BAALBEK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Liban : carte administrative

Liban : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Temple de Bacchus, Baalbek, Liban

Temple de Bacchus, Baalbek, Liban
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Anciennement Héliopolis, Baalbek, ville du Liban, est située au pied du versant occidental de l'Anti-Liban, en bordure de la riche plaine de la Beqaa, où coule l'Oronte dans son cours supérieur. Là se trouvait le célèbre sanctuaire de Jupiter, ou plutôt de la triade héliopolitaine, dont les ruines colossales subsistent aujourd'hui.

Liban : carte administrative

Liban : carte administrative

carte

Carte administrative du Liban. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le nom de Baalbek remonte à l'époque phénicienne (Baal Beqaa, le seigneur de la Beqaa), et on y reconnaît la trace du grand dieu phénicien, Baal, qu'on retrouve dans de multiples cités, à Tyr par exemple. On ne sait s'il faut identifier Baalbek avec la ville mentionnée dans la Bible, et où, selon elle, Salomon aurait construit un temple. Il est certain, en tout cas, que la population araméenne de cette religion – lieu de passage privilégié – adorait de toute antiquité en ce lieu une série de divinités. La plus ancienne était sans doute Hadad, protecteur des eaux, dieu de l'orage. Une autre, Atargatis (ou Astarté), déesse de la fécondité, une autre encore, sans doute Adonis. À l'époque hellénistique, les Grecs identifièrent le dieu local à Hélios, et la ville devint Héliopolis.Auguste en fit une colonie romaine, des vétérans y furent installés, et la cité (qui eut un atelier monétaire) reçut sous les Sévères le jus italicum. Mais son importance était due essentiellement au sanctuaire, dont le dieu principal devint, par une nouvelle identification, Jupiter Héliopolitain, les autres divinités de la triade étant alors assimilées à Vénus et à Mercure. C'est au iie siècle, sous Antonin le Pieux, que fut considérablement agrandi le sanctuaire, et commencée la construction de l'ensemble monumental dont on voit encore les ruines. Des ajouts et des remaniements y seront pratiqués jusque sous le règne des Sévères (vers 217). Le sanctuaire et son oracle entrèrent en décadence à l'époque chrétienne :

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de Caen

Classification


Autres références

«  BAALBEK  » est également traité dans :

APOLLODORE DE DAMAS

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 356 mots
  •  • 1 média

Originaire de Damas, l'architecte syrien Apollodore travailla pour Rome dans la première moitié du iie siècle. Il accompagna l'empereur Trajan dans ses campagnes de Dacie, et Dionus Cassius mentionne qu'il construisit vers 101-102 un pont sur le Danube […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apollodore-de-damas/#i_5081

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Villes fortifiées du monde islamique morcelé »  : […] bien étudiée. Là existèrent en effet des villes repliées sur elles-mêmes auprès de ces impressionnantes citadelles dont le plus beau spécimen, à côté de celles de Damas, de Homs, de Baalbek ou de Bosra, est sans doute la majestueuse forteresse d'Alep, dressée encore aujourd'hui au-dessus de son glacis circulaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution-de-la-ville-islamique/#i_5081

Pour citer l’article

Claude NICOLET, « BAALBEK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/baalbek/