proportions importantes (jusqu'à plusieurs centaines de mètres de hauteur) et une mise en vitesse de l'air à l'avant, souvent décrite à tort comme une onde de choc.

Ces facteurs expliquent pourquoi l'avalanche poudreuse est redoutée. Elle l'est moins, en fait, par la valeur absolue des efforts exercés (quelques dizaines de kilonewtons par mètre carré en équivalent statique) que par l'imprévisibilité de sa trajectoire (elle est peu guidée par le relief), la direction des efforts exercés (effets d'aspiration et de soulèvement) et les effets dynamiques (fréquences propres de l'ordre du hertz). La mise en vitesse de l'air ambiant conduit à des effets de pression d'arrêt qui, s'ils ne sont pas très destructeurs, impressionnent beaucoup les habitants (vitres cassées sur le versant opposé, parfois à plusieurs kilomètres de la zone d'arrêt de la neige).

Avalanches denses

Les avalanches denses sont beaucoup plus proches d'un écoulement hydraulique de type torrentiel, du moins dans leur zone canalisée. On distingue, comme dans le cas d'un torrent, une zone d'accumulation, une zone canalisée (chenal d'écoulement) et une zone d'arrêt (zone de dépôt).

Dans la zone d'accumulation, il y a mise en m [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : chef de la division nivologie au Centre national du machinisme agricole du génie rural des eaux et forêts

Classification

Autres références

«  AVALANCHES  » est également traité dans :

CATASTROPHES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 7 340 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La perception du risque »  : […] La perception du risque s'appuie sur des considérations souvent éloignées des données scientifiques ou statistiques. Tout d'abord, et à l'exception de quelques événements appartenant à l'histoire (anéantissement de Pompéi en 79, désastre de Lisbonne en 1755, catastrophe minière de Courrières en 1906, etc.), la mémoire des catastrophes passées ne dépasse généralement guère l'expérience cumulée su […] Lire la suite

CATASTROPHES NATURELLES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 845 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les catastrophes biologiques et écologiques »  : […] Une épidémie est la propagation d’une maladie infectieuse transmissible (sida, choléra, tuberculose, légionellose, paludisme, peste, grippe, SRAS, ebola, etc.) à un grand nombre de personnes. Une épizootie est une épidémie chez les animaux (maladie de la « vache folle », rage, fièvre aphteuse, etc.). Les épidémies sont de loin les catastrophes naturelles les plus meurtrières : à titre d’exemple, […] Lire la suite

NEIGE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 3 586 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La nivologie et le « sondage-battage » »  : […] La nivologie est l’étude des caractéristiques de la neige et des couches neigeuses, tant à des fins de recherche scientifique que dans des buts pratiques, comme la prévision et la prévention des avalanches. Pour assurer une surveillance régulière de l’évolution du manteau neigeux et estimer le risque d’avalanche, la nivologie s’appuie sur des modèles spécifiques et sur des mesures de terrain, t […] Lire la suite

PÉRIGLACIAIRE DOMAINE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 5 782 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modelés de versants »  : […] Quatre types essentiels de modelés de versants correspondent aux principales combinaisons réalisées entre les divers processus morphogéniques. Les versants de gélifraction résultent de la fragmentation par le gel d'une paroi de roches cohérentes telles que calcaire, grès, granite. La partie rocheuse est uniforme ou découpée en clochetons et en pinacles, à la faveur de l'exploitation de diaclases […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard BRUGNOT, « AVALANCHES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/avalanches/