SURINAME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique du Suriname (SR)
Chef de l'État et du gouvernementChandrikapersad Santokhi (depuis le 16 juillet 2020)
CapitaleParamaribo
Langue officiellenéerlandais
Unité monétairedollar du Suriname (SRD)
Population613 900 (estim. 2021)
Superficie (km2)163 820

Le développement économique, social et politique du Suriname depuis plus d'un siècle illustre de manière presque caricaturale les problèmes de décolonisation qui se posent aux Caraïbes. Que ce soit sous la dépendance coloniale, dans un cadre semi-autonome depuis 1864 ou depuis l'indépendance (1975), le Suriname s'est heurté à des obstacles incommensurables. Il n'est pas possible d'expliquer les troubles politiques qui ont secoué le pays depuis 1980, ni les tensions sociales, ni encore les structures économiques sous-développées sans analyser toutes les composantes d'un processus de destruction du système esclavagiste qui n'en finit pas de se désintégrer. En effet, une fois écarté le leurre d'une abolition de l'esclavage généreusement octroyée par une « métropole » désintéressée, il est resté – comme partout ailleurs dans la région des Caraïbes – une société, un territoire, des hommes et des femmes confrontés à d'inextricables difficultés.

Suriname : carte physique

Carte : Suriname : carte physique

Carte physique du Suriname. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Suriname : drapeau

Dessin : Suriname : drapeau

Suriname (1975). Cinq bandes horizontales (vert, blanc, rouge, blanc, vert) de largeurs inégales ; la bande médiane rouge porte en son centre une grande étoile jaune à cinq branches. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Entre la Guyana et la Guyane française, le Suriname, pays d'eau et de forêt, s'étend sur 163 300 kilomètres carrés y compris les 19 000 kilomètres carrés d'une zone contestée. Cette ancienne colonie – la Guyane hollandaise –, indépendante depuis 1975, était peuplée de près de 500 000 habitants en 2004, auxquels il faut ajouter tous les émigrés d'origine surinamienne vivant aux Pays-Bas (300 000 personnes). À Paramaribo, la capitale, et sur moins de 3 p. 100 du territoire (4 800 km2), vivent des communautés d'origines diverses : Africains (Créoles, Saramaccas, Djukas), Asiatiques (Hindoustanis, Javanais, Chinois), Amérindiens et Européens. Antagonismes raciaux et crise économique ont longtemps fait de ce pays une véritable poudrière. De notables progrès vers la démocratie et le développement économique ont néanmoins été réalisés depuis le début du xxie siècle. Mais l'héritage de la violence et l'importance prise par le trafic de drogue fragilisent les efforts accomplis.

Capitalisme et colonisation

Abolition de l'esclavage et mutations économiques

L'abolition de l'esclavage le 1er juillet 1863 sonnait le glas d'un mode de production fondé sur le système des plantations. La réorganisation économique et sociale s'opéra sur de nouvelles bases avec le passage au travail salarié et la création en 1865 de la Surinaamsche Bank à Paramaribo. L'industrialisation des Pays-Bas au cours de la période 1870-1914 eut des répercussions aux colonies sur le plan de la demande en matières premières et sur l'établissement de marchés associés au développement de la consommation. Les capitaux néerlandais préférèrent s'investir en Indonésie plutôt qu'au Suriname, malgré l'attrait passager de l'or et de la gomme balata. Manquant d'infrastructure industrielle et d'informations relatives au potentiel minier, la colonie guyanaise était infiniment moins attirante que l'Indonésie riche en matières premières (pétrole, fer, charbon, étain) et en produits divers (riz, thé, tabac, indigo, épices). L'effort pour intéresser les capitaux étrangers au développement du Suriname, confirmé par la création en 1826 d'un organisme local d'investissements privés (Ondernemersraad), se heurta surtout à la sourde opposition de la puissance coloniale.

