CAPÉTIENS (987-1498)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mise en place d'un État moderne (1314-1498)

Plus que du changement de branche dynastique en 1328, c'est de la mort de Philippe le Bel que datent aussi bien les signes manifestes de crise de la monarchie que les efforts d'adaptation du gouvernement royal à la gestion d'un État moderne. Alimenter régulièrement les finances par la levée d'impôts permanents, organiser le gouvernement et l'administration (notamment, en matière de justice, par la consolidation du Parlement), défendre le royaume grâce à une armée régulière, associer l'élite sociale du pays à l'action de la Couronne, surtout en période de difficultés, tel fut le programme de plus en plus conscient et systématique des rois capétiens et de leurs conseillers.

Mais ils se heurtèrent à une triple série de difficultés. La crise économique du xive siècle et les conséquences de la Grande Peste affaiblirent le potentiel matériel et démographique du royaume. Les luttes sociales (réaction seigneuriale, jacquerie, émeutes urbaines) entravèrent l'établissement de l'absolutisme royal. La guerre réveillée avec l'Angleterre prit la forme d'un duel engageant l'existence de la dynastie et l'indépendance de la couronne de France.

Ce n'est que dans la seconde moitié du xve siècle que la dynastie put surmonter ces épreuves : liquider à son profit la guerre de Cent Ans, vaincre les dernières résistances intérieures, favoriser la reprise économique et démographique et même, en se lançant dans l'aventure des guerres d'Italie, pénétrer du même coup dans le monde de la Renaissance.

L'action de la monarchie

Le premier problème qui se pose de façon urgente aux Capétiens après 1314, c'est celui de trouver de l'argent pour subvenir à un train royal de plus en plus fastueux, pour rémunérer fonctionnaires et soldats, de plus en plus nombreux. Entre 1332 et 1344, les recettes royales augmentent de 158 000 livres et les dépenses de 440 000 livres. Pour faire face à cet accroissement, pour financer la guerr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAPÉTIENS (987-1498)  » est également traité dans :

CAPÉTIENS DIRECTS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 323 mots

987 Hugues Capet est sacré roi des Francs. Début de la dynastie capétienne.1060 Avènement de Philippe Ier, protecteur de Cluny, mais absent de la première croisade (1095-1099).1108 Avènement de Louis VI le Gros. Suger, abbé d […] Lire la suite

AIGUES-MORTES

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 310 mots
  •  • 1 média

Isolée au milieu d'une plaine marécageuse ou viticole, à l'extrémité occidentale du delta du Rhône et à six kilomètres de la mer, Aigues-Mortes est cependant traversée de plusieurs canaux dont l'un débouche sur la mer. La ville, construite suivant le plan en damier des bastides médiévales, est entourée par des fortifications représentant, par l'importance (545 mètres sur 300 mètres) et par l'homog […] Lire la suite

ALIÉNOR D'AQUITAINE (1122 env.-1204)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 504 mots

Fille de Guillaume X, duc d'Aquitaine. Duchesse à la mort de son père (1137), elle fut mariée dès son avènement au prince Louis, qui montait, deux semaines plus tard, sur le trône de France sous le nom de Louis VII. Le duché demeura cependant distinct du domaine royal. L'union était mal assortie, la légèreté et la sensualité d'Aliénor s'accordant mal avec la dévotion ascétique du roi. Les prétenti […] Lire la suite

ANGEVIN EMPIRE

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 1 506 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des origines à l'épanouissement »  : […] Au lendemain de la mort de Guillaume le Conquérant, l'Angleterre entre dans l'ère des affrontements dynastiques et, avec elle, les fiefs continentaux auxquels ne renoncent ni ses rois ni leurs barons. Les Capétiens jugent habile de diviser les forces de leurs redoutables vassaux. Louis VI, après 1135, promet le duché normand à plusieurs prétendants avant que Louis VII en reconnaisse, en 1149, la […] Lire la suite

