KAHNWEILER DANIEL-HENRY (1884-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsqu'il déclarait à Francis Crémieux : « Mon cas est très particulier et ne se reproduira pas souvent », Daniel-Henry Kahnweiler avait bien conscience que son expérience était unique dans l'histoire de la culture moderne. Non seulement parce qu'il fut un grand marchand et l'un des rares – avec Vollard et Durand-Ruel, qu'il admirait – à avoir acheté de la peinture invendable dans la certitude absolue qu'elle se vendrait, non seulement parce qu'il fut un éditeur courageux (le premier éditeur d'Apollinaire, d'Artaud, de Leiris, de Max Jacob et de tant d'autres), non seulement encore parce qu'il fut un homme de goût, le soutien financier d'une certaine modernité, mais parce qu'il fut très tôt un militant, un avocat qui prétendait faire sur le vif la théorie de ce qu'il vendait ou voulait vendre.

28, rue Vignon

Daniel-Henry Kahnweiler a toujours conçu son rôle de marchand de manière partisane et propédeutique ; la confiance inaltérable qu'il a en son propre jugement (les doutes sont, chez lui, très rares et tardifs, et toujours liés au sentiment de vieillesse) est celle d'un homme des Lumières : adolescent, il voulait être chef d'orchestre, c'est-à-dire intermédiaire, mais aussi organisateur. La même envie, dit-il, l'a poussé à se faire marchand de tableaux.

Qu'était donc la culture du jeune Kahnweiler, né en 1884 à Mannheim en Allemagne, fils de bourgeois aisé, lorsqu'en 1907, à l'âge de vingt-trois ans, il ouvre à Paris sa première galerie, au 28 de la rue Vignon, avec vingt-cinq mille francs en poche et un an pour réussir, le tout généreusement offert par sa famille – sa galerie, c'est-à-dire la première galerie au monde à prendre un parti quasi exclusif en faveur du cubisme alors à peine naissant ? Sa formation de « financier » allait sans doute l'aider à surmonter les périodes de crises comme les sept ans de « vaches maigres » qui précédèrent le Front populaire – mais c'était précisément pour y échapper qu'il vint à Paris après un séjour forcé à Londres comme secr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KAHNWEILER DANIEL-HENRY (1884-1979)  » est également traité dans :

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories cubistes »  : […] sur lequel Raynal, se souvenant de la définition de l'art que donnait Zola, mit l'accent. La dernière contribution notable à la théorie cubiste semble être Der Weg zum Kubismus, c'est-à-dire « le chemin du cubisme », de Kahnweiler, paru en 1920. Dans cet ouvrage, Kahnweiler situe les origines du style cubiste dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cubisme/#i_4115

EINSTEIN CARL (1885-1940)

  • Écrit par 
  • Liliane MEFFRE
  •  • 3 038 mots

Dans le chapitre « L'art, création d'un monde nouveau »  : […] la vision et la sensation de l'espace, de rendre la sensation complexe du temps. D.-H. Kahnweiler, avec lequel C. Einstein se lie bientôt d'une amitié durable et féconde, ne s'y est point trompé, qui qualifiait Carl Einstein d'écrivain cubiste allemand. Longtemps après, en 1923, Einstein lui confiait que, alors qu'il écrivait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-einstein/#i_4115

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Cadres impressionnistes et contemporains »  : […] d'encadrements à motifs floraux. Le cadre est désormais d'abord affaire de peintres. Daniel-Henry Kahnweiler récupère des cadres anciens pour photographier, pour ses archives, les toiles des cubistes qu'il vend sans cadres à des collectionneurs qui apprennent, dès les années 1920 à mettre des œuvres contemporaines dans des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encadrement-des-oeuvres-histoire-de-l-art-occidental/#i_4115

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 595 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Arts »  : […] En 1919, le marchand de tableaux Daniel-Henry Kahnweiler s'en prend dans la revue Das Kunstblatt, sous le pseudonyme de Daniel Henry, à l'idée de plus en plus répandue en Allemagne que l'expressionnisme, alors prétexte à d'innombrables articles dans la presse allemande, serait d'origine française. Émigré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expressionnisme/#i_4115

LEIRIS LOUISE (1902-1988)

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 974 mots

Au côté de « l'homme de l'art » que fut Daniel-Henry Kahnweiler — comme l'a si justement surnommé son biographe, Pierre Assouline —, on ne peut manquer de citer le nom de Louise Leiris. Figure active de son temps, elle fut, plus de soixante années durant, bien au-delà d'un soutien, le vecteur dynamique et le relais absolu du célèbre marchand. Leurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louise-leiris/#i_4115

LEIRIS & CO (exposition)

  • Écrit par 
  •  • 1 136 mots

Musée national d’art moderne du Centre Pompidou avait consacré en 1992 une passionnante rétrospective aux œuvres en donation de la collection Leiris-Kahnweiler, jamais encore on n’avait situé Michel Leiris dans son temps, son environnement artistique et culturel, avec une si riche documentation et dans une perspective aussi large […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leiris-et-co/#i_4115

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 564 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Orientations des recherches graphiques »  : […] allusives tirées en sanguine pâle. En 1909, un autre marchand de tableaux, H. Kahnweiler, fait appel aux peintres fauves et cubistes (Derain, Picasso, Braque) et leur propose des textes d'auteurs d'avant-garde (Apollinaire, Max Jacob, Satie). Il faudrait citer bien d'autres éditeurs : H. Kessler, Skira, Teriade, Maeght... […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_4115

ROUX GASTON-LOUIS (1904-1988)

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 549 mots

celles de Stendhal, de Mérimée et d'Apollinaire. Mais l'événement marquant fut sa rencontre, dès 1927, avec Daniel-Henry Kahnweiler et le contrat que celui-ci lui proposa d'emblée : une collaboration qui allait durer quelque trente ans et permettre à l'artiste de vivre au cœur même de l'actualité. Dans ce contexte, Gaston-Louis Roux se lia d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-louis-roux/#i_4115

Voir aussi

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « KAHNWEILER DANIEL-HENRY - (1884-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-henry-kahnweiler/