BASSE, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La basse fondamentale

Quand Guillaume de Machaut, dans le Credo de la Messe de Notre-Dame, fera un des premiers résonner ensemble les trois sons de l'accord parfait, les musiciens auront la révélation de la valeur en soi d'une agrégation harmonique. En soi, c'est-à-dire indépendante du jeu des parties et de leurs rencontres fortuites. C'est dans cette écriture verticale, qui vient d'ouvrir ses perspectives aux créateurs, que le rôle organique de la basse va révéler peu à peu sa puissance, jusqu'à s'affirmer comme le fondement de la syntaxe nouvelle.

Pourquoi cela ? Pourquoi la basse d'un accord a-t-elle ce pouvoir signifiant qui suffit à donner à cet accord son poids, sa couleur et sa fonction dans le déroulement du discours musical ?

Le système harmonique occidental repose sur un étagement de tierces à partir d'un son fondamental. Les deux premières tierces donnent l'accord parfait. À partir de la troisième tierce surgissent des accords dissonants de septième, puis de neuvième, et ainsi de suite.

Rameau, dans ses ouvrages théoriques sur l'harmonie, a montré que le système trouvait sa justification dans la résonance naturelle, dont l'analyse fait apparaître ces mêmes sons que nous associons dans nos accords. La théorie a prêté à certaines discussions qu'il n'y a pas lieu d'évoquer ici. Mais il est en tout cas incontestable qu'il n'existe pas, dans la nature, de sons simples (ce que les électroniciens appellent des sons sinusoïdaux et qu'ils émettent artificiellement grâce à leurs appareils).

Chaque son porte sa charge plus ou moins complexe d'harmoniques, et un ut grave attaqué, par exemple, sur un piano avec assez de force permet à une oreille tant soit peu exercée de discerner plus ou moins clairement son octave, puis le sol au-dessus de l'octave, enfin le mi au-dessus du sol. Pour les autres harmoniques, on ne les entend pratiquement pas, et ceux dont je viens de parler ne sont pas réellement entendus dans un contexte harmonique qui les masque. Mais il n'en reste pas moins que [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : compositeur de musique, ancien directeur de la musique et du programme national de la Radiodiffusion française

Classification

Autres références

«  BASSE, musique  » est également traité dans :

ACCOMPAGNEMENT MUSICAL

  • Écrit par 
  • PIERRE-PETIT
  •  • 1 922 mots

Dans le chapitre « Harmonie et basse chiffrée »  : […] Du jour où l'harmonie se détache du contrepoint pour assumer son propre rôle dans le discours musical, l'accompagnement, au sens moderne du terme, commence d'exister. Et il est curieux de constater que l'on passe d'un extrême à l'autre. Autant le contrepoint accordait d'importance au déroulement de toutes les parties du discours, autant l'époque dite « harmonique » va, pour ainsi dire, négliger to […] Lire la suite

BANCHIERI ADRIANO (1568-1634)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 438 mots

Compositeur et théoricien de la musique italien né le 3 septembre 1568 à Bologne, dans les États pontificaux, mort en 1634 à Bologne, Adriano Banchieri est, après Orazio Vecchi, le deuxième plus grand compositeur de comédies madrigalesques, suites de madrigaux sans intrigue véritable qui suggèrent plus qu'ils ne narrent une action dont les détails sont laissés à l'interprétation des chanteurs et […] Lire la suite

BASSON

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 003 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Dès le xvi e  siècle, on trouve sous le nom générique de bombardes des instruments graves, taillés d'une seule pièce, qui sont les ancêtres du basson. L'existence du basson est attestée au xvii e  siècle par Marin Mersenne, qui fait figurer dans son Harmonie universelle, contenant la théorie et la pratique de la musique (1636) un chapitre entier intitulé « Expliquer la figure, la grandeur, l'éten […] Lire la suite

BOMBARDE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 157 mots

Instrument à vent de la famille des chalumeaux (anche double). Il est construit en bois et fut répandu du xiv e au xvii e siècle. Il assure la partie de basse, mais fut construit en différentes tessitures : contre-basse (bombardone, Bassbombart ), ténor ( Bassetbombart ), alto (bombarde piccolo). Le bombardon est une contrebasse de bombarde ; c'est aussi l'un des plus graves saxhorns. La bombard […] Lire la suite

CONTREBASSE, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 042 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] À l'orchestre, la contrebasse a pour rôle d'exécuter la partie de basse, parfois conjointement avec les violoncelles, qu'elle double en général à l'octave inférieure. Il semble qu'elle entre dans l'orchestre de l'Académie royale de musique en 1706, lors de la création d' Alcyone , tragédie en musique de Marin Marais, où la célèbre scène de la tempête de l'acte IV repose en grande partie sur l'effe […] Lire la suite

CONTREBASSE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

Instrument à cordes et à archet , appartenant à la famille des violons, dont elle épouse globalement la forme ; mais, comme elle ne descend pas de la viola da braccio , la contrebasse appartient par son origine à la famille des violes ; c'est donc une basse de viole, qui fut modifiée lorsqu'elle entra dans la famille des violons. Cet instrument apparaît au xvii e siècle, bien qu'on ne puisse préc […] Lire la suite

GRANDI ALESSANDRO (mort en 1630)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 184 mots

Compositeur célèbre par ses pièces pour chant solo, et le premier à utiliser le mot cantate au sens moderne du terme, Grandi fut directeur de musique d'une confrérie religieuse à Ferrare en 1597 et il y tint d'autres postes jusqu'en 1616 ; après cette date, il occupa le poste de chanteur à Saint-Marc de Venise. En 1620, il devint l'adjoint de Claudio Monteverdi. C'est alors qu'il produisit plusieu […] Lire la suite

GUITARE BASSE

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 264 mots
  •  • 7 médias

La guitare basse est une guitare électrique à quatre cordes dont les vibrations sont captées par des microphones reliés à un système d'amplification plus ou moins puissant. Son corps, en bois, est le plus souvent plein . L'instrument est accordé en quarte : mi , la , ré , sol . L'accord fin est obtenu grâce à un dispositif situé sur la tête de l'instrument. La fréquence du mi grave est de 41,3 Hz […] Lire la suite

IMPROVISATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • André-Pierre BOESWILLWALD, 
  • Alain FÉRON, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 113 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'improvisation partielle »  : […] La technique de l' ornementation a donné lieu à une multitude de possibilités, immense champ ouvert à la virtuosité. Le théoricien espagnol Juan Bermudo (1510 env.-env. 1565) recommandait à ses élèves une heure de travail quotidien simplement pour apprendre à orner correctement. Les ornements ou agréments affectent une ou plusieurs notes, mises en valeur par des trilles, pincés, mordants, ports d […] Lire la suite

JAZZ ROCK ou JAZZ FUSION

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 469 mots

Apparu à la fin des années 1960, le jazz-rock naît du croisement entre l'énergie du rock, le climat du funk et l'approche harmonique du jazz. Miles Davis en est le précurseur. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, le rêve hippie se désagrège : concert désastreux des Rolling Stones à Altamont, près de San Francisco (1969), séparation des Beatles (1970), disparition de grandes figure […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henry BARRAUD, « BASSE, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/basse-musique/