ANGOUMOIS

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 292 mots

Ancienne province de France au nord du bassin d'Aquitaine, l'Angoumois correspond approximativement au département de la Charente. La cité d'Angoulême fut constituée à la fin du iv e siècle. Son pays, uni au Périgord et à l'Agenais, forma un comté en 866. Guillaume III Taillefer (988-1028) et Guillaume IV (1087-1120) marquent l'apogée de la puissance angoumoise. Mais bientôt Plantagenêts et Capét […] Lire la suite

ANNE DE FRANCE, dite LA DAME DE BEAUJEU (1462-1522)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 318 mots

Fille aînée de Louis XI et de Charlotte de Savoie, Anne de France fut régente du royaume pendant la minorité de son frère Charles VIII, de 1485 à 1491, avec son mari Pierre de Bourbon, sire de Beaujeu. Une intelligence politique aiguë, alliée à une grande énergie, la rendit capable de surmonter les difficultés qui menaçaient le royaume, dont la plus redoutable : l'agitation qui se développait parm […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le resserrement de l'étau »  : […] Aux xii e et xiii e  siècles apparaissent un peu partout en Occident chrétien des symptômes inquiétants d'une dégradation de la condition juive. Les juifs dépendent de plus en plus du seul bon vouloir du prince qui peut disposer d'eux à sa guise. C'est ainsi que Philippe Auguste expulse les juifs du domaine royal en 1182 pour mettre la main sur leurs biens et renflouer le Trésor, avant d'autoris […] Lire la suite

APANAGE

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 3 161 mots

Dans le chapitre « Naissance des apanages (XIe-XIIIe siècle) »  : […] Pendant le xi e et le xii e siècle, le problème de la dotation des enfants puînés du roi ne reçut pas de solution institutionnelle. La succession au trône évoluait de façon empirique : jusqu'à Philippe Auguste (associé au trône par son père Louis VII quelques mois avant sa mort en 1180), les rois faisaient couronner leur successeur. Le droit d' aînesse, qui s'établissait fermement dans la féodal […] Lire la suite

ARMAGNAC JEAN V comte d' (1420-1473)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 183 mots

Fils de Jean IV d'Armagnac et d'Isabelle de Navarre. Vicomte de Lomagne, puis comte d'Armagnac à la mort de son père en 1450, d'abord fidèle à Charles VII, Jean V d'Armagnac usurpa cependant les prérogatives royales, en particulier le droit de battre monnaie, et se rebella à diverses reprises contre les extensions des droits du roi en pays de langue d'oc. Charles VII fit saisir le comté d'Armagnac […] Lire la suite

BAILLI

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 312 mots

Celui à qui est baillée (donnée) une mission. Commissaires royaux investis de pouvoirs d'administration, de justice et de finances, les baillis sont apparus vers la fin du xii e  siècle. L'institution baillivale répondait à la double nécessité d'affermir le pouvoir du roi sur son domaine et de répondre aux plaintes des administrés contre les prévôts. D'abord itinérants, ils allaient deux par deux […] Lire la suite

BAILLIAGES & SÉNÉCHAUSSÉES

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 296 mots

Ils apparaissent vers la fin du xii e  siècle lorsque les baillis, d'abord itinérants, sont fixés par Philippe Auguste, roi de France, sur la portion du domaine royal où ils doivent le représenter. Cette circonscription, réunissant plusieurs prévôtés, ne prendra le nom de bailliage que quelques années après sa création de fait. Lorsque la couronne rattache successivement au domaine les seigneuries […] Lire la suite

BERRY JEAN DE FRANCE duc de (1340-1416)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER, 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN
  •  • 799 mots

Troisième fils de Jean II le Bon, roi de France, et de Bonne de Luxembourg (eux-mêmes amateurs d'art), Jean devient comte de Poitiers en 1356 et duc de Berry en 1360. Otage en Angleterre, pour le paiement de la rançon de Jean le Bon, le duc de Berry fut un homme politique sans envergure et un médiocre administrateur, de surcroît fort impopulaire en raison des appétits financiers qu'exacerbaient sa […] Lire la suite

