FRANCIS BACON (exposition)

La plus grande rétrospective consacrée à Francis Bacon – depuis celles de Lugano et de la biennale de Venise, toutes deux présentées en 1993, un an après la mort du peintre (1909-1992) – rassemblait en 1996 au Musée national d'art moderne quatre-vingt-huit œuvres datées de 1933 à 1990. Elle eut le même effet de révélation pour le public que la rétrospective organisée au Grand Palais, à Paris, en 1971. Ceux qui connaissaient la peinture de Bacon renouvelaient leur admiration pour sa puissance formelle et sa richesse de significations ; ceux qui la découvrirent alors furent atteints de plein fouet, contents néanmoins de s'être frottés quelques instants à la folie et à la monstruosité que représente à leurs yeux cette peinture. Le mélange de délectation et de rejet fut tel que l'on pourrait presque transposer la formule de Baudelaire à propos de la photographie, en l'appliquant à l'œuvre de l'artiste anglais : « La société se rua, comme un seul Narcisse, pour contempler sa triviale image sur la toile. »

Que l'œuvre de Bacon puisse encore choquer les visiteurs est certes le signe d'une pertinence toujours vivace du propos dans une société où la figure et le corps humain sont partout mis à mal, mais cela occulte du même coup l'acte pictural lui-même, en ne faisant voir que le personnage représenté au détriment de la peinture elle-même. La portée d'une œuvre ne se mesure certes pas à l'aune de sa plus ou moins grande capacité à choquer le spectateur. Pourtant, malgré les efforts de la presse pour expliquer les enjeux esthétiques de l'artiste, le public vint à l'exposition avec le préjugé habituel, faisant de Bacon un être malsain (puisque joueur, alcoolique et homosexuel), ne pouvant donc que peindre des êtres malsains. Malgré ces a priori, l'exposition fut un succès. Pour la majorité des visiteurs, l'exposition eut pour résultat une réévaluation de l'œuvre, qui de maudite et obscène devenait vivante et actuelle, réévaluation qui était due non seulement à l'aura médiatique dont [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « FRANCIS BACON (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-bacon/