BAALBEK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Anciennement Héliopolis, Baalbek, ville du Liban, est située au pied du versant occidental de l'Anti-Liban, en bordure de la riche plaine de la Beqaa, où coule l'Oronte dans son cours supérieur. Là se trouvait le célèbre sanctuaire de Jupiter, ou plutôt de la triade héliopolitaine, dont les ruines colossales subsistent aujourd'hui.

Liban : carte administrative

Carte : Liban : carte administrative

Carte administrative du Liban. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le nom de Baalbek remonte à l'époque phénicienne (Baal Beqaa, le seigneur de la Beqaa), et on y reconnaît la trace du grand dieu phénicien, Baal, qu'on retrouve dans de multiples cités, à Tyr par exemple. On ne sait s'il faut identifier Baalbek avec la ville mentionnée dans la Bible, et où, selon elle, Salomon aurait construit un temple. Il est certain, en tout cas, que la population araméenne de cette religion – lieu de passage privilégié – adorait de toute antiquité en ce lieu une série de divinités. La plus ancienne était sans doute Hadad, protecteur des eaux, dieu de l'orage. Une autre, Atargatis (ou Astarté), déesse de la fécondité, une autre encore, sans doute Adonis. À l'époque hellénistique, les Grecs identifièrent le dieu local à Hélios, et la ville devint Héliopolis.Auguste en fit une colonie romaine, des vétérans y furent installés, et la cité (qui eut un atelier monétaire) reçut sous les Sévères le jus italicum. Mais son importance était due essentiellement au sanctuaire, dont le dieu principal devint, par une nouvelle identification, Jupiter Héliopolitain, les autres divinités de la triade étant alors assimilées à Vénus et à Mercure. C'est au iie siècle, sous Antonin le Pieux, que fut considérablement agrandi le sanctuaire, et commencée la construction de l'ensemble monumental dont on voit encore les ruines. Des ajouts et des remaniements y seront pratiqués jusque sous le règne des Sévères (vers 217). Le sanctuaire et son oracle entrèrent en décadence à l'époque chrétienne : Constantin interdit le culte de Vénus, et, sous Théodose (379-395), une basilique en l'honneur de sainte Barbe fut construite avec une partie des pierres de l'autel de Jupiter, sur l'emplacement de la cour et du temple lui-même. On discute sur la manière exacte dont les divinités de l'époque romaine, Jupiter et Mercure, ont succédé à des divinités phéniciennes : Hadad, dieu cosmique non solaire, devient Jupiter ; Mercure serait peut-être un ancien dieu solaire, assimilé à Bacchus.

Le sanctuaire antique, remarquablement conservé, se présente comme un vaste ensemble clos, conformément au modèle des sanctuaires orientaux ; le temple lui-même, situé au fond d'une cour, est comme protégé : l'ensemble est entouré d'un mur, offrant un contraste frappant avec les sanctuaires gréco-romains. À Baalbek, on se trouve même en présence de deux cours successives, précédées par des propylées : une cour hexagonale (ainsi que les propylées, elle remonte à l'époque des Sévères), d'environ 60 mètres de profondeur, entourée d'une colonnade flanquée de quatre exèdres. De là, on passe dans l'autre, dite de l'Autel (135 × 113 m), qui, entourée d'un portique, est elle aussi décorée d'exèdres. Au centre de cette cour se trouvait un autel monumental à plusieurs étages, percé de corridors. En face de l'autel et au fond de la cour, construit sur une immense plate-forme en remblai dont les murs étaient constitués de blocs monolithes pesant chacun plusieurs centaines de tonnes, s'élevait le temple de Jupiter Héliopolitain, périptère (87 × 47 m) comportant dix colonnes en façade (il en subsiste six) et dix-neuf en longueur. Au sud de cet ensemble, assez nettement séparé, se dressait un temple plus petit (69 × 36 m), nommé à tort (à cause des thèmes en partie dionysiaques de sa décoration) « temple de Bacchus », bien conservé et richement décoré. Un troisième temple, dit le « temple de Vénus », était construit en dehors de l'enceinte, à 200 mètres environ. Les fouilles se poursuivent sur le site de Baalbek, plusieurs fois atteint au cours des dernières décennies par des tremblements de terre.

Temple de Bacchus, Baalbek, Liban

Photographie : Temple de Bacchus, Baalbek, Liban

Temple dit de Bacchus. Architecture romaine. Milieu du IIe siècle. Baalbek, Liban. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Liban : carte administrative

Liban : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Temple de Bacchus, Baalbek, Liban

Temple de Bacchus, Baalbek, Liban
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de Caen

Classification

Autres références

«  BAALBEK  » est également traité dans :

APOLLODORE DE DAMAS

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 356 mots
  •  • 1 média

Originaire de Damas, l'architecte syrien Apollodore travailla pour Rome dans la première moitié du ii e  siècle. Il accompagna l'empereur Trajan dans ses campagnes de Dacie, et Dionus Cassius mentionne qu'il construisit vers 101-102 un pont sur le Danube semblable à celui que l'on peut voir sur la colonne Trajane à Rome . D'autres écrits indiquent aussi qu'il faut attacher son nom aux travaux d'un […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Villes fortifiées du monde islamique morcelé »  : […] Mais bientôt, de la désagrégation de ces capitales d'empire et du morcellement du monde islamique lui-même, un autre type de ville naquit, sensiblement différent de la métropole abbasside et plus proche de la ville féodale de l'Europe occidentale. Son essor ne se limite pas aux régions syriennes, mais il est tentant d'aller en chercher les exemples dans une province relativement bien étudiée. Là e […] Lire la suite

Les derniers événements

4-18 janvier 1984 Liban. Dégradation de la situation à Beyrouth

Le 4, l'aviation israélienne bombarde plusieurs objectifs à Baalbek et dans sa région. Ce raid, qui visait les extrémistes chiites, est le plus meurtrier depuis le début de la guerre du Liban en juin 1982 : on compte au moins cent tués et trois cents blessés. Le 14, le commandant Saad Haddad, qui dirigeait au Sud-Liban une milice alliée d'Israël, meurt des suites d'un cancer. […] Lire la suite

4-20 novembre 1983 Liban – Israël. Attentat anti-israélien à Tyr et représailles françaises et israéliennes

Le 17, huit Super-Etendard français prennent à leur tour pour cible un cantonnement de ces mêmes milices, situé au sud-est de Baalbek. La veille, François Mitterrand avait affirmé à la télévision que l'attentat de Beyrouth du 23 octobre contre les soldats français « ne resterait pas impuni ». Tandis que certains milieux libanais, en raison de la discrétion des autorités françaises sur les objectifs et la réussite de ce raid, tentent de faire croire qu'il est un échec, les réactions en France sont parfois hostiles : le P. […] Lire la suite

5 août - 1er septembre 1983 Liban. Remise en cause de l'autorité du président Amine Gemayel

Les 5, 6 et 7 une vague d'attentats par voitures piégées fait cinquante-cinq morts et deux cent quatre blessés dans des zones contrôlées par l'armée syrienne, à Tripoli, à Arbaniyeh, village situé à l'est de Beyrouth, et à Baalbek. Le 8, le Front de salut national (F.S.N.), coalition de l'opposition présidée par le chef druze Walid Joumblatt et soutenue par Damas, accuse le gouvernement d'Amine Gemayel d'être responsable de ces attentats « en accord avec les phalangistes ». […] Lire la suite

4 juin - 1er juillet 1983 Proche-Orient. Crise entre Yasser Arafat et la Syrie

Le 4, ont lieu à Baalbek (nord-est du Liban, les premiers combats entre Palestiniens depuis que, le 9 mai, certains membres du Fath, la principale organisation de l'O.L.P., sont entrés en dissidence. Le 21, après des affrontements intermittents, les rebelles réussissent à prendre le contrôle de la route Beyrouth-Damas, ce qui coupe les voies de communication des forces loyales à Yasser Arafat, qui avait obtenu la veille, du conseil révolutionnaire du Fath, réuni à Damas, une condamnation du mouvement de dissidence. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude NICOLET, « BAALBEK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/baalbek/