CULLBERG BIRGIT RAGNHILD (1908-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Martha Graham à Pina Bausch, d'Isadora Duncan à Trisha Brown, nombreuses sont les femmes chorégraphes qui ont enrichi le langage gestuel, fouillé les thèmes jusqu'aux découvertes de l'introspection et de la psychanalyse, scruté les horizons nouveaux. Parmi elles, la Suédoise Birgit Ragnhild Cullberg figure au meilleur rang. Toute son œuvre est marquée par un sens aigu de l'analyse psychologique, un humanisme profond, mais aussi par l'amour de la nature ainsi que par l'humour qui vient alléger le poids du regard sur les choses de la vie.

Née le 3 août 1908 à Nyköping, petite ville située sur les bords de la Baltique, Cullberg se destine tout d'abord à des études littéraires, mais elle pratique aussi la danse en amateur, s'initiant tout à la fois aux techniques classique et moderne. Cette ouverture d'esprit marquera tout son parcours, imprégnera toute son œuvre. Il est dit que c'est un ballet de Kurt Jooss, au début des années 1930, La Table verte, implacable réquisitoire contre l'absurdité et l'horreur de la guerre, qui influencera son choix de carrière. Birgit Cullberg rejoint alors Londres en 1935 où elle retrouve ce chorégraphe allemand et son fidèle collaborateur Sigurd Leeder, réfugiés dans la capitale britannique. Pendant quatre ans, elle parfait sa formation auprès d'eux avant de regagner Stockholm où elle constitue un petit groupe expérimental (1939). En 1942, elle épouse le comédien suédois Anders Ek. Ils auront deux fils, Niklas, qui deviendra l'un des principaux solistes de Maurice Béjart au Ballet du xxe siècle, et Mats, qui compte aujourd'hui parmi les plus grands chorégraphes de sa génération.

Après plusieurs créations qui ne laisseront pas un souvenir pérenne, Cullberg crée, le 1er mars 1950, à Västerås, une version dansée de Mademoiselle Julie (musique de Ture Rangstrÿsm), d'après « la tragédie [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CULLBERG BIRGIT RAGNHILD (1908-1999)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Du côté de l'expressionnisme »  : […] Si, en Allemagne, la défaite de 1945 a effacé, un temps, la danse d'expression, une nouvelle génération apparaît dans les années 1970. Gerhard Bohner (1936-1992) renoue avec le passé dans son travail sur Oscar Schlemmer. Suzanne Linke, Reinhild Hoffmann et Pina Bausch, qui se sont succédé à la direction de l'école d'Essen, assurent l'héritage de la danse d'expression. Mais seule Pina Bausch réuss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_21737

BÉJART MAURICE JEAN BERGER dit MAURICE (1928-2007)

  • Écrit par 
  • Bérengère ALFORT, 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 1 477 mots

Dans le chapitre « L'appel du large »  : […] Maurice Béjart s'est constamment déplacé, comme s'il cherchait ses repères. Ainsi, en 1950, il est engagé à Stockholm dans la compagnie de Birgit Cullberg. C'est là qu'il monte sa première chorégraphie, L'Oiseau de feu (1950-1951). La partition d'Igor Stravinski avait été créée en 1910 par Michel Fokine pour les Ballets russes de Serge de Diaghilev. Sur la suite pour orches […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bejart-maurice-jean-berger-dit-maurice/#i_21737

Pour citer l’article

Jean-Claude DIÉNIS, « CULLBERG BIRGIT RAGNHILD - (1908-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/birgit-ragnhild-cullberg/