Historiens italiens


CAMPORESI PIERO (1926-1997)

  • Écrit par 
  • Elide CASALI
  •  • 701 mots

Professeur de langue et de littérature italienne à l'université de Bologne de 1969 à 1996, Piero Camporesi, né à Forli en 1926 et mort à Bologne en 1997, a commencé ses recherches scientifiques en faisant connaître au public dans les années 1960 les œuvres du critique littéraire Ludovico di Breme (Il Romitorio di sant'Ida, 1961 ; Lettere, 1966) et du dramatu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piero-camporesi/#i_0

CHABOD FEDERICO (1901-1960)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 693 mots

C'est à ses origines et à sa naissance valdotaines que Federico Chabod doit d'avoir toujours pratiqué parfaitement les deux langues, le français et l'italien. Mais son tour d'esprit, sa culture, l'organisation philosophique de sa pensée appartiennent à l'Italie. Il est nourri de néo-hégélianisme et il a reconnu Benedetto Croce comme son maître en pub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federico-chabod/#i_0

FERRERO GUGLIELMO (1871-1942)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 142 mots

Issu de la bonne bourgeoisie piémontaise, formé aux disciplines juridiques et littéraires par des études universitaires poursuivies à Pise, à Bologne, à Turin — où il reçut les leçons de son futur beau-père, Cesare Lombroso —, Ferrero a très tôt manifesté pour l'interprétation historique un intérêt que le constant souci de comprendre son temps n'a cessé de soutenir. Dès l'époque de sa dissertation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guglielmo-ferrero/#i_0

GINZBURG CARLO (1939- )

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 108 mots

Le passage d'une histoire des rois, des événements et des États à celle des peuples et des groupes sociaux, des sensibilités et des mentalités a longtemps semblé correspondre au remplacement de la narration par les décomptes, que ce soient ceux des naissances et des morts, de la production agricole et du commerce ou encore des taux d'alphabétisation et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-ginzburg/#i_0

GUICHARDIN FRANÇOIS (1483-1540), ital. GUICCIARDINI FRANCESCO

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 522 mots

Homme politique, diplomate et historien florentin. Après avoir accompli des études juridiques dans diverses universités d'Italie du Nord, François Guichardin embrasse la carrière d'avocat. Ses relations avec de puissantes familles lui valent d'être nommé en 1511 ambassadeur de la République florentine auprès de Ferdinand d'Espagne ; il occupera ce poste jusqu'en 1514. Cette expérience est décisive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guichardin-guicciardini/#i_0

MURATORI LUDOVICO ANTONIO (1672-1750)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 708 mots

Écrivain et grand érudit italien, fondateur de l'historiographie moderne, né le 21 octobre 1672 à Vignola (Modène), mort le 23 janvier 1750 à Modène, Ludivico Antonio Muratori se forme à la méthode historique critique des mauristes français auprès de l'illustre liturgiste bénédictin Benedetto Bacchini, à Modène. Ordonné prêtre en 1694, il devient préfet de la Bibliothèque ambrosienne de Milan. C'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludovico-antonio-muratori/#i_0

PALLOTTINO MASSIMO (1909-1995)

  • Écrit par 
  • Françoise GAULTIER
  •  • 978 mots

L'historien et archéologue italien Massimo Pallottinoest né à Rome. Ses études auprès de Giulio Quirino Giglioli, archéologue “classique” et spécialiste de l'Étrurie et sa rencontre avec le linguiste Alfredo Trombetti déterminent certes très tôt son intérêt pour la civilisation étrusque et la protohistoire italienne et pour l'étude d'une langue considérée trop souvent comme un passe-temps de dilet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/massimo-pallottino/#i_0

QU'EST-CE QUE LE FASCISME ? HISTOIRE ET INTERPRÉTATION (E. Gentile)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 965 mots

Il aura fallu beaucoup de temps pour que le public francophone prenne connaissance de l'œuvre de Renzo De Felice, le grand historien romain disparu en 1996, auquel nous devons un réexamen radical de la nature du régime mussolinien. Emilio Gentile, qui fut son élève et qui est aujourd'hui professeur à l'université de Roma-La Sapienza, aura eu moins longtemps à attendre pour que la traduction de plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-est-ce-que-le-fascisme-histoire-et-interpretation/#i_0