BÉJART MAURICE JEAN BERGER dit MAURICE (1928-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un maître dans l'art protéiforme

Parallèlement à ses ballets, il met en scène des spectacles lyriques : Les Contes d'Hoffmann en 1961, La Veuve joyeuse en 1963, à Bruxelles, notamment. Son attachement à la pédagogie le pousse à fonder l'école Mudra, en 1970, toujours à Bruxelles. Il quittera cette ville en 1987 pour s'établir en Suisse, à Lausanne, avec une structure plus petite, le Béjart Ballet Lausanne dont le danseur et comédien Gil Roman deviendra le directeur adjoint dès 1993. La pédagogie étant essentielle à ses yeux, son école prendra, en 1992, le nom d'école-atelier Rudra avec comme directeur adjoint Michel Gascard. L'enseignement et les rencontres guident sa voie de chorégraphe. Béjart, tel un caméléon, s'adapte. Pour Rudolf Noureev, il crée, à Bruxelles, en 1971, Le Chant du compagnon errant (musique de Mahler) ; pour Jorge Donn, artiste qui lui est indissociablement lié, c'est, notamment Nijinski, clown de Dieu (musique de Tchaïkovski et Pierre Henry) en 1971. Il fait de Maïa Plissetskaïa son Isadora en 1976 ; Sylvie Guillem lui inspire Sissi, l'impératrice anarchiste en 1992 et, plus tard, Racine cubique (musique de Raul Garello, 1997). Il tisse également des relations avec de grandes compagnies : le Tokyo Ballet, la Scala de Milan, l'Opéra de Paris...

Béjart a été fait membre du Soleil levant par Hiro-Hito en 1986, et a été élu à l'Académie des beaux-arts de l'Institut de France en juin 1994. Une reconnaissance pour la danse. Comme Béjart le confiait lui-même au jeune prodige de la danse Sidi Larbi Cherkaoui, lors de la remise de son Nijinski award, en décembre 2002, « c'est important de faire des rencontres ; j'ai toujours fonctionné ainsi ». Une méthode qui a bien porté ses fruits, puisque Maurice Béjart est devenu le monstre sacré de la danse contemporaine.

Après avoir célébré au Grand Palais (Paris) 1789 et nous – pour le bicentenaire de la Révolution française –, puis au Deutsche Oper de Berlin le wagnérien Ring um den Ring (1990), Béjart, entouré de sa famille d'élection (Béjart Ballet Lausanne et Rudra), a évoqué, en 1994, à Montpellier, les avatars de la paternité égoïste ou généreuse dans le shakespearien King Lear-Prospero. Humaniste et prospectif, il a violemment dénoncé, accompagné d'Elton John et des Queen, le drame vital du sida dans Le Presbytère (1997). À Lyon, il mêlait, dans Lumière (2001), son amitié fervente pour Brel et Barbara, et sa passion du cinéma qu'il ravivera en 2003 dans Ciao Fellini (pour les dix ans de la mort du cinéaste). Il recevait alors, des mains de l'ambassadeur de France en Suisse, l'insigne de commandeur des arts et lettres. Parcourant son propre labyrinthe, il assemblait ingénieusement les temps forts de ses œuvres sous le nom de L'Amour-la Danse (2005). Enfin, le chorégraphe a croisé, dans Zarathoustra le chant de la danse (2006), ce Nietzsche si souvent évoqué dans son œuvre et qui, comme lui, ne pouvait croire qu'en « un Dieu qui saurait danser ». C'est ce Dieu que Béjart, décédé à Lausanne le 22 novembre 2007, à la veille d'une ultime création, est allé retrouver sur la plage d'Ostende (Belgique) où ses cendres ont été dispersées.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BÉJART MAURICE JEAN BERGER dit MAURICE (1928-2007)  » est également traité dans :

SYMPHONIE POUR UN HOMME SEUL (M. Béjart)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 149 mots

Lorsqu'il crée, le 26 juillet 1955, Symphonie pour un homme seul, Maurice Béjart, chorégraphe né à Marseille en 1927, n'est pas encore célèbre. Pourtant, sa pièce fera scandale au théâtre de l'Étoile, à Paris. Le sujet certes est dans l'air du temps, marqué par l'existentialisme et l'expression de la solitude humaine et de l'angoisse. Mais ce qui étonne et dérange, c'est un lan […] Lire la suite

