BRONZES ANTIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les bronzes grecs

L'époque dite « géométrique », celle qui se termine par l'ouverture de la Grèce à l'Orient et son expansion en Occident, dans la seconde moitié du viiie siècle avant J.-C., n'a d'abord été, pour les objets de bronze, étudiée que timidement. Quelques articles seulement avaient paru depuis le volume, fondamental, consacré en 1890 par A. Furtwaengler aux bronzes d'Olympie. Depuis 1950, l'étude des trouvailles d'Olympie et de Delphes a établi les grandes lignes de l'histoire des trépieds, offrandes majeures dans les principaux sanctuaires, dont ils nous éclairent ainsi les débuts. Les statuettes humaines et animales, indépendantes ou fixées sur les trépieds, montrent de leur côté que l'originalité stylistique des écoles régionales (Sparte, nord-est du Péloponnèse, Attique), qui caractérise la plastique du vie siècle, se dessine dès le viiie siècle. L'importance relative des diverses régions apparaît ainsi, et cela complète et corrige ce que la céramique seule suggérait : en particulier, Athènes est ici très en retard sur le Péloponnèse, et sans production notable avant le milieu du viiie siècle. Les objets de bronze devraient permettre aussi de revenir bientôt sur un problème un peu oublié : la ressemblance de séries abondantes de pendeloques en forme d'oiseau et de certaines fibules avec ce qu'on trouve dans le nord des Balkans.

Du milieu du viiie siècle au milieu du viie, le phénomène fondamental qu'est l'ouverture de la Grèce aux influences orientales nous est connu par les sites où les Grecs se sont installés en Orient, dont le plus important est Al Mina, près de l'embouchure de l'Oronte. En Grèce même, et en Italie, comme les tissus brodés ont disparu et que les ivoires sont assez rares, ce sont les bronzes qui nous apprennent le plus ; nous pouvons confronter, sur des séries assez nombreuses, les importations orientales et les imitations « orientalisantes » qui s'y mêlent dès le début. Ici aussi, après un livre précurseur (F. Poulsen, Der Orient und die frühgriechische Kunst, 1912), il a fallu attendre le lendemain de la Seconde Guerre mondiale ; depuis, l'étude des appliques de chaudrons orientaux, protomés de griffon et de taureau, bustes de sirènes, en Orient même, en Grèce (Samos, Olympie), en Étrurie, a permis de cerner le phénomène. Bien des questions restent posées, notamment sur l'origine précise (Syrie du Nord ou Ourartou) des exemplaires orientaux. Mais il est certain que, sauf à l'Héraion de Samos, toujours directement lié à Chypre, seuls certains types d'objets, et d'une région particulière, sont parvenus en Grèce ; le rôle des comptoirs de l'Oronte est évident. Le cas des bronzes de Crète, en particulier ceux de la caverne de l'Ida, reste tout à fait à part : les types d'objets, leur origine ne sont pas les mêmes.

En revanche, on n'a guère progressé, depuis le livre général de Jenkins, Dedalica, paru en 1936, dans l'étude des statuettes et objets contemporains des débuts de la sculpture de pierre, liée par les Modernes au nom de Dédale, sinon à propos des armes crétoises décorées, et pour déceler, dans quelques trouvailles de Grande-Grèce et de Sicile, que le style « dédalique » a connu des variantes occidentales qui expliquent ses prolongations en Étrurie.

Pour l'archaïsme du vie siècle et pour la première moitié du ve, jusqu'au moment où la prééminence d'Athènes et l'influence des grands sculpteurs font disparaître les styles locaux, les études sont innombrables, dans la ligne des Frühgriechische Bildhauerschulen de E. Langlotz (1927). Depuis cette date, outre des précisions, des compléments, des rectifications portant sur les écoles continentales définies par Langlotz, c'est surtout à propos des îles que nos connaissances ont progressé, avec, en premier lieu, les trouvailles et les publications de Samos. En Grande-Grèce, et davantage encore en Sicile, les fouilles apportent depuis les années soixante un matériel neuf, qui fait apparaître l'originalité des ateliers coloniaux, par rapport à la Grèce propre et entre eux, et révèle, sur des sites non grecs de l'intérieur, des productions « italiques » directement influencées par les villes grecques de la côte. Locres et Métaponte appartiennent à la première catégorie ; les vases de Paestum mêlent produits purement grecs et imitations « italiques ».

