BASSE, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La basse chiffrée

Devant ces faits, on peut comprendre que, à un certain moment et pendant une période limitée de l'histoire, tout l'essentiel d'une œuvre musicale ait pu paraître se réduire à la ligne mélodique et à la basse, les sons situés entre ces deux extrêmes ne participant plus qu'à un remplissage harmonique étroitement déterminé par ces deux éléments. On se contente dès lors de fixer par l'écriture ces deux parties extrêmes en suggérant sommairement par des chiffres les parties intermédiaires. Ce mode de notation ne saurait s'appliquer à un état évolué du langage musical où la densité de la matière sonore et les mouvements intérieurs qui les parcourent sont un élément organique de la pensée du compositeur. Elle ne l'est pas, et pour la même raison, dans un style contrapuntique fait de lignes mélodiques enchevêtrées dont chacune a la même importance que celle de la partie supérieure.

C'est pourquoi la méthode de la basse chiffrée ne se rencontre qu'en liaison avec le style de la mélodie accompagnée dont l'apparition se situe vers le début du xviie siècle et qui se prolonge fort avant dans le xviiie.

Chiffrer une basse, cela consistait à indiquer par des chiffres les intervalles entre chaque son de cette basse et les notes constitutives de l'accord qu'il doit supporter. À charge pour les interprètes de reconstituer ces accords avec la marge d'interprétation personnelle que comportait cette pratique. Tout claveciniste, tout organiste à cette époque était entraîné à ces demi-improvisations que compliquait encore l'usage des ornements, simplement indiqués par l'auteur au moyen de signes conventionnels.

De nos jours ce travail est généralement confié à des spécialistes par les éditeurs soucieux de faire revivre cet ancien répertoire.

Le terme basse contrainte s'appliquait à un dessin de basse plus ou moins bref et identiquement répété, au-dessus duquel le compositeur variait ses harmonies et sa ligne mélodique – ce qui est le procédé de la passacaille.

La réalisation d'une basse, ou d'un continu comme on disait encore, peut êtr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : compositeur de musique, ancien directeur de la musique et du programme national de la Radiodiffusion française

Classification

Autres références

«  BASSE, musique  » est également traité dans :

ACCOMPAGNEMENT MUSICAL

  • Écrit par 
  • PIERRE-PETIT
  •  • 1 922 mots

Dans le chapitre « Harmonie et basse chiffrée »  : […] Du jour où l'harmonie se détache du contrepoint pour assumer son propre rôle dans le discours musical, l'accompagnement, au sens moderne du terme, commence d'exister. Et il est curieux de constater que l'on passe d'un extrême à l'autre. Autant le contrepoint accordait d'importance au déroulement de toutes les parties du discours, autant l'époque dite « harmonique » va, pour ainsi dire, négliger to […] Lire la suite

BANCHIERI ADRIANO (1568-1634)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 438 mots

Compositeur et théoricien de la musique italien né le 3 septembre 1568 à Bologne, dans les États pontificaux, mort en 1634 à Bologne, Adriano Banchieri est, après Orazio Vecchi, le deuxième plus grand compositeur de comédies madrigalesques, suites de madrigaux sans intrigue véritable qui suggèrent plus qu'ils ne narrent une action dont les détails sont laissés à l'interprétation des chanteurs et […] Lire la suite

BASSON

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 002 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Dès le xvi e  siècle, on trouve sous le nom générique de bombardes des instruments graves, taillés d'une seule pièce, qui sont les ancêtres du basson. L'existence du basson est attestée au xvii e  siècle par Marin Mersenne, qui fait figurer dans son Harmonie universelle, contenant la théorie et la pratique de la musique (1636) un chapitre entier intitulé « Expliquer la figure, la grandeur, l'éten […] Lire la suite

BOMBARDE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 157 mots

Instrument à vent de la famille des chalumeaux (anche double). Il est construit en bois et fut répandu du xiv e au xvii e siècle. Il assure la partie de basse, mais fut construit en différentes tessitures : contre-basse (bombardone, Bassbombart ), ténor ( Bassetbombart ), alto (bombarde piccolo). Le bombardon est une contrebasse de bombarde ; c'est aussi l'un des plus graves saxhorns. La bombard […] Lire la suite

CONTREBASSE, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 041 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] À l'orchestre, la contrebasse a pour rôle d'exécuter la partie de basse, parfois conjointement avec les violoncelles, qu'elle double en général à l'octave inférieure. Il semble qu'elle entre dans l'orchestre de l'Académie royale de musique en 1706, lors de la création d' Alcyone , tragédie en musique de Marin Marais, où la célèbre scène de la tempête de l'acte IV repose en grande partie sur l'effe […] Lire la suite

CONTREBASSE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 767 mots
  •  • 1 média

Instrument à cordes et à archet , appartenant à la famille des violons, dont elle épouse globalement la forme ; mais, comme elle ne descend pas de la viola da braccio , la contrebasse appartient par son origine à la famille des violes ; c'est donc une basse de viole, qui fut modifiée lorsqu'elle entra dans la famille des violons. Cet instrument apparaît au xvii e siècle, bien qu'on ne puisse préc […] Lire la suite

GRANDI ALESSANDRO (mort en 1630)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 184 mots

Compositeur célèbre par ses pièces pour chant solo, et le premier à utiliser le mot cantate au sens moderne du terme, Grandi fut directeur de musique d'une confrérie religieuse à Ferrare en 1597 et il y tint d'autres postes jusqu'en 1616 ; après cette date, il occupa le poste de chanteur à Saint-Marc de Venise. En 1620, il devint l'adjoint de Claudio Monteverdi. C'est alors qu'il produisit plusieu […] Lire la suite

GUITARE BASSE

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 263 mots
  •  • 7 médias

La guitare basse est une guitare électrique à quatre cordes dont les vibrations sont captées par des microphones reliés à un système d'amplification plus ou moins puissant. Son corps, en bois, est le plus souvent plein . L'instrument est accordé en quarte : mi , la , ré , sol . L'accord fin est obtenu grâce à un dispositif situé sur la tête de l'instrument. La fréquence du mi grave est de 41,3 Hz […] Lire la suite

IMPROVISATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • André-Pierre BOESWILLWALD, 
  • Alain FÉRON, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 112 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'improvisation partielle »  : […] La technique de l' ornementation a donné lieu à une multitude de possibilités, immense champ ouvert à la virtuosité. Le théoricien espagnol Juan Bermudo (1510 env.-env. 1565) recommandait à ses élèves une heure de travail quotidien simplement pour apprendre à orner correctement. Les ornements ou agréments affectent une ou plusieurs notes, mises en valeur par des trilles, pincés, mordants, ports d […] Lire la suite

JAZZ ROCK ou JAZZ FUSION

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 469 mots

Apparu à la fin des années 1960, le jazz-rock naît du croisement entre l'énergie du rock, le climat du funk et l'approche harmonique du jazz. Miles Davis en est le précurseur. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, le rêve hippie se désagrège : concert désastreux des Rolling Stones à Altamont, près de San Francisco (1969), séparation des Beatles (1970), disparition de grandes figure […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henry BARRAUD, « BASSE, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/basse-musique/