BIEN, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le bien comme plaisir

Quittons à présent les philosophies de l'eudémonisme. Même sans défendre une forme d'identité entre la poursuite du bonheur et la visée morale, plusieurs philosophes de l'Antiquité ont souligné qu'il n'y a d'autre bien que le plaisir. De nombreux textes de l'Antiquité rappellent que le plaisir est une définition plausible du bien, et même si Platon et Aristote s'emploient à critiquer une telle conception, il y a tout lieu de penser qu'elle constituait un lieu commun de la réflexion antique sur le bien.

C'est chez les penseurs utilitaristes que cette conception devait recevoir sa formulation la plus rigoureuse. L'ambition de Jeremy Bentham, le premier et l'un des plus grands penseurs de l'utilitarisme, visait à déterminer un critère unique, externe et scientifique, en fonction duquel définir le bien ou la fin des actions humaines. Cette définition fut préparée par les travaux de Beccaria, Helvétius et Priestley. On trouve déjà chez Hume l'idée que tout calcul d'utilité suppose que l'on parvienne à une fin qui plaît par elle-même et qui est une source de satisfaction immédiate.

Le fameux calcul de la félicité que recommande Bentham, dans An Introduction to the Principles of Moral and Legislation (1823), pour déterminer les actions qui conduisent au plus grand bien est à plusieurs égards fort proche du calcul des plaisirs prôné dans le Protagoras de Platon. Mais pareil calcul n'est possible qu'à condition qu'on ne tienne pas compte des différences entre les personnes affectées par les conséquences de telle ou telle action. De plus, pour Bentham, les plaisirs ne sont passibles que d'une appréciation quantitative. C'est sur ce point que John Stuart Mill a innové. Il admet l'existence de plaisirs supérieurs (plaisirs dus à l'intellect, à l'imagination, aux sentiments moraux), plaisirs spécifiquement humains, d'ordre plus élevé que les plaisirs communs aux hommes et aux animaux. Que ces plaisirs soient supérieurs est prouvé par le fait que les hommes qui ont[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BIEN, philosophie  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 117 mots
  •  • 8 médias

être résolus sans le recours à la théorisation, sans le passage au concept. Pour apprendre à devenir vertueux, dit Platon dans la République, il faut « prendre le circuit le plus long » : non l'imitation d'un héros, mais l'apprentissage de la science, qui, après une longue ascension à travers les sciences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_23286

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le bonheur »  : […] ; quant aux autres, elles prennent pour la fin dernière ce qui n'est que moyen en vue de cette fin. Le bien suprême est donc au-delà des biens particuliers. Mais ce n'est pas à dire qu'il s'agisse d'un Bien en soi, séparé des biens particuliers : ici Aristote se livre à une critique sévère de la conception platonicienne du Bien, qui, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_23286

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éthique et la politique »  : […] l'éthique et la politique sont des disciplines connexes : toutes deux traitent du souverain bien, qui n'est pas idéal mais ne se distingue pas du bonheur, et qui se propose autant à l'individu humain qu'à la cité, forme achevée de la vie sociale. D'ailleurs l'individu libre est le citoyen d'une cité et la justice du citoyen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme/#i_23286

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 572 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Le retour du beau »  : […] Ce retour de la beauté comporte une dimension morale. En même temps que le Beau, le Bien est réaffirmé, avec les progrès de la vision morale des êtres, des comportements et des échanges. Telle est la signification de l'impératif de la correction politique et morale. Personne n'a aujourd'hui le droit de se montrer ouvertement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-esthetiques-le-beau/#i_23286

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 851 mots

absolu, qui vaut par soi seul, la satisfaction ultime vers quoi toutes les satisfactions tendent, le plaisir complet sans lequel tout plaisir est incomplet. C'est le but sans but (en tout cas sans autre but que lui-même) et le contentement sans reste. Le bonheur est le souverain bien ; le souverain bien est le bonheur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur/#i_23286

DÉSIR, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 361 mots

Dans le chapitre « Le désir, entre manque et plénitude »  : […] la visée du désir, le beau est inséparable du bien. C'est le manque des choses bonnes et belles qui nous les fait désirer. Le désir du Bien et du bonheur représente la forme la plus haute d'Éros. Contrairement à ce que suggère le mythe de l'androgyne développé par Aristophane, il ne s'agit pas ici de chercher la moitié manquante pour recréer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desir-philosophie/#i_23286

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 677 mots

Dans le chapitre « Le souverain bien »  : […] Que l'idée du bien régisse le domaine entier du savoir, telle était l'essence même du platonisme. Philosophiquement réfléchie, l'expérience morale et politique donnait ainsi à penser, pour la première fois de manière principielle, la totalité de l'étant. Cette inspiration capitale traverse les siècles, mais c'est avec Kant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-problematique-philosophique/#i_23286

HÉDONISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 3 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La jouissance et le degré zéro du logos »  : […] et de tout discours. Affirmation vécue d'une évidence irrépressible : le plaisir est le bien suprême. C'est en fonction de lui seul, si cela était nécessaire, que nous pourrions déterminer ce que nous devons faire et qui nous sommes. Cette donnée immédiate n'est le fruit d'aucune spéculation, mais d'une appréciation exquise qu'instaurent le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hedonisme/#i_23286

