BAAL

Divinité adorée dans de nombreuses communautés du Proche-Orient antique, spécialement par les Cananéens, qui semblent en avoir fait un dieu de la fertilité. Le terme sémitique baal (en hébreu, ba‘al) signifiait « possesseur » ou « seigneur », bien qu'on ait pu l'utiliser de façon plus générale : par exemple, un baal d'ailes était une créature ailée, et, au pluriel, des baalim de flèches désignaient des archers. On attribuait aussi le terme baal à un dieu portant un autre nom. Une telle imprécision dans l'usage de ce mot n'empêchait pas cependant qu'il fût attaché à un dieu bien particulier : Baal désignait alors le dieu universel de la fertilité, lequel, dans ces fonctions, portait le titre de Prince-Seigneur de la Terre, et aussi celui de Seigneur de la Pluie et de la Rosée, les deux formes d'humidité indispensables pour la fertilité en Canaan. Dans la langue ougaritique et dans l'hébreu de l'Ancien Testament, Baal était désigné comme dieu de la tempête sous le titre de « Celui qui chevauche les nuages ». En phénicien, on l'appelait Baal Shamen (en araméen, Baal Shamin), dieu des Cieux.

La nature et les fonctions de Baal nous sont connues surtout par un certain nombre de tablettes découvertes depuis 1929 à Ugarit (l'actuelle Ras Shamra), en Syrie du Nord, et datant du milieu du ~ IIe millénaire. Ces tablettes, bien qu'étroitement liées au culte local de Baal dans son propre temple, représentent probablement la croyance générale en Canaan. Les cycles de fertilité étaient censés durer sept ans. Dans la mythologie de Canaan, Baal, dieu de la vie et de la fertilité, était condamné à livrer un combat mortel avec Mot, dieu de la guerre et de la stérilité. Si Baal triomphait, il s'ensuivait un cycle de sept ans de fertilité ; mais, s'il était vaincu, sept années de sécheresse et de famine accablaient le pays. Les textes ougaritiques évoquent d'autres aspects de la fertilité de Baal, tels que ses relations avec Anath, sa sœur et son épouse, et sa procréation à la suite de l'union [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Classification


Autres références

«  BAAL  » est également traité dans :

ACHAB, roi d'Israël (-874--853)

  • Écrit par 
  • Marguerite JOUHET
  •  • 485 mots

Fils et successeur d'Omri. Sous le règne d'Achab, le royaume d'Israël s'étendait aussi à l'est du Jourdain, non seulement sur Galaad, mais encore sur Moab. Le royaume de Juda lui-même était subordonné à son voisin, à la fois frère et rival, du Nord. Par ailleurs, le mariage d'Achab avec Jézabel, princesse phénicienne de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/achab/#i_5083

ADAD ou HADAD

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 145 mots

Dans le panthéon classique, Adad, fils d'Anu, est le dieu de l'orage mésopotamien, mais son culte s'étendait largement au-delà de la Mésopotamie en particulier en Syrie, où il se confondit avec son homologue syrien Baal et le hourrite Teshub. Son symbole est la foudre ; on le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adad-hadad/#i_5083

BAALBEK

  • Écrit par 
  • Claude NICOLET
  •  • 718 mots
  •  • 2 médias

Le nom de Baalbek remonte à l'époque phénicienne (Baal Beqaa, le seigneur de la Beqaa), et on y reconnaît la trace du grand dieu phénicien, Baal, qu'on retrouve dans de multiples cités, à Tyr par exemple. On ne sait s'il faut identifier Baalbek avec la ville mentionnée dans la Bible, et où, selon elle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baalbek/#i_5083

BÉELZÉBUL ou BELZÉBUTH

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 317 mots

Dans le Nouveau Testament, Béelzébul (traduit en français par Belzébuth ou Belzébul sous l'influence du latin) est mis dans la bouche des pharisiens pour désigner le « prince des démons » (Marc, iii, 22 ; Matth., x, 25 ; etc.). La tradition manuscrite atteste trois variantes du mot : Beelzeboul (dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beelzebul-belzebuth/#i_5083

DAGAN ou DAGON

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 336 mots
  •  • 1 média

D'origine inconnue et resté étranger à la culture sumérienne, le dieu Dagan appartient surtout à la religion des anciens sémites. Son nom, qui pourrait signifier « grain », donne une idée médiocre de son importance : il est en réalité à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dagan-dagon/#i_5083

MONOTHÉISME

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 3 604 mots

Dans le chapitre « De la conquête de Canaan à l'Exil »  : […] Après la conquête de Canaan, l'influence des cultes naturistes (Baal, Astarté) de cette région entraîna un recul du monothéisme dans le peuple d'Israël. Ce fut le rôle des prophètes de dénoncer les tendances des Hébreux au polythéisme, à l'idolâtrie et au syncrétisme et de rappeler l'Alliance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monotheisme/#i_5083

OUGARIT ou UGARIT

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT, 
  • Marguerite YON
  •  • 5 938 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les mythes »  : […] Les mythes les plus importants appartiennent au cycle de Baal ; celui-ci constitue un long poème de deux mille lignes environ dont quinze cents nous sont parvenues. Il se divise en deux parties : les luttes de Baal et de Yam, le dieu de la mer, et les luttes de Baal et de Môt, le dieu de la mort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ougarit-ugarit/#i_5083

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 610 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'époque monarchique (de la fin du xie siècle à 587 av. J.-C.) »  : […] Omri, avait fait épouser Jézabel, fille du roi de Tyr, la reine introduisit le culte de Baal dans le royaume d'Israël ; la réaction yahwiste y fut conduite par le prophète Élie, mais ce sera seulement Jéhu qui, après son coup d'État, démolira le sanctuaire de Baal édifié à Samarie, exterminant les prêtres et les fidèles de ce dieu. Quand les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_5083

PROPHÈTES D'ISRAËL

  • Écrit par 
  • Robert MARTIN-ACHARD
  •  • 4 217 mots

Dans le chapitre « Le prophétisme classique »  : […] . En s'installant en Canaan, les Israélites ont découvert les divinités du pays, les Baals et les Astartés, dont les Cananéens attendent la fertilité et la fécondité. Peu à peu, un partage s'est opéré dans la mentalité religieuse du peuple de Dieu entre Yahvé, le Dieu des pères, et les Baals ; le premier a sans doute arraché les Hébreux à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prophetes-d-israel/#i_5083

TESHUB

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 81 mots

Un des nombreux dieux de l'orage adorés au Proche-Orient dans l'Antiquité. La personnalité de Teshub se confond, pour une grande part, avec celles du Baal syrien et du Mésopotamien Adad ; un même idéogramme les désigne dans l'écriture. Son culte a été répandu par les immigrants hourrites, dans la première partie du ~ II […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teshub/#i_5083

Pour citer l’article

« BAAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/baal/