Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BIEN, philosophie

La vie bonne

Martha Nussbaum - crédits : Roberto Serra - Iguana Press/ Getty

Martha Nussbaum

Une autre forme du bien humain est la vie bonne. La notion de vie bonne figure aujourd'hui parmi les concepts les plus utilisés par les philosophes, et même par le grand public. On la trouve défendue chez des philosophes comme Philippa Foot (Virtues and Vices, 1978) et Martha Nussbaum (The Fragility of Goodness, 1986).

La « vie bonne » représente d'abord la vie heureuse, accomplie, réussie. La notion d'épanouissement humain s'oppose d'abord à la définition subjective du bonheur comme satisfaction justifiée. Mais elle est aussi conceptuellement distincte d'une conception objective du bonheur, définie en fonction de biens objectifs ou substantiels. La vie bonne est un mode d'être, une norme de l'humain, à prétentions objectives, définie à partir d'activités intrinsèquement bonnes, elle désigne le développement des talents ou encore des perfections. Bonheur et épanouissement humain renvoient à deux catégories ontologiques différentes. Dans le premier cas, il s'agit d'une attitude de l'esprit, dans le second, celui de l'épanouissement, d'un mode de vie. Le concept de vie bonne se définit par la possession, la poursuite ou l'exercice des biens (qu'il s'agisse de la contemplation, de la richesse, de la sagesse ou de la vertu), tandis que le bonheur est défini par les états mentaux que procure la possession de ces biens.

Les théories contemporaines de la vie bonne sont des théories substantielles et normatives qui engagent de nombreuses affirmations éthiques. Elles se présentent comme une théorie normative du bien humain, fondée sur une conception de l'homme dont le développement serait défini objectivement, indépendamment des désirs et attitudes, et où les raisons d'agir seraient relatives à ce qui est requis pour l'épanouissement de l'individu.

Plusieurs objections peuvent être adressées à cette conception du bien humain. D'abord, on conçoit difficilement que les énoncés et propositions relatifs à « ce qui est requis pour l'épanouissement de l'être humain » puissent se traduire en termes de devoir et d'obligations à respecter, et ainsi fonder nos devoirs relatifs à autrui. De plus, comment justifier le devoir qui serait le nôtre de veiller à notre accomplissement ? Même en admettant que nous ayons des devoirs à l'égard de nous-même, pourquoi aurions-nous, d'abord et principalement, celui de nous « épanouir » ? Ensuite, la prétention à l'objectivité de la notion d'épanouissement se fonde sur une définition du bien humain, conçue de manière substantielle comme un « bon fonctionnement humain ». Le concept d'épanouissement repose tout de même sur une forme d'essentialisme appuyée sur une conception culturellement déterminée de l'homme et qui fait implicitement l'hypothèse d'une nature humaine immuable. La conception du bien humain comme vie bonne est contestable ; elle engage une philosophie de la psychologie et une théorie de la rationalité pratique qui restent à justifier.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Martha Nussbaum - crédits : Roberto Serra - Iguana Press/ Getty

Martha Nussbaum

Autres références

  • ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

    • Écrit par Pierre AUBENQUE
    • 11 137 mots
    • 8 médias

    On méconnaîtrait l'importance culturelle de la philosophie antique si l'on n'y voyait qu'une période – la première, donc la plus fruste – dans le développement d'une activité intellectuelle spécifique, et clairement définie, qui serait la philosophie. En réalité, l'Antiquité, et singulièrement...

  • ARISTOTE (env. 385-322 av. J.-C.)

    • Écrit par Pierre AUBENQUE
    • 23 786 mots
    • 2 médias
    ...opinion dégrade l'homme au niveau de l'animalité ; quant aux autres, elles prennent pour la fin dernière ce qui n'est que moyen en vue de cette fin. Le bien suprême est donc au-delà des biens particuliers. Mais ce n'est pas à dire qu'il s'agisse d'un Bien en soi, séparé des biens...
  • ARISTOTÉLISME

    • Écrit par Hervé BARREAU
    • 2 242 mots
    • 1 média
    Pour Aristote l'éthique et la politique sont des disciplines connexes : toutes deux traitent du souverain bien, qui n'est pas idéal mais ne se distingue pas du bonheur, et qui se propose autant à l'individu humain qu'à la cité, forme achevée de la vie sociale. D'ailleurs l'individu libre...
  • ART (Aspects esthétiques) - Le beau

    • Écrit par Yves MICHAUD
    • 5 576 mots
    • 6 médias
    Ce retour de la beauté comporte une dimension morale. En même temps que le Beau,le Bien est réaffirmé, avec les progrès de la vision morale des êtres, des comportements et des échanges. Telle est la signification de l'impératif de la correction politique et morale. Personne n'a aujourd'hui le droit...
  • Afficher les 22 références

Voir aussi