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 383 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les postulats »  : […] la volonté bonne reste l'indispensable condition de ce qui nous rend dignes d'être heureux : la vertu. Mais, si elle est à ce titre le bien suprême, elle n'est pas encore le bien complet : le bien ne peut être souverain, pour reprendre l'expression traditionnelle, que s'il accorde la vertu et le bonheur. Or on ne peut admettre ni que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-kant/#i_23286

MAL

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 218 mots

Dans le chapitre « Le mal comme défi à la raison »  : […] une proposition majeure, considérée comme évidence première et qui identifie l'être et le bien, ce discours situe le mal par rapport au bien, en fait un moyen ou un moment dans le déploiement d'un être qui en lui-même est valeur, et, à force de relativiser et d'exténuer le mal, tend à le confondre avec un manque et une absence ; et, en effet, si le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mal/#i_23286

MÉGARIQUE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 768 mots

Du chef de l'école de Mégare, Euclide, aucun texte ne nous est parvenu ; l'enseignement du maître et celui de ses successeurs à la tête de l'école, Eubulide, Alexinus, Diodore Cronos, nous sont seulement connus par des allusions et des critiques de Platon, d'Aristote, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-megarique/#i_23286

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « La morale cosmique »  : […] parce que toutes mises en doute ou non reconnues par d'autres, également humaines. En d'autres termes, on renonce à opter pour tel bien fondamental contre tel autre regardé comme mal ou comme faux bien, on ne se contente pas d'étudier les multiples biens (fondamentaux) sur lesquels les hommes s'orientent pour régler leurs conduites et prendre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_23286

MU‘TAZILISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 5 845 mots

Dans le chapitre « Les grandes thèses mu‘tazilites »  : […] par sa justice, les récompenser). Cependant, il n'y a pas en Dieu une idée éternelle du bien qui s'imposerait à lui : le bien n'est pas un intelligible, mais se réduit à ce qui est utile à chaque essence créée. Le mal provient de la libre action de l'homme. Contre les partisans du djabr (prédestination), qui soutenaient que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mu-tazilisme/#i_23286

NUSSBAUM MARTHA (1947-    )

  • Écrit par 
  • Marie GARRAU
  •  • 1 095 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La question de la vie bonne »  : […] Fragility of Goodness (1986 ; trad. fr. 2016) pose la question de la possibilité de la vie bonne pour des êtres vulnérables, en proie au besoin et exposés à la fortune. Nussbaum y examine la manière dont les Grecs ont répondu à ce problème en se concentrant sur les approches des poètes tragiques, de Platon et d’Aristote, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martha-nussbaum/#i_23286

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 634 mots

Dans le chapitre « Plotin »  : […] la division, c'est-à-dire la détermination : « Quand il s'agit de l'être, nous réunissons en un tout un être, et nous disons l'un qui est, voulant indiquer par un l'intime liaison de l'être avec le bien » (Enn., VI, ii, 11). L'Un est donc l'être même, dans la perfection de son indétermination ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/#i_23286

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 742 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le bien et ses manifestations »  : […] sa mesure, elle confère beauté et vérité : telles sont les trois manifestations du bien, mais c'est par la mesure qu'il est présent en toute œuvre et en toute action. Car l'unité qui n'est pas le fait de l'intelligence est tyrannique et risque de détruire les éléments constituants. Quand les lois (nomoi) sont le produit de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_23286

PLOTIN

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 5 010 mots

Dans le chapitre « La purification »  : […] (II, ix, 9), car il lui faut passer d'abord par l'exercice des quatre vertus « pratiques », celles qui concernent « la vie du citoyen » : prudence, force, justice et sagesse (VI, iii, 7), sans lesquelles « Dieu n'est qu'un nom » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plotin/#i_23286

SÉNÈQUE (-4-65)

  • Écrit par 
  • Ilsetraut HADOT
  •  • 4 286 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Signification philosophique de l'œuvre »  : […] en partant de différents points de vue, autour du même thème fondamental : le « souverain bien » de l'homme, c'est-à-dire, dans la perspective stoïcienne, la conduite morale de la vie. Ces traités se complètent mutuellement et peuvent offrir une image assez riche des idées morales de Sénèque. On ne devrait donc pas s'attendre à rencontrer de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seneque/#i_23286

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pluralité ordonnée : l'approche phénoménologique »  : […] amour seul nous permet de comprendre la personne dans sa singularité. Le bien consiste à activer chaque valeur à son niveau, et à ne pas préférer une valeur inférieure à une valeur supérieure. En phénoménologue, Scheler devait fonder cette hiérarchie sur une analyse de notre expérience vécue. Il aurait dû montrer qu'en faisant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_23286

VALEURS, sociologie

  • Écrit par 
  • Patrick PHARO
  •  • 2 321 mots

of Social Action, 1937), au sens d'une orientation vers des fins capable de justifier les normes sociales existantes. On considère en effet que si les normes ont un caractère obligatoire et relèvent donc surtout du devoir et de la sanction, les valeurs ont plutôt un caractère attractif, ce qui les rapproche de la notion philosophique du bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-sociologie/#i_23286

Voir aussi

Pour citer l’article

Monique CANTO-SPERBER, « BIEN, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bien-philosophie/