La concentration des forces productives et un apport massif de travailleurs engagés venus d'Asie firent baisser les coûts de production du sucre. Stimulée par une bureaucratie coloniale qui contrôlait la distribution des terres, une agriculture de subsistance put se développer, ce qui entraîna l'apparition vers 1900 d'une petite bourgeoisie terrienne. Pendant la Première Guerre mondiale se développèrent les cultures du riz, du cacao, du café et, vers 1930, l'exportation du riz puis du thé.

La réorganisation politique à laquelle il fut procédé en 1865 suscita la mise au point d'une réglementation gouvernementale qui resta en vigueur jusqu'en 1936. Les modifications économiques et sociales incitèrent les Pays-Bas à proposer des mesures administratives radicalement différentes de celles qui avaient été prises en 1816, 1828 et 1832. Un souci dominant animait le pouvoir central : l'assistance financière de La Haye devait être remplacée par une contribution fiscale prise en charge par le Suriname. Autour du gouverneur, qui ne relevait que de la Couronne, furent institués en 1865 un Conseil législatif (Koloniale Staten), véritable parlement et un Conseil administratif à caractère délibératif. Le budget colonial établi au Suriname était soumis « pour approbation à Sa Majesté ». Les treize membres du Staten élus pour six ans sur la base de leurs possessions foncières – en 1937, une clause fit intervenir le niveau d'instruction – appartenaient en majorité à la caste des planteurs. L'échec des tentatives d'industrialisation et la détérioration de l'économie allaient très vite envenimer les rapports du Staten et de La Haye.

La compagnie nord-américaine Alcoa (Aluminium Co. of America) commença en 1916 l'exploitation de la bauxite à Moengo et la compagnie néerlandaise N. V. Billiton Maatschappij entreprit l'exploitation de ce minerai en 1939-1941 (à Moengo, Lelydorp et Onverdacht). Les années de guerre furent mises à profit par le Staten pour développer un mouvement d'autonomie qui ne passa pas inaperçu. Le 7 décembre 1942, la reine Wilhelmine prononçait un discours historique à la radio : elle promit une plus grande autonomie aux colonies après la guerre.

Le Statuut

Plusieurs commissions avaient été chargées par La Haye d'étudier les problèmes économiques et sociaux qui se posaient au Suriname en 1911, 1919, 1945 et 1947. Sur la recommandation d'une de ces commissions – celle de 1945 – fut établi en 1947 un fonds de prospérité au capital de 40 millions de florins, ce qui permit la mise en œuvre d'un plan de développement. Plusieurs objectifs furent définis : allocation de bourses pour la formation d'un personnel qualifié, recensement de la population, recherches sur les possibilités de l'énergie hydroélectrique et sur le potentiel géologique, photographies aériennes du Nord-Suriname par les Royal Dutch Airlines, écoles, office de planification, recherches dans le domaine forestier et dans l'agriculture. Les données statistiques recueillies au cours d'une phase d'inventaire des richesses de la colonie permirent de mettre sur pied le plan de dix ans 1954-1964 (T.J.P.).

Sur le plan politique, la réorganisation consista en l'adoption d'un Statuut van het Koninkrijk de Nederlanden (Charte du royaume des Pays-Bas) en 1954 après un long débat constitutionnel. Le gouverneur de Suriname, qui continuait à être le chef constitutionnel du Staten et le représentant de la Couronne, devenait aussi commandant en chef de l'armée hollandaise au Suriname. L'État du Suriname devenait respons [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Suriname : carte physique

Suriname : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Suriname : drapeau

Suriname : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Campagne électorale au Suriname, mai 1996

Campagne électorale au Suriname, mai 1996
Crédits : PA Photos

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire, directeur du Centre de recherches Caraïbes-Amériques

Classification

Autres références

«  SURINAME  » est également traité dans :

SURINAME, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

GUYANE

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉZY
  •  • 2 342 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'intérieur des terres, les confins guyanais de la France »  : […] Les deux fleuves Oyapock (303 km), à l'est, et Maroni (520 km) à l'ouest, entretiennent autant de liens avec leurs voisins transfrontaliers (Suriname et Brésil) qu'avec la préfecture de Cayenne. La guerre civile qui déchira le Suriname de 1986 à 1992 aboutit à isoler encore plus la région Maroni ; 6 363 réfugiés surinamiens furent accueillis dans des camps ou des villages sur la rive française, e […] Lire la suite

