JACQUERIE

Révolte paysanne qui affecta en 1358 la région parisienne et principalement l'Île-de-France, le Beauvaisis et la Brie ; la première manifestation eut lieu le 28 mai à Saint-Leu-d'Esserent. Principalement dirigé contre les nobles, le mouvement fut extraordinairement violent : des seigneurs furent massacrés, des femmes violées, un enfant rôti vif. Surtout, les châteaux brûlèrent, les récoltes furent saccagées, le cheptel tué. La révolte fut cependant aussi brève que brutale. L'alliance de la bourgeoisie parisienne (Étienne Marcel, prévôt des marchands) ne procura aux jacques, dirigés par Guillaume Carle ou Karle, qu'un soutien épisodique. Les Parisiens subirent à Meaux un échec cuisant, cependant que la noblesse réformatrice (menée par le roi de Navarre, Charles II le Mauvais) préférait obéir à ses intérêts et se dressait contre les paysans : les jacques furent écrasés le 9 juin à Mello. Les bourgeois se détachèrent rapidement des paysans et se rangèrent aux côtés du roi (assassinat d'Étienne Marcel, 31 juillet).

Née d'une dépression économique amorcée depuis la fin du siècle précédent, la jacquerie fut à certains égards une révolte de la misère et une conséquence de la guerre de Cent Ans et de la peste noire. Mais elle fut surtout la contestation, par les petits possesseurs — et non par le prolétariat rural —, d'un système seigneurial de moins en moins adapté aux nécessités de l'exploitation, alors qu'une longue stagnation des prix céréaliers privait le tenancier de ses profits et incitait le propriétaire noble ou bourgeois à renforcer ses exigences. Le mécontentement général contre la noblesse, consécutif à la défaite de Poitiers (1356), ne fit évidemment qu'aggraver le malaise au sein duquel éclata la jacquerie. L'échec rapide de celle-ci fut en grande partie le fruit de l'inorganisation, de l'incohérence des mouvements et de l'absence de chef véritable.

—  Jean FAVIER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  JACQUERIE  » est également traité dans :

FERRÉ ou FERRET dit LE GRAND FERRÉ (1330 env.-?)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 156 mots

Paysan du village de Rivecourt en Picardie déjà remarqué pour l'activité qu'il déploya lors de la révolte des Jacques, en mai 1358. Célèbre pour son extraordinaire vigueur et par son habileté à tendre des embuscades, le Grand Ferré prit, la hache à la main, une part très efficace à la résistance contre les Anglais au début de 1359. La bande de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferre-ferret/#i_15382

FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 952 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Une série d'épreuves »  : […] destructions nombreuses et profondes. Elle entraîne ou favorise la révolte des campagnes (jacquerie de 1358 ; tuchins d'Auvergne et du Languedoc, 1382-1383) et des villes. Elle livre une grande partie du pays aux luttes intestines et à l'anarchie. Enfin, si la guerre a suscité la violence, elle a aussi contribué à faire avorter les efforts de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-naissance-d-une-nation/#i_15382

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 271 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « L'Angleterre normande »  : […] auxquels des droits précis sont garantis, la crise de l'institution seigneuriale. Mais le désespoir et la faim poussent aussi à des révoltes, dont la jacquerie de 1381 dans l'Essex et le Kent, connue sous le nom de « révolte des artisans et paysans », conduite par le prêtre John Ball et l'ouvrier Wat Tyler, et animée par une doctrine égalitaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_15382

RURALE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Emmanuel LE ROY LADURIE
  •  • 14 397 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La lutte antiseigneuriale »  : […] épines, pour y installer ses domaines et ses prairies. Mal en prend à ces campagnards normands contestataires ; ils sont massacrés. Quant aux Jacques de 1358, près de Paris, ils sont dirigés, semble-t-il, par des laboureurs aisés ; et ils font un massacre de la noblesse... Les paysans allemands, en 1525, groupés autour de leurs communautés ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-rurale/#i_15382

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « JACQUERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacquerie/