BANQUES CENTRALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rôle de prêteur ultime

La doctrine

L'inflation n'est qu'un des facteurs d'altération de la confiance dans la monnaie ; le risque systémique qui met en péril le système de paiements en représente un autre. Ce dernier est lié au développement des formes diverses d'instabilité financière. Elles peuvent se manifester au sein du système bancaire (par exemple, la crise des Caisses d'épargne dans les années 1980 aux États-Unis, les nombreuses crises bancaires en Europe au début des années 1990). Les banques sont vulnérables à des runs mais aussi à des chocs de liquidité ou d'insolvabilité. Au départ cantonnée à une seule banque, la difficulté s'étend à d'autres banques, par contagion et réaction en chaîne, du fait des positions de créances et dettes interbancaires. Ces externalités négatives associées aux faillites bancaires et les crises systémiques qui peuvent en résulter justifient l'intervention d'un prêteur ultime, fonction qu'une banque centrale est la mieux à même d'assumer.

L'intervention d'un prêteur ultime, la banque centrale, est soulignée chez les auteurs du xixe siècle. Selon Henry Thornton (1802), les billets de la Banque d'Angleterre (et non ceux des banques locales) sont considérés comme très liquides. Ils servent ainsi en temps normal d'instruments de règlement et sont au centre du système de paiement. Lors de crises de liquidité (comme celle de 1793, durant laquelle se produisirent de nombreuses faillites bancaires, une conversion de dépôts en billets et une thésaurisation de billets), la recherche d'actifs liquides pouvant servir de moyens de règlement aboutit à raréfier ces derniers. Le système de paiements menace alors de rompre. L'intervention conjoncturelle et temporaire de la Banque d'Angleterre (qui n'est pas publique mais qui devrait avoir en charge l'intérêt général) peut alors être nécessaire pour offrir de la monnaie de base, en s'affranchissant de la contrainte imposant de respecter un coefficient fixe de réserves métalliques. Son intervention vise à rétablir la régularité des paiements, et donc la confiance, et à éviter les faillites de banques solvables et les conséquences qui en résultent sur le secteur réel. Elle peut s'adresser à l'ensemble des banques ou soutenir celles qui représentent un maillon faible du système.

Ce rôle de prêteur ultime, qui concerne les périodes courtes de crises, se distingue de l'action de politique monétaire mais doit cependant lui être articulé. Walter Bagehot, en 1873, a développé les principes qui doivent guider l'intervention du prêteur ultime : la banque centrale doit prêter sans limites, à un taux d'intérêt pénalisant, à l'ensemble du marché, aux seules banques illiquides mais solvables, c'est-à-dire en contrepartie de garanties ou d'actifs de bonne qualité, évalués à leur valeur économique normale avant la crise.

La pratique

Plus près de nous, l'action du prêteur ultime s'est modifiée pour tenir compte de l'évolution des structures financières. Le mouvement de concentration bancaire, l'interpénétration des positions et la difficulté de distinguer entre situations d'illiquidité et situations d'insolvabilité ont amené les responsables monétaires à prêter à toute institution de grande taille dont la faillite risque d'entraîner avec elle celle du système : c'est le principe du too big to fail.

Le prêteur ultime est menacé par le phénomène de l'aléa moral, inhérent à tout mécanisme d'assurance, puisqu'il s'agit ici d'une assurance contre le risque d'illiquidité. Il peut, en effet, par sa propre action, encourager l'imprudence des banques assurées qui savent que leur action n'est pas observable. Il doit donc ne pas agir de façon automatique et créer une incertitude pour inciter à la prudence. Les autorités monétaires françaises ont à ce sujet évoqué l'idée d'une « ambiguïté constructive ». Mais il doit aussi éviter une intervention trop lente ou trop limitée si l'intérêt général est en péril. Ce « dilemme » du prêteur ultime est déjà souligné par les auteurs du xixe siècle, notamment Thornton.