GUYANES BOUCLIER DES

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉZY
  •  • 5 375 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Esclavage et plantations : « le nègre de Surinam » »  : […] Couverte de mangrove et de varzea , la marge côtière et fluviale du bouclier est la partie la plus fertile et la plus attractive. Sans savoir qu'ils rendaient aux savanes littorales leur paysage agricole traditionnel, les Hollandais mirent à profit, au Nord, leur expérience des polders et transformèrent, à partir de 1710, une partie des savanes littorales en rizières densément peuplées (rivières […] Lire la suite

PARAMARIBO

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 320 mots

Capitale, plus grande ville et premier port du Suriname, Paramaribo est située au bord du fleuve Suriname, à une quinzaine de kilomètres de la côte atlantique. Elle fut construite sur le site d'un village amérindien, sur lequel des Français vinrent s'installer vers 1640, avant que lord Willoughby de Parham y implantât une colonie anglaise en 1651. Paramaribo fit partie des colonies cédées aux Pro […] Lire la suite

PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Sud

  • Écrit par 
  • Jean-François BOUCHARD, 
  • André DELPUECH, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Dominique LEGOUPIL, 
  • Stéphen ROSTAIN
  • , Universalis
  •  • 23 166 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le bassin de l'Orénoque et les Guyanes »  : […] Deux grandes traditions culturelles naissent et se succèdent le long de l'Orénoque, avant de se diffuser vers le nord et vers l'est dans les Guyanes. Sur le moyen Orénoque se développe tout d'abord la tradition Barrancoïde, qui se diffuse vers le nord et vers l'est (le pendant plus ancien de cette tradition sur le moyen Amazone est dénommé « Hachuré Zoné »). L'extension la plus orientale de la tra […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25-30 mai 2020 Suriname. Élections législatives.

Suriname (NPS) a 3 élus. Le taux de participation est de 71,6 p. 100. Le 30, le VHS, l’ABOP, le NPS et le petit parti Empire glorieux – qui dispose de 2 élus – concluent un accord de coalition, avec Chan Santokhi comme candidat à la présidence. Le chef de l’État est élu par le Parlement à la majorité des deux tiers, majorité dont la coalition quadripartite […] Lire la suite

5 décembre 2018 Italie – Union européenne. Vaste opération antimafia.

Suriname, sous l’égide d’Eurojust, l’unité de coopération judiciaire de l’Union européenne. Elle permet l’interpellation de quatre-vingt-dix personnes et la saisie d’importantes quantités de drogue et d’argent liquide. […] Lire la suite

14 juillet 2015 Suriname. Réélection de Désiré Bouterse à la présidence.

Le Parlement renouvelé en mai réélit à la présidence Désiré dit Desi Bouterse, chef du Parti national démocratique, pour un deuxième mandat. Il était le seul candidat en lice.  […] Lire la suite

25 mai 2015 Suriname. Victoire du pouvoir aux élections législatives.

La coalition Mega combinatie (la méga combinaison) menée par le Parti national démocratique du président Desi Bouterse remporte la majorité absolue aux élections législatives avec 45,6 p. 100 des suffrages et 26 sièges sur 51. La coalition V7 composée de sept partis traditionnels soutenus par la communauté indienne, que dirige Chan Santokhi, obtient […] Lire la suite

19 juillet 2010 Suriname. Élection de Désiré Bouterse à la présidence de la République

Le Parlement élit Désiré Bouterse, ancien chef de l'armée et auteur de deux putschs, à la tête de l'État, par 36 voix sur 50. Lors des élections législatives du 25 mai, la coalition conduite par le Parti national-démocrate de Désiré Bouterse avait obtenu 40,2 p. 100 des suffrages. La coalition du Nouveau Front pour la démocratie et le développement […] Lire la suite

Pour citer l’article

Oruno D. LARA, « SURINAME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/suriname/