Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GUYANES BOUCLIER DES

Le bouclier des Guyanes est cerné par le courant d'eaux douces ou saumâtres le plus puissant du monde qui résulte de la double jonction de l'Amazone et de l'Orénoque. Il représente près de deux millions de kilomètres carrés du continent sud-américain et forme une île très mystérieuse, aux contours mal définis, dont l'explorateur britannique Walter Raleigh révéla, en 1596, le nom et la richesse, et dans laquelle s'est développé le rêve d'une Amérique du Sud non latine et protestante.

Cette bulle explosa, au cours du xxe siècle, en cinq territoires politiques distincts : deux États indépendants, le Suriname (ex-Guyane hollandaise, depuis 1975) et le Guyana (ex-Guyane britannique, depuis 1965) ; la région de la Guyane vénézuélienne constituée de trois États à l'est de l'Orénoque (Delta Amacuro, Bolívar, Amazonas) ; deux territoires brésiliens, l'Amapá et le Roraima, États fédéraux depuis 1988, et les parties situées au nord de l'Amazone des États du Pará et de l'Amazonas ; enfin, la Guyane qui est un département français d'outre-mer depuis 1946.

La quasi-totalité des sept millions d'habitants, au début du xxie siècle, et des activités installées sur le bouclier des Guyanes sont situées sur un anneau périphérique étroit et discontinu. L'ampleur du contraste entre les sociétés et les paysages du nord et ceux du sud souligne les limites de l'Amérique latine avec la colonisation protestante.

Guyanes - crédits : Encyclopædia Universalis France

Guyanes

Très peu peuplées, les régions intérieures de forêts ou de savanes ne sont pas pour autant des espaces naturels ; ce sont des territoires amérindiens, appropriés, maîtrisés, dont on est en train de découvrir l'ancienneté, la richesse et la vigueur.

Le plus vieux des nouveaux mondes

Une île au relief inversé

La Guyane est un môle de roches cristallines chargé en son cœur d'or, de fer et de diamants. Selon le géographe Élisée Reclus, « du point de vue géologique, cette Guyane est aussi une île, un massif distinct de granit et autres roches éruptives, émergé depuis l'époque du Trias ». Elle rassemble des roches précambriennes formées il y a environ 3 400 millions d'années. La division du Gondwana les sépara, il y a 200 millions d'années, de ce qui forme aujourd'hui le bouclier ivoirien (l'orogenèse éburnéenne couvre 40 millions d'années et elle s'est traduite par la formation, en Afrique de l'Ouest et en Guyane, de massifs granitiques et de grandes failles chevauchantes de direction nord-ouest/sud-est).

Le bouclier guyanais est divisé par l'axe de l'Essequibo-Rio Branco en deux ensembles coulissant l'un sur l'autre. À l'est, le bloc soulevé a été débarrassé de sa couverture sédimentaire précambrienne par la puissance érosive de quatre mètres par an d'eau de pluie chauffée par l'équateur. Au-dessous, les môles granitiques, peu résistants à l'érosion chimique, ont été puissamment rabotés. C'est donc un paysage collinaire qui domine, caractérisé par des formes dites en « demi-oranges ». Les altitudes restent faibles, mais les sommets s'élèvent progressivement vers l'ouest, de 250 mètres dans l'État d'Amapá (Serra do Navio) à un peu plus de 1 000 mètres dans les Kanuku Mountains au sud du Guyana, en passant par les monts Tumuc Humac, au sud du Suriname et de la Guyane (mont Mitaraka à 690 mètres).

À l'ouest, le bloc affaissé a conservé des pans entiers de sa couverture sédimentaire. Le paysage semble troué par le jaillissement de ces formations gréseuses tabulaires de plus de 1 000 mètres d'épaisseur, les tepuys, qui sont en fait inégalement effondrés. Ceux-ci constituent les sommets les plus élevés de l'Amérique du Sud non andine (Pico de Neblina, 3 014 mètres). La périphérie de la région est frangée par les[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en géographie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer cet article

Emmanuel LÉZY. GUYANES BOUCLIER DES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 12/02/2024

Médias

Guyanes - crédits : Encyclopædia Universalis France

Guyanes

Walter Raleigh - crédits : Bettmann/ Getty Images

Walter Raleigh

Chasseur yanomami - crédits : G. Sioen/ De Agostini/ Getty Images

Chasseur yanomami

Autres références

  • AMÉRINDIENS - Amazonie et Guyanes

    • Écrit par et
    • 5 651 mots
    • 2 médias

    Les premiers établissements humains en Amérique du Sud remonteraient à environ 15 000 ans avant J.-C. Situés dans les régions côtières du Venezuela et de la Colombie, ils indiquent un peuplement d'origine septentrionale, introduit par l'isthme de Panamá, répandu peu à peu le long du littoral...

  • AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

    • Écrit par , et
    • 18 105 mots
    • 9 médias
    Au nord-est de l'Amérique du Sud, le petit massif des Guyanes s'étend d'ouest en est, sur 900 kilomètres de longueur et presque autant du nord au sud, dans sa partie centrale. On en retrouve une apophyse, à l'est, au Suriname, avec la sierra Wilhelmine et les monts Orange. Mais la...
  • AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

    • Écrit par
    • 3 175 mots
    • 1 média
    ...pures chez les nègres marrons, ou Bosh, qui ont fui le régime de l'esclavage pour constituer des républiques indépendantes à l'intérieur des forêts des Guyanes hollandaise et française. On retrouve chez eux, juxtaposées plus qu'intégrées, les religions des Fanti- Ashanti (Ghāna) et des Fon (Bénin),...
  • ARAWAKS & KARIBS

    • Écrit par
    • 3 294 mots
    • 1 média
    ...Negro, des groupes connus sous le nom de Cariba, Caribi, Caribana, Carabana et Cariana. Dans la région de l'Essequibo vivent les Partamona, les Trio occupaient la vallée du Tapanahoni au xviiie siècle. EnGuyane française, les Oyana, ou Roucouyenne, voisinent avec les Aracuiana du Brésil.
  • Afficher les 8 références