GUYANES BOUCLIER DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Guyanes

Guyanes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Walter Raleigh

Walter Raleigh
Crédits : Hulton Getty

photographie

Chasseur yanomami

Chasseur yanomami
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


La Guyane côtière : une création coloniale inachevée

Les colonisations catholique et protestante prirent pied sur la Guyane côtière, une ancienne région de culture amérindienne. La conquête fut sauvage, l'esclavage fut plus féroce qu'ailleurs, l'émigration se révéla un désastre, et le bagne fut mortifère.

La Caribane : une terre de vieille culture amérindienne

Malgré sa réputation de côte sauvage, la côte guyanaise, que les cartes anciennes nommaient la « Caribane », fut longtemps une terre de grande culture et, au xiie siècle, la Guyane présentait un littoral fort développé. Sur la rive nord, à partir de 600 apr. J.-C., les sociétés dites Arauquinoïdes pratiquaient une agriculture intensive sur billons (Rostain, 2003), fort exigeante en main-d'œuvre et capable de nourrir une population nombreuse et dense. Sur la rive méridionale, de grandes cités, à Santarém sur l'Amazone et sur l'île de Marajó à l'embouchure du même fleuve, tiraient leur subsistance des cultures de varzea (terres inondables) et de la terra preta (terre noire très fertile).

Ces sociétés étaient issues de la zone Orénoque-Apure (dans l'actuel Venezuela) et constituaient, entre la Guyana orientale et l'île de Cayenne, des cultures indépendantes mais présentant des caractères communs. Dans la plaine côtière, elles vivaient dans des villages de bois qui dominaient, sur des buttes artificielles, un paysage de billons ordonnés utilisant des systèmes élaborés de drainage. L'artisanat y était raffiné et les échanges trans-culturels poussés. Les voyages se faisaient alternativement à pied et par voie d'eau, grâce à une série de sentiers traversant les lignes de partage des eaux et reliant les différentes sections navigables (biefs) des fleuves, entre les sauts infranchissables et considérés comme sacrés.

Les Amérindiens sont, au début du xxie siècle, plus de 206 437 dans la Guyane, répartis en vingt-quatre groupes (Bahuchet, 1993). Ils représentent officiellement 5,57 p. 100 de la population totale, un chiffre important comparé aux États de la région (0,4 p. 100 de la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages



Écrit par :

  • : maître de conférences en géographie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  GUYANES BOUCLIER DES  » est également traité dans :

AMÉRINDIENS - Amazonie et Guyanes

  • Écrit par 
  • Simone DREYFUS-GAMELON, 
  • Universalis
  •  • 5 645 mots
  •  • 2 médias

Les premiers établissements humains en Amérique du Sud remonteraient à environ 15 000 ans avant J.-C. Situés dans les régions côtières du Venezuela et de la Colombie, ils indiquent un peuplement d'origine septentrionale, introduit par l'isthme de Panamá, répandu peu à peu le long du littoral et pénétrant au cœur du continent par les voies fluviales. Du système de l'Orénoque à celui de l'Amazone, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerindiens-amazonie-et-guyanes/#i_18829

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 005 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les bourrelets montagneux orientaux »  : […] Du côté de l'océan Atlantique, les montagnes du continent forment des hauteurs morcelées et isolées. Elles ont en commun plusieurs caractères : elles n'ont pas de sommets très élevés et ne dépassent jamais 3 000 m d'altitude ; elles ne sont pas majestueuses comme les cordillères occidentales, mais ont le plus souvent des formes lourdes, des alignements géométriques de faible ampleur. On n'y conna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-structure-et-milieu-geographie/#i_18829

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots

Dans le chapitre « Variété des cultes »  : […] Les religions d'origine africaine se sont conservées le plus pures chez les nègres marrons, ou Bosh, qui ont fui le régime de l'esclavage pour constituer des républiques indépendantes à l'intérieur des forêts des Guyanes hollandaise et française. On retrouve chez eux, juxtaposées plus qu'intégrées, les religions des Fanti- Ashanti (Ghāna) et des Fon (Bénin), le Grand Dieu qu'ils adorent s'appelan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-les-religions-afro-americaines/#i_18829

ARAWAKS & KARIBS

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA
  •  • 3 307 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les données de l'anthropologie »  : […] Tous les groupements arawaks et karibs subsistent sur le continent mais ils furent détruits dans le domaine insulaire, sauf en Dominique où une réserve ( Carib Reserve ) fut créée en 1903. Dirigés par un chef ( ubutu ), les Karibs de la Dominique subsistent grâce à un artisanat (objets de fil, de corde, fabrication des paniers caraïbes et de petite vanne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arawaks-et-karibs/#i_18829

CARAÏBES - L'aire des Caraïbes

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 4 982 mots
  •  • 8 médias

Le domaine des Caraïbes est vaste puisqu'il comprend, outre l'archipel antillais, les régions côtières des pays bordiers des deux bassins des Caraïbes (mer des Caraïbes et golfe du Mexique). Il est de coutume d'y adjoindre également les Guyanes (Guyana, Suriname et Guyane), l'archipel des Bahamas et le sud de l'État de la Floride (États-Unis). Cet ensemble régional se caractérise par un enviro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caraibes-l-aire-des-caraibes/#i_18829

GALIBI ou KALINA

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 339 mots

Indiens de la famille karib qui peuplent une zone qui s'étend le long de la côte atlantique, du nord du Brésil au sud du Venezuela en passant par la Guyane française, le Guyana et le Suriname. À Galibi, qui est un exonyme donné par les Blancs, ils préfèrent le nom qu'ils se donnent entre eux : Kalina. La pêche est l'activité économique de base, mais les Galibi pratiquent aussi l'horticulture sur b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galibi-kalina/#i_18829

GUYANE

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉZY
  •  • 2 341 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Étonnante longévité de cette possession française outre-mer »  : […] La Guyane constitue, sur le plan maritime, un verrou commercial et stratégique essentiel, au cœur de l'océan Atlantique, et la ville de Kourou peut se vanter d'être le « spatioport de l'Europe ». La France ne possède aujourd'hui que 4,5 p. 100 du bouclier guyanais, circonscrit par les fleuves Orénoque, río Negro et Amazone, alors qu'elle en revendiquait, jusqu'en 1900, près de 25 p. 100. Le décala […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guyane/#i_18829

ORÉNOQUE

  • Écrit par 
  • Dieter BRUNNSCHWEILER, 
  • William M. DENEVAN, 
  • Mercedes Fermín GÒMEZ
  •  • 3 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'exploitation des ressources »  : […] Le massif des Guyanes possède de nombreux gisements minéraux. Le minerai de fer, très concentré, est extrait à Cerro Bolívar et El Pao. Le massif est également riche en manganèse, nickel, vanadium (métal utilisé pour fabriquer des alliages), bauxite et chrome. La région compte aussi des mines d'or et de diamants. Le pétrole (extra-lourd) et le gaz naturel sont exploités dans les llanos et le delt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orenoque/#i_18829

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuel LÉZY, « GUYANES BOUCLIER DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouclier-des-guyanes/