AIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Taxes perçues sur certains produits de consommation (surtout les boissons, mais aussi le papier, le bois, le bétail, l'huile, le savon) et accordées à l'origine par les états généraux, en 1355, pour payer la rançon du roi Jean le Bon fait prisonnier par les Anglais. Plus tard, quelques provinces rachètent en tout ou en partie les droits d'aides qu'elles doivent payer, si bien que les disparités sont très grandes d'une région à l'autre. Les mêmes états généraux de 1355 créent la Cour des aides, chargée du contentieux fiscal relatif aux impôts indirects, et en particulier aux aides. Pour percevoir ces derniers, il existe tout un corps de courtiers-jaugeurs, inspecteurs aux boucheries et aux boissons. Au xviie siècle, les droits d'aides sont affermés en bloc pour une période dépassant l'année ; plus tard, ils font partie des droits pris en compte dans la ferme générale des impôts, mais les fermiers généraux les sous-afferment. Necker en fait une régie, séparée de la ferme générale (1780). C'est l'un des impôts les plus impopulaires à la Révolution, en raison de l'inégalité de ses taux et de ses modes de perception.

—  Anne BEN KHEMIS

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale de Tunis

Classification

Autres références

«  AIDES  » est également traité dans :

CAPÉTIENS (987-1498)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 058 mots

Dans le chapitre « L'action de la monarchie »  : […] Le premier problème qui se pose de façon urgente aux Capétiens après 1314, c'est celui de trouver de l'argent pour subvenir à un train royal de plus en plus fastueux, pour rémunérer fonctionnaires et soldats, de plus en plus nombreux. Entre 1332 et 1344, les recettes royales augmentent de 158 000 livres et les dépenses de 440 000 livres. Pour faire face à cet accroissement, pour financer la guerre […] Lire la suite

FERMIERS GÉNÉRAUX

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 2 567 mots

Dans le chapitre « Fermes et fermiers, traitants et partisans avant 1680 »  : […] L'explication de l'affermage des impôts réside dans l'histoire même de la monarchie française. L'incapacité d'admettre la légitimité de l'impôt, inhérente à la mentalité du Moyen Âge français, a provoqué la mise en place d'une fiscalité directe à la fois fragmentaire, hypocrite et toujours en retard sur les besoins. Il était commode de disposer à date fixe de sommes prévisibles levées par des comp […] Lire la suite

IMPÔT - Histoire de l'impôt

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  • , Universalis
  •  • 13 947 mots

Dans le chapitre « La fiscalité de l'Ancien Régime »  : […] Le système fiscal de la monarchie française n'était pas le fruit d'un plan d'ensemble, il était fait de pièces et d'éléments divers, constitués au cours des âges au gré des événements. Les défauts de ce système, notamment sa lourdeur et son injustice, ont fait de son abolition l'un des buts de la Révolution. Taille, capitation et vingtième constituaient l'essentiel des impôts directs. La taille, […] Lire la suite

MUR DES FERMIERS GÉNÉRAUX

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 385 mots

Depuis la fin de la guerre de Cent Ans, les Parisiens étaient exemptés de l'impôt direct : la taille. Ces conditions avantageuses étaient destinées à attirer de nouveaux habitants vers la capitale ravagée et dépeuplée. En revanche, la royauté institua un impôt indirect (ou aide) sur la plupart des marchandises entrant dans Paris, et ces taxes augmentèrent au fur et à mesure que croissaient les bes […] Lire la suite

Les derniers événements

Royaume-Uni – Union européenne. Adoption aux Communes d’un projet de loi contraire à l’accord sur le Brexit. 29 septembre 2020

prévoit qu’en cas de désaccord entre Londres et Bruxelles sur les dispositions concernant le régime particulier accordé aux relations commerciales entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, le gouvernement britannique pourrait décider du régime des aides d’État attribuées à l’Irlande […] Lire la suite

Union européenne. Accord sur un plan de relance de 750 milliards d’euros. 21-31 juillet 2020

de Covid-19. Cette somme doit abonder le budget communautaire 2021-2027 dont le montant initial est de 1 074 milliards d’euros. Les discussions ont opposé la majorité des pays, menés par la France et l’Allemagne, favorables à l’octroi d’aides massives aux économies en crise, aux pays dits « frugaux […] Lire la suite

France. Conclusions du Ségur de la santé. 13-21 juillet 2020

dans la gouvernance des hôpitaux. Le système de tarification à l’activité pourra évoluer vers un modèle mixte. Des places supplémentaires seront créées dans les organismes de formation des infirmiers et des aides-soignants. Une concertation sera ouverte sur les règles du budget de la santé. Le ministre annonce 6 milliards d’euros d’investissements sur cinq ans, notamment en direction des EHPAD. […] Lire la suite

France. Manifestation des personnels soignants. 16-29 juin 2020

d’une enveloppe de 6 milliards d’euros à la revalorisation des salaires des infirmiers, aides-soignants, personnels administratifs et techniques des hôpitaux et des EHPAD publics et, pour partie, privés. Le 29, Olivier Véran propose d’octroyer 300 millions d’euros à la revalorisation des salaires des personnels médicaux hospitaliers, provoquant la colère des syndicats. […] Lire la suite

Allemagne. Présentation d’un plan de relance. 3 juin 2020

Le gouvernement présente son plan de relance de l’activité après la crise liée à la pandémie de Covid-19. D’un montant de 130 milliards d’euros pour 2020 et 2021, celui-ci comprend notamment une baisse temporaire des taux de TVA, ainsi que des aides aux petites et moyennes entreprises touchées […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne BEN KHEMIS, « AIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aides/