BIEN, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie bonne

Une autre forme du bien humain est la vie bonne. La notion de vie bonne figure aujourd'hui parmi les concepts les plus utilisés par les philosophes, et même par le grand public. On la trouve défendue chez des philosophes comme Philippa Foot (Virtues and Vices, 1978) et Martha Nussbaum (The Fragility of Goodness, 1986).

Martha Nussbaum

Photographie : Martha Nussbaum

Photographie

Grande lectrice d'Aristote, Martha Nussbaum pose la question de ce que signifie pour nous la « vie bonne». Son œuvre est marquée par un dialogue aussi fructueux que critique avec John Rawls. 

Crédits : Roberto Serra - Iguana Press/ Getty

Afficher

La « vie bonne » représente d'abord la vie heureuse, accomplie, réussie. La notion d'épanouissement humain s'oppose d'abord à la définition subjective du bonheur comme satisfaction justifiée. Mais elle est aussi conceptuellement distincte d'une conception objective du bonheur, définie en fonction de biens objectifs ou substantiels. La vie bonne est un mode d'être, une norme de l'humain, à prétentions objectives, définie à partir d'activités intrinsèquement bonnes, elle désigne le développement des talents ou encore des perfections. Bonheur et épanouissement humain renvoient à deux catégories ontologiques différentes. Dans le premier cas, il s'agit d'une attitude de l'esprit, dans le second, celui de l'épanouissement, d'un mode de vie. Le concept de vie bonne se définit par la possession, la poursuite ou l'exercice des biens (qu'il s'agisse de la contemplation, de la richesse, de la sagesse ou de la vertu), tandis que le bonheur est défini par les états mentaux que procure la possession de ces biens.

Les théories contemporaines de la vie bonne sont des théories substantielles et normatives qui engagent de nombreuses affirmations éthiques. Elles se présentent comme une théorie normative du bien humain, fondée sur une conception de l'homme dont le développement serait défini objectivement, indépendamment des désirs et attitudes, et où les raisons d'agir seraient relatives à ce qui est requis pour l'épanouissement de l'individu.

Plusieurs objections peuvent être adressées à cette conception du bien humain. D'abord, on conçoit difficilement que les énoncés et propositions relatifs à « ce qui est requis pour l'épanouissement de l'être humain » puissent s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BIEN, philosophie  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

On méconnaîtrait l'importance culturelle de la philosophie antique si l'on n'y voyait qu'une période – la première, donc la plus fruste – dans le développement d'une activité intellectuelle spécifique, et clairement définie, qui serait la philosophie. En réalité, l'Antiquité, et singulièrement l'Antiquité grecque, est le lieu de naissance de la philosophie, ce qu'on ne saurait dire au même titre […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le bonheur »  : […] Tous les hommes s'accordent à appeler bonheur ce bien suprême qui est l'unité présupposée des fins humaines. Mais, comme le bonheur est toujours en avant de nous-mêmes, désiré plutôt que possédé, il est impossible de le décrire et difficile de le définir. D'où la divergence des opinions professées sur le bonheur : certains le réduisent au plaisir, d'autres aux honneurs, d'autres enfin à la riches […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éthique et la politique »  : […] Pour Aristote l'éthique et la politique sont des disciplines connexes : toutes deux traitent du souverain bien, qui n'est pas idéal mais ne se distingue pas du bonheur, et qui se propose autant à l'individu humain qu'à la cité, forme achevée de la vie sociale. D'ailleurs l'individu libre est le citoyen d'une cité et la justice du citoyen est sa conformité aux lois d'une cité. Il n'en reste pas mo […] Lire la suite

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 570 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Le retour du beau »  : […] Par rapport à cette situation pas si lointaine, il est d'autant plus surprenant que nous assistions depuis la fin de l'époque moderne, et plus exactement durant le dernier quart du xx e  siècle (le terme « post-moderniste » fut utilisé pour la première fois en 1968, celui de « postmoderne » en 1974), à une réhabilitation de la beauté. Pour mesurer l'ampleur de ce retour, il importe de ne pas se li […] Lire la suite

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Tout homme veut être heureux, et cela suffit peut-être à définir, au moins provisoirement, le bonheur : il est ce que chacun désire, non en vue d'une autre chose (comme on désire l'argent pour le luxe ou le luxe pour le plaisir) mais pour lui-même, et sans qu'il soit besoin – ni, d'ailleurs, possible – d'en justifier la valeur ou l'utilité. « À quoi bon être heureux ? » À cette question saugrenue […] Lire la suite

DÉSIR, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 361 mots

Dans le chapitre « Le désir, entre manque et plénitude »  : […] Pour Platon, l' épithumètikon , c'est-à-dire la capacité de désirer, est une des trois parties constitutives de l'âme humaine (telle que décrite dans le quatrième livre de La République , 385-370 av. J.-C.). Le désir est pour lui une dimension constitutive de l'acte philosophique. Les six discours en l'honneur d'Éros qui se succèdent dans le Banquet (env. 375 av. J.-C.) culminent dans le discour […] Lire la suite

DEVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 9 052 mots

Dans le chapitre « « Une voix intérieure » »  : […] Les stoïciens ont porté à sa perfection la conception antique du devoir, que l’on trouve exprimée en un adage : « Le sage est heureux même dans le taureau de Phalaris. » Phalaris, tyran d’Agrigente, avait demandé qu’on fabrique un taureau en airain creux dans lequel les suppliciés étaient enfermés avant qu’on allume un brasier sous la statue de métal. Premiers philosophes à avoir mis l’accent sur […] Lire la suite

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « Le souverain bien »  : […] Que l'idée du bien régisse le domaine entier du savoir, telle était l'essence même du platonisme. Philosophiquement réfléchie, l'expérience morale et politique donnait ainsi à penser, pour la première fois de manière principielle, la totalité de l'étant. Cette inspiration capitale traverse les siècles, mais c'est avec Kant que ce discernement éthique en vient à constituer le cœur même de la raiso […] Lire la suite

HÉDONISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 3 981 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La jouissance et le degré zéro du logos »  : […] Avec Socrate, le problème éthique est au centre des préoccupations d'une philosophie qui se découvre une vocation à l'universalité, et qui rompt avec la confusion polymathique des penseurs précédents. Pour ses successeurs, la question du plaisir n'est pas d'abord un problème, mais une réponse parmi d'autres, dont la nature est telle qu'elle échappe à la juridiction de la raison et de tout discours […] Lire la suite

JANKÉLÉVITCH VLADIMIR (1903-1985)

  • Écrit par 
  • Pierre-Alban GUTKIN-GUINFOLLEAU
  •  • 3 320 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une morale en action »  : […] La philosophie morale de Jankélévitch obéit à des principes aussi simples qu’exigeants et invariables. Pour lui, toute philosophie qui n’aurait pas pour objet privilégié l’existence dans sa dimension concrète manque à son devoir. L’exercice philosophique contribue, par l’analyse des expériences qui lui sont communes, à faire de l’homme un sujet moral, un sujet qui fait le bien. Les pures spéculat […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Report de l'échéance de la bataille boursière autour de Télémécanique après l'élection présidentielle. 16-30 mars 1988

et décide de repousser au 27 mai la clôture des deux O.P.A., celle de Schneider du 26 février et celle de Framatome du 16 mars. La décision de reporter l'échéance après l'élection présidentielle a été prise, de l'avis général, sous la pression du ministère des Finances. Bien qu'elle permette de calmer […] Lire la suite

Pour citer l’article

Monique CANTO-SPERBER, « BIEN, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bien-philosophie/