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Héritage du ballet en France »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, le courant néoclassique est animé par de jeunes chorégraphes. Roland Petit incarne l'esprit parisien et capte l'air du temps dans ses ballets narratifs Les Forains (1945) et Le Jeune Homme et la Mort (1946), son chef-d'œuvre. Carmen (1949) assure le triomphe de Zizi Jeanmaire, son épouse, pour qui il réglera des revues à grand spectacle. Petit revient ensuite à l […] Lire la suite

BORTOLUZZI PAOLO (1938-1993)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 919 mots

Décédé à Bruxelles des suites d'une congestion cérébrale dans la nuit du 15 au 16 octobre, le danseur italien Paolo Bortoluzzi avait la faculté rare de pouvoir jouer sur “l'immense octave de la création”, pour rappeler la formule de Paul Claudel. L'un des plus brillants artistes-interprètes de sa génération, virtuose certes, mais pétri d'élégance naturelle, il partagea avec Jorge Donn, disparu le […] Lire la suite

CULLBERG BIRGIT RAGNHILD (1908-1999)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 922 mots

De Martha Graham à Pina Bausch, d'Isadora Duncan à Trisha Brown, nombreuses sont les femmes chorégraphes qui ont enrichi le langage gestuel, fouillé les thèmes jusqu'aux découvertes de l'introspection et de la psychanalyse, scruté les horizons nouveaux. Parmi elles, la Suédoise Birgit Ragnhild Cullberg figure au meilleur rang. Toute son œuvre est marquée par un sens aigu de l'analyse psychologique […] Lire la suite

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 069 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite

AVIGNON FESTIVAL D' - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 800 mots

1947 Premier festival d'Avignon, sous le nom de « Semaine d'art ». Trois spectacles sont présentés : La Tragédie du roi Richard II , de Shakespeare, La Terrasse de midi , de Maurice Clavel, et Tobie et Sara , de Claudel. 1948 La seconde manifestation prend le nom de Festival d'art dramatique en Avignon, avec trois mises en scène de Jean Vilar : La Mort de Danton de Büchner, Shéhérazade de Jule […] Lire la suite

GUILLEM SYLVIE (1965- )

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Jean-Claude DIÉNIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 689 mots

Dans le chapitre « L'envol d'une étoile »  : […] En 1981, c'est l'engagement dans le corps de ballet de l'Opéra de Paris, l'apprentissage, les places à tenir dans les ensembles. Sylvie Guillem prend pour une simple formalité les concours annuels qui lui permettent de gravir les échelons de la hiérarchie et de se faire reconnaître des spécialistes. Elle n'est d'ailleurs jamais en peine de succès. En témoigne la médaille d'or décrochée en 1983 au […] Lire la suite

HENRY PIERRE (1927-2017)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 374 mots
  •  • 1 média

« Le musicien et compositeur Pierre Henry aimait travailler en solitaire, uniquement à partir de sons qu'il manipulait, à de grandes œuvres inscrites sur la bande magnétique. Pour lui, au commencement était le son et non la note : : « Les notes, ce n'est rien, pour moi, cela ne représente rien, c'est bête, les notes, c'est bon pour les compositeurs. » On proclamait que les auteurs de musique conc […] Lire la suite

MARIN MAGUY (1951- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 893 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pionnière de la danse contemporaine »  : […] Marguerite Marin, dite Maguy, naît le 2 juin 1951 à Toulouse. De ses parents, réfugiés espagnols, qui ont franchi les Pyrénées dans la tourmente de la guerre civile, découlera sans doute sa conscience politique et sa personnalité fougueuse. De sa formation de danseuse classique au conservatoire de Toulouse – où elle obtiendra un premier prix – puis avec Nina Vyroubova à Paris, elle puisera sa cap […] Lire la suite

NIJINSKI VASLAV (1889-1950)

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

Figure emblématique de son art, le danseur et chorégraphe polonais Vaslav Fomitch Nijinski a révélé au cours de sa brève et fulgurante carrière (1907-1919) un génie singulier dont le rayonnement international, l'originalité et le charisme demeureront légendaires. Doté d'aptitudes physiques exceptionnelles, il s'est distingué par sa virtuosité et sa prodigieuse faculté d'envol. Timide et secret à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bérengère ALFORT, Marie-Françoise CHRISTOUT, « BÉJART MAURICE JEAN BERGER dit MAURICE - (1928-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bejart-maurice-jean-berger-dit-maurice/