Les modalités d'action

Les modalités d'intervention de la banque centrale en tant que prêteur ultime sont diverses et débattues. Elle peut décider d'injecter massivement, globalement et pour une courte période des liquidités (par exemple, sur le marché des « fonds fédéraux » aux États-Unis ou sur le marché interbancaire en Europe par l'« open mark [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur d'Université en sciences économiques, université de Paris-XII

Classification

Autres références

«  BANQUES CENTRALES  » est également traité dans :

AGIOS

  • Écrit par 
  • André BOYER
  •  • 370 mots

En matière bancaire, ensemble des retenues opérées par le banquier, en contrepartie de l'escompte d'un effet de commerce. Les agios et l'escompte ne se confondent pas : l'escompte est le prêt accordé par une banque lorsqu'elle acquiert un effet de commerce avant son échéance ; les agios constituent les déductions correspondant à ce prêt. Les agios résultent de l'addition de l'intérêt et des commis […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 070 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Anticipations et conduite de la politique monétaire »  : […] Le comportement des banques centrales est très souvent formalisé à partir de la règle de Taylor (1993), qui résume en quelque sorte la « fonction de réaction » des autorités monétaires. D'après cette règle, le taux directeur (en valeur nominale) de la banque centrale est fixé en fonction de quatre arguments : – la valeur d'équilibre, à long terme, du taux court réel ; – le taux d'inflation effecti […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Au-delà du rebond, une nouvelle phase de croissance »  : […] La reprise amorcée se confirme et une croissance dite « asiatique » s'installe en Argentine à partir de 2003 : la croissance du PIB avoisine les 9 p. 100 en moyenne annuelle entre 2003 et 2006. Cette phase de forte croissance est tirée, côté offre, par l'industrie et le secteur du BTP, ainsi que par les services de transport et commerce, alors que les autres services, publics et financiers, n'ont […] Lire la suite

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE (BCE)

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY
  •  • 1 122 mots

La Banque centrale européenne (B.C.E.) est entrée en fonction le 1 er  juillet 1998, quelques mois avant l'ultime phase de l'union monétaire (la troisième phase de l'Union économique et monétaire selon le traité sur l'Union européenne signé à Maastricht en 1992), marquée par le basculement à l'euro des marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire unique. Ce n'est d'ailleurs qu' […] Lire la suite

BANQUE D'ANGLETERRE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 274 mots

Les banques centrales ont d'abord été des banques commerciales ou publiques, dotées d'une Charte et de privilèges d'émission de billets en échange du financement de la dette publique. Il en va ainsi pour la Banque de Suède créée en 1668 et la Banque d'Angleterre créée en 1694. Celle-ci sera la première à acquérir les fonctions d'une véritable banque centrale. Elle centralise, en effet, les réserve […] Lire la suite

BANQUE D'ANGLETERRE

  • Écrit par 
  • Georges BLUMBERG
  •  • 1 230 mots
  •  • 2 médias

Fondée en 1694 par un groupe de marchands londoniens pour prêter 1 200 000 livres au roi Guillaume III en échange de l'octroi du privilège d'émission, la Banque d'Angleterre (Bank of England, BOE) obtint en 1709, avec le renouvellement de sa charte, le monopole de l'exercice en société de la fonction bancaire . La puissance ainsi acquise lui permit de survivre à la crise née du krach de la Compagn […] Lire la suite

BANQUE - Économie de la banque

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON, 
  • Jean-Charles ROCHET
  •  • 7 882 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le prêteur en dernier ressort »  : […] Depuis la fin du xix e  siècle, les banques centrales ont pris l'habitude de fournir, de façon discrétionnaire, des services d'assistance de liquidités aux banques en détresse : c'est le rôle de prêteur en dernier ressort. La doctrine, élaborée par Henry Thornton (1802) et Walter Bagehot (1873), consiste pour la banque centrale à s'engager à prêter sans limite (mais parfois à un taux plus élevé q […] Lire la suite

BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

  • Écrit par 
  • Patrice BAUBEAU
  •  • 6 502 mots

Dans le chapitre « L'exemple néerlandais »  : […] L'absence d'institutionnalisation complète, selon les trois critères indiqués, de la banque dans l'Empire romain pourrait expliquer la rareté des sources écrites et des traces archéologiques. Il n'en demeure pas moins que les opérations de banque ne disparaissent pas après 476, ne serait-ce que dans le cadre des activités marchandes ou des transferts effectués par l'Église ou les organisations aff […] Lire la suite

BANQUE - La crise des subprimes et le système bancaire

  • Écrit par 
  • Paul LAGNEAU-YMONET, 
  • Angelo RIVA
  •  • 2 874 mots

Dans le chapitre « La politique accommodante de la Réserve fédérale »  : […] De la résolution des krachs boursiers de 1987 et de 2001 au financement des « déséquilibres globaux » en passant par le surcroît de crédits souscrits par les ménages américains, on retrouve à chaque fois la politique monétaire du président de la Réserve fédérale des États-Unis, Alan Greenspan. Pour le banquier central, si les pouvoirs publics ne peuvent pas éviter les crises, ils devraient en rev […] Lire la suite

BANQUE - Supervision prudentielle

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY, 
  • Dominique PLIHON
  •  • 6 046 mots

Dans le chapitre « La « procyclicité » des banques  »  : […] En rendant les banques plus sensibles aux risques, le système prudentiel a renforcé le comportement « procyclique » des banques, amenant celles-ci à freiner excessivement l’offre de crédit en période de ralentissement économique et, symétriquement, à relâcher leur prudence en phase ascendante du cycle économique. Pour corriger cette tendance, source d’instabilité économique et financière, les no […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11-23 mars 2020 Union européenne. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le 12, Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, appelle les États européens à « une réponse budgétaire ambitieuse et collective » pour soutenir l’économie face à la crise sanitaire, et à ne « pas s’attendre à ce que les banques centrales soient la première ligne de défense ». Elle laisse entendre que la BCE n’a pas pour mission de resserrer les écarts entre les taux des obligations des États de la zone euro – le « spread ». […] Lire la suite

2-29 septembre 2011 Grèce – Union européenne. Poursuite de la dégradation financière et résistances à l'application du plan d'aide à la Grèce

Le 14, l'agence de notation Moody's abaisse d'un cran la note relative aux dettes des banques françaises Société générale et Crédit agricole. Le 15, les banques centrales européenne, suisse, britannique, américaine et japonaise annoncent qu'elles sont disposées à prêter de l'argent à trois mois aux banques européennes qui peineraient à trouver des liquidités sur le marché. […] Lire la suite

16 décembre 2010 Union européenne. Augmentation de capital de la Banque centrale européenne

Elle indique son intention de porter celui-ci de 5,76 milliards d'euros à 10,76 milliards, la partie la plus importante de cette augmentation – 3,49 milliards – devant être à la charge des banques centrales des pays membres de la zone euro. Cette décision répond à la nécessité de renforcer les positions de la B.C.E. face à l'éventualité d'une intervention en faveur de banques ou d'États défaillants. […] Lire la suite

3-25 février 2010 Grèce – Union européenne. Crise de la zone euro et plan d'aide à la Grèce

» Le 14, le New York Times affirme que des banques américaines, notamment Goldman Sachs, auraient aidé la Grèce, au début des années 2000, à dissimuler l'ampleur de sa dette de façon à lui permettre de continuer à emprunter. Le 15, le Conseil des ministres des Finances des pays membres de l'Eurogroupe, sous la pression de l'Allemagne et de la B.C. […] Lire la suite

1er-31 octobre 2008 Crise économique mondiale. Réponses à la crise financière

Le 8 également, les banques centrales des États-Unis, de l'Union européenne, du Royaume-Uni, de la Suède, de la Suisse et du Canada annoncent une baisse concertée d'un demi-point de leurs taux directeurs respectifs. La B.C.E., dont le président exhorte les acteurs financiers à « reprendre leurs esprits », réduit ainsi le sien de 4,25 p. 100 à 3,75 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvie DIATKINE, « BANQUES CENTRALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/banques-centrales/