GEORGES BRAQUE (C. Einstein)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Paradoxalement, Georges Braque n'est pas un livre sur le peintre, comme le souligne Liliane Meffre, biographe de l'historien de l'art allemand Carl Einstein (1885-1940), spécialiste de ses écrits et directrice de cette publication (traduction de Jean-Loup Korzilius, coll. Diptyque, éd. La Part de l'œil, Bruxelles, 2003). Il s'agit d'abord d'une théorie puissante de la relation du spectateur au tableau, qui prend en compte les conditions de perception de l'œuvre et sa richesse esthétique, mesurée à l'aune de la personne humaine. Toute œuvre, dit Einstein, se fonde sur son « rétrécissement organique » à « l'acte de voir ». Mais face au repli de l'œuvre sur elle-même comme totalité autonome et statique, l'auteur milite pour une ouverture au plus large éventail possible de sensations et de dispositions psychiques, jusqu'à intégrer la base optique initiale, dans une interaction complexe avec la totalité du psychisme.

Après avoir réduit l'esthète à un individu atteint d'une pathologie frappant ceux qui abordent le tableau comme un organisme clos et statique, Einstein refoule brutalement tout projet historiographique. Témoin privilégié, voire agent de la dégénérescence de la culture, l'historien de l'art participe d'une « normalisation bourgeoisement démocratique » ; il impose une « sélection rose bonbon » favorable aux œuvres normées, diffuse leur appréciation « comme „bibelots“ précieux ou rares », neutralise ce plan d'appréciation en occultant la résistance des œuvres à leur temps, etc. Einstein reproche à l'esthète comme à l'historien de l'art leur superficialité, leur incapacité à rendre compte des « noces spirituelles » que promettent les œuvres. Il préconise une véritable conversion théorique à une sociologie ou ethnologie de l'art qui évalue celui-ci « non plus comme une fin en soi, mais comme un moyen vivant et magique ». Conversion épistémologique dépassant le statisme historico-esthétique, mais [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Dominique CHATEAU, « GEORGES BRAQUE (C. Einstein) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-braque/