Car c'est sans doute, pour le vie siè [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Tête d'Hypnos, le sommeil

Tête d'Hypnos, le sommeil
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Statue de Riace

Statue de Riace
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Figurine de guerrier, art étrusque

Figurine de guerrier, art étrusque
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Statuette de cavalier, art étrusque

Statuette de cavalier, art étrusque
Crédits : City of Detroit Purchase, Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BRONZES ANTIQUES  » est également traité dans :

BRONZES DE RIACE (archéologie)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 996 mots
  •  • 2 médias

Le 16 août 1972, à Riace Marina, modeste plage de la côte est de Calabre, un plongeur amateur découvrit à peu de distance du rivage un bras de bronze émergeant du sable. Deux statues en bronze presque intactes furent aussitôt repêchées, mais les fouilles sous-marines entreprises en 1973 et 1981 n’ont pas permis de trouver l’épave attendue. Après un premier nettoyage réalisé à Reggio de Calabre, le […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La période irano-hellénistique »  : […] Des céramiques, des petites terres cuites, des objets de bronze sont également découverts dans les villes construites par les satrapes achéménides pour servir de bases à leur organisation politique et financière ; mais en dehors de ces objets, ces capitales de la Drangiane, de la Bactriane et de l'Arachosie livrent peu d'informations ; leurs murs d'argile crue, séchée au soleil du désert, se sont […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Faux antiques »  : […] Dans l'Antiquité, le faux est apparu tout d'abord, sans intention dolosive, sous la forme de copies des originaux célèbres de la sculpture grecque classique que les princes hellénistiques, puis les patriciens romains, recherchaient pour orner leurs palais. Mais nous savons par Pline l'Ancien et Vitruve que, rapidement, des répliques revêtues de fausses signatures, de Phidias, Praxitèle, Polyclète, […] Lire la suite

ARTISANAT DU BRONZE (Gaule préromaine)

  • Écrit par 
  • Cécile BRETON
  •  • 2 449 mots
  •  • 1 média

L'objet archéologique est un palimpseste. Il accumule les traces entremêlées de son histoire que l'archéologie doit savoir distinguer : traces de fabrication, d'utilisation ou d'abandon. Les artisans bijoutiers de la Gaule préromaine nous enseignent leur maîtrise de la métallurgie du bronze ; et c'est grâce au matériau lui-même, et à nos techniques modernes, que nous réapprenons, pour les comprend […] Lire la suite

CAMPANA COLLECTION

  • Écrit par 
  • Dominique BRIQUEL
  •  • 2 231 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La collection vient en France »  : […] L'achat par la France fut conclu en mai 1861, à la suite de tractations menées par un familier de l'empereur, le peintre Sébastien Cornu, assisté par un épigraphiste, Léon Renier. Entre-temps, la collection avait déjà subi des amputations. John Charles Robinson avait acheté des sculptures et majoliques de la Renaissance italienne, destinées au musée de South Kensington de Londres, ouvert en 1851 ( […] Lire la suite

CORÈ & COUROS, sculpture

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 868 mots
  •  • 2 médias

Statue féminine, la korè (plur. k orai ) apparaît au début de la sculpture monumentale grecque (milieu du ~ vii e s.) et se maintiendra jusqu'à la fin de l'archaïsme (~ 480 env.). Ce type, dont l'origine doit être cherchée en Égypte et en Mésopotamie, demeure particulièrement constant. Il représente toujours une figure féminine debout, les pieds joints ou, parfois, le pied gauche légèrement avanc […] Lire la suite

CRÈTE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude POURSAT
  •  • 3 933 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La Crète gréco-romaine »  : […] L'archéologie de la Crète permet, mieux que celle d'autres régions de Grèce, de suivre le passage de l'âge du bronze à l'âge du fer, au début du I er  millénaire. Des sites comme Cnossos sont occupés sans interruption jusqu'à la période protogéométrique. L'histoire de cette période, qui voit l'arrivée des Doriens en Crète, reste cependant obscure. C'est à partir du début du viii e  siècle, jusqu'a […] Lire la suite

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 601 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Monuments et offrandes »  : […] Plus qu'aucun autre site archéologique, Delphes permet de suivre le développement de la grande architecture sacrée en pierre, à travers les quelques types de bâtiments et les modes de construction (ordres) auxquels elle s'est très vite limitée. En dépit de la ruine très avancée de presque tous les monuments, la régularité de tous ces édifices est telle qu'on peut reconstituer avec une quasi-certi […] Lire la suite

ÉTRUSQUES

  • Écrit par 
  • Françoise-Hélène MASSA-PAIRAULT
  •  • 13 423 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L’art et l’artisanat archaïques »  : […] Le cadre complexe des échanges et les tendances nouvelles de la société éclairent l'histoire de l'art et de l' artisanat archaïques. La création d'un domaine public, bien caractérisé par les temples et les édifices d'utilité commune, donne une impulsion prodigieuse à l'architecture et à la coroplathie (art de travailler l'argile). Les formes du temple «  toscan », décrites par Vitruve, sont invent […] Lire la suite

FIGURINE VOTIVE DE CHEVAL (Grèce)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 191 mots

Dans la très nombreuse production de figurines votives de chevaux en bronze de l'époque géométrique, cette statuette haute de 16 centimètres, sans doute réalisée par un atelier corinthien, s'impose comme un chef-d'œuvre (Staatliche Museen, Berlin). La stylisation, qui accentue mais aussi équilibre avec élégance les contrastes de formes chers à l'esthétique géométrique, s'accompagne ici d'une rare […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude ROLLEY, « BRONZES ANTIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bronzes-antiques/