BLANCHE DE CASTILLE (1188-1252) reine de France

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 240 mots

Fille d'Alphonse VIII, roi de Castille, et d'Aliénor d'Angleterre, Blanche de Castille fut mariée en 1200 au prince Louis, fils de Philippe Auguste, qui devint en 1223 le roi de France Louis VIII. Ce mariage n'eut pas l'effet politique espéré, c'est-à-dire la réconciliation entre le Capétien et le roi d'Angleterre, oncle maternel de la mariée. Blanche donna à son mari au moins dix enfants, et elle […] Lire la suite

BOURGOGNE DUCHÉ DE

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  • , Universalis
  •  • 3 573 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les ducs capétiens »  : […] La vigueur avec laquelle Richard le Justicier (mort en 921) repoussa les Normands et rassembla les terres «  bourguignonnes », au sein desquelles se trouvaient Troyes, Sens et Auxerre (mais non Mâcon), profita à son fils Raoul, qui fut élu roi de France (923) ; mais la réaction carolingienne condamna le frère de ce dernier, Hugues le Noir (936-952), à ne posséder que le sud du duché, qu'il réunir […] Lire la suite

BOUVINES BATAILLE DE (1214)

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 402 mots

Bouvines est une bataille, c'est-à-dire, selon les conceptions du temps, un duel où deux concurrents décident de s'engager, seul à seul ou accompagnés de leurs amis, afin de forcer le jugement de Dieu et de trancher définitivement une querelle. Procédure exceptionnelle alors, un acte quasi liturgique, nettement distinct des harcèlements de la guerre auxquels il met un terme généralement pour de lo […] Lire la suite

CHANCELIER

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 627 mots

D'abord officier de justice subalterne sous l'Empire romain, le chancelier doit son nom aux barreaux ( cancelli ) qui, dans les cours de justice, séparaient le tribunal du public. À l'époque mérovingienne, il est appelé référendaire. C'est un clerc qui fait fonction de scribe, et l'office peut être rempli par plusieurs titulaires. Dès l'avènement des Carolingiens, le chancelier devient un personn […] Lire la suite

CHARLES Ier D'ANJOU (1226-1285) comte de Provence (1246-1285) et roi de Naples et de Sicile (1266-1285)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 302 mots

Dernier fils de Louis VIII, comte du Maine et d'Anjou par la volonté de son père, comte de Provence par son mariage en 1246, avec Béatrice, fille et héritière de Raymond-Bérenger IV, Charles d'Anjou participa à la septième Croisade avec son frère Saint Louis et fut, comme lui, fait prisonnier en Égypte. Malgré les réticences de Saint Louis, il accepta finalement les propositions du pape, qui, dès […] Lire la suite

CHARLES IV LE BEL (1294-1328) roi de France (1322-1328)

  • Écrit par 
  • Claude GAUVARD
  •  • 379 mots

Le plus jeune des fils de Philippe le Bel, Charles de la Marche, prend la succession de son frère Philippe V, mort sans héritier mâle, selon le précédent créé en 1317. Le scandale de la tour de Nesle après lequel il obtient l'annulation de son mariage avec Blanche de Bourgogne n'atteint pas le prestige du nouveau roi. Son voyage en Languedoc en 1324 est une suite de fêtes royales qui contribuent à […] Lire la suite

CHARLES V LE SAGE (1337-1380) roi de France (1364-1380)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 1 592 mots
  •  • 1 média

Roi de France. Fils aîné de Jean II le Bon et de Bonne de Luxembourg, le futur Charles V fut le premier fils de France à porter le titre de dauphin de Viennois, en même temps que celui de duc de Normandie. Présent aux côtés de son père pendant la bataille de Poitiers, il dut ensuite, comme lieutenant du roi, puis comme régent, gouverner le royaume pendant la captivité du roi Jean. C'est alors que […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE GOFF, « CAPÉTIENS (987-1498) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/capetiens/