BACON FRANCIS (1909-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le thème de la figure

Un trait commun marque les œuvres de cette génération, issue pourtant d'horizons culturels divers : cette « géométrie de la peur, du désespoir et du défi » qui s'affirme dans les visions apocalyptiques des abris antiaériens de Moore, aussi bien que dans les images lancinantes de salles d'opération peintes par Barbara Hepworth ou les descriptions impitoyables, presque obsessionnelles, des objets naturels par Sutherland. C'est dans ce contexte qu'il faut situer les Trois Études pour une crucifixion de 1944 par Bacon (Londres, Tate Gallery). L'œuvre de Bacon révèle la faculté qu'a l'homme d'assumer des réalités terrifiantes. On y trouve aussi une dramatisation du quotidien.

Une de ses œuvres les plus complexes, la Peinture de 1946 (New York, Museum of Modern Art), qui juxtapose des objets détournés de leurs fonctions et sans relation logique évidente entre eux, n'a pas de référence littéraire et ne se rattache à aucune systématisation intellectuelle. Ce que Bacon définit comme le « pouvoir de suggestion » de l'œuvre naît du rapport entre le modèle (auquel est attribuée une valeur objective) et « l'accident qui désoriente la vision que, dit-il, je peux avoir de l'objet que j'ai tenté de saisir ». Quand, à partir de 1950, la figure humaine devient le sujet principal, un tel rapport revêt un caractère dramatique.

Ce thème de la figure humaine émerge lentement, à partir des premières Têtes de 1949. On le retrouvera dans les séries telles que les Papes, les Crucifixions aussi bien que dans les Nus en intérieurs et les Portraits, qui sillonnent son œuvre jusqu'aux peintures les plus récentes. On y retrouve toujours les mêmes modèles familiers : Lucien Freud, George Dyer, Isabel Rawthorne, Henrietta Moraes, et l'artiste lui-même dans la suite d'autoportraits de 1971-1972. Traquée d'année en année au fil de la mémoire, l'image se situe au-delà de l'apparence physique. C'est ce que Bacon appelle « peindre la trace laissée par l'existence humaine ». Ce décalage psychologique et émotionnel vis-à-vis du modèle est à l'origine du recours fréquent à des images d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Triptyque 1976, Francis Bacon

Triptyque 1976, Francis Bacon
Crédits : Hulton Getty

photographie

Nurse hurlante, extrait du Cuirassé Potemkine

Nurse hurlante, extrait du Cuirassé Potemkine
Crédits : Films sans frontières, Paris

photographie





Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-VIII

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Laura MALVANO, « BACON FRANCIS - (1909-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacon-francis-1909-1992/