AUSTRAL OCÉAN ou OCÉAN GLACIAL ANTARCTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'océan Austral, autrefois plus couramment appelé océan glacial Antarctique, entoure le continent antarctique, au sud des océans Atlantique, Pacifique et Indien. Il n'a pas de limites géomorphologiques autres qu'arbitraires, et sa véritable individualité est hydrologique ; aussi André Guilcher est-il fondé à dire qu'on « peut considérer le Pacifique, l'Atlantique et l'océan Indien comme trois baies de l'océan mondial qui a son épanouissement autour de l'Antarctide ». Cette façon de considérer l'océan Austral comme le cœur de l'océan mondial est d'autant plus justifiée que les eaux de fond émises par l'océan Austral sont le véritable moteur de la plupart des mouvements d'eaux océaniques.

Hydrologie

La calotte glaciaire antarctique déverse dans l'Océan des masses importantes de glaces et d'eaux de fonte, qui modifient sensiblement, au voisinage du littoral, les propriétés de l'eau de mer.

Les eaux

Les eaux littorales antarctiques sont donc très froides et relativement peu salées. Leur basse température tend à les alourdir (le maximum de densité de l'eau de mer, à la différence de celui de l'eau douce, est en effet atteint au voisinage du point de congélation) mais leur faible salinité les allège. Selon la saison, l'un ou l'autre de ces facteurs antagonistes l'emporte.

Pendant l'été austral, l'eau littorale est moins froide (vers 0,5 0C) et moins salée (vers 34,70 p. 1 000) car les apports d'eau de fonte sont importants, de sorte qu'elle reste en surface et se répand vers le nord jusqu'au-delà de 600 de latitude. C'est l'expansion de cette eau antarctique de surface qui marque la véritable limite de l'océan Austral. Là, elle entre en contact avec une eau d'origine tempérée, qui est superficielle, elle, à cause de sa tiédeur. Le mélange de cette eau subantarctique supérieure, tiède et fortement salée, avec l'eau venue du littoral donne une eau de température et de salinité intermédiaires, plus dense que les deux autres, et qui s'enfonce donc : c'est l'eau antarctique intermédiaire, et le phénomène qui lui donne naissance est appelé convergence antarctique.

Pendant l'hiver austral, au contraire, l'eau littorale antarctique est à une température aussi basse que possible, et elle est plus salée qu'en été, car la congélation de la banquise expulse du sel. Dense, elle plonge alors le long de l'escarpement continental, et va former sur le fond la masse dite eau antarctique de fond, que sa forte densité va faire s'insinuer sous toutes les autres masses d'eau océaniques, et se répandre, au prix d'altérations successives de ses caractères initiaux, jusqu'au-delà de l'équateur.

L'eau antarctique de surface et l'eau antarctique de fond ont toutes deux un mouvement net vers le nord. Ce mouvement est compensé par un apport d'eau assez froide, mais assez salée, qui s'insinue entre les deux, et qui porte le nom d'eau antarctique circumpolaire. Cette eau n'est autre que le résultat d'un mélange, qui se produit vers 400 de latitude sud, entre l'eau antarctique intermédiaire, les eaux arctiques, l'eau antarctique de fond et des eaux subtropicales de mi-profondeur. Au terme de sa migration vers le sud, elle remonte vers la surface, s'y refroidit et se dessale, par mélange avec les eaux de fonte, donnant ainsi les eaux littorales antarctiques.

Ces courants de densité sont puissants, mais lents. Ils sont déviés vers leur gauche par la force de Coriolis, mais médiocrement, à cause de leur lenteur. En fait, les eaux superficielles se déplacent plus zonalement que méridiennement, et leur déplacement zonal obéit plutôt à l'influence des vents qu'à celle de la force de Coriolis. Sur le rebord même du continent, les vents sont de secteur est ; au-delà de la ceinture de basses pressions installée vers 600 ou 650 de latitude sud, les vents dominants sont d'ouest, et extrêmement vigoureux ; ce sont les fameux westerlies ou grands frais d'ouest, responsables des énormes houles d'ouest qui agitent les marges de l'océan Austral. La circulation générale des eaux superficielles s'effectue donc là vers l'est, formant le grand courant d'ouest circumantarctique, et celle des eaux profondes vers l'est-nord-est.

Courant d'ouest circumantarctique

Dessin : Courant d'ouest circumantarctique

Le grand courant d'ouest circumantarctique; zone où le débit est de 40 millions de m3/s, pour la tranche d'eau comprise entre 0 et 3000 m (d'après Sverdrup). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Circulation des eaux dans l'océan austral

Dessin : Circulation des eaux dans l'océan austral

La circulation des eaux dans l'océan Austral. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les glaces flottantes

Dans les indentations les plus profondes du continent, comme la mer de Weddell, la couverture de glace est permanente, épaisse et rigide : c'est la banquise, limitée vers le large par un abrupt appelé barrière. De la banquise d'une part, et de la calotte glaciaire continentale d'autre part, se détachent des icebergs dont la forme tabulaire est caractéristique ; ils résultent de la rupture, par pans entiers, d'une calotte qui se déverse dans la mer par des fronts immenses et ininterrompus, et non par des langues glaciaires relativement étroites, comme au Groenland. À côté de ces vastes icebergs, qui émergent parfois d'une cinquantaine de mètres, et sont très longs à fondre, la surface de la mer est couverte, surtout pendant l'hiver austral, par des glaces de mer, dont la formation est la plus active à proximité du littoral et sur l'estran lui-même. Ces glaces de mer peuvent former, en hiver, une couverture pelliculaire continue, le pack. En été austral, le pack se disloque, et ses fragments migrent vers le nord jusqu'au voisinage de la convergence antarctique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Courant d'ouest circumantarctique

Courant d'ouest circumantarctique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Circulation des eaux dans l'océan austral

Circulation des eaux dans l'océan austral
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Océan Austral : tectonique et géomorphologie

Océan Austral : tectonique et géomorphologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Océan Austral : les sédiments

Océan Austral : les sédiments
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  AUSTRAL OCÉAN ou OCÉAN GLACIAL ANTARCTIQUE  » est également traité dans :

ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Edmond JOUVE, 
  • Jean JOUZEL, 
  • Gérard JUGIE, 
  • Claude LORIUS
  •  • 16 439 mots
  •  • 24 médias

Le district polaire austral est formé d'un continent, l'Antarctide, plus vaste que l'Europe et centré, approximativement, sur le pôle Sud, que ceinture un anneau océanique continu, l'océan glacial Antarctique. Ce dernier, constitué par la réunion de la partie des océans Atlantique, Indien et Pacifique située au sud du 60 e  degré de latitude sud, isole l'Antarctide des autres terres australes : 3 […] Lire la suite

CHASSE À LA BALEINE

  • Écrit par 
  • Jean-Benoît CHARRASSIN, 
  • Vincent RIDOUX
  •  • 8 019 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le statut actuel des populations de baleines et leur avenir  »  : […] L' état de conservation s'évalue à l'échelle d'une population, unité démographiquement homogène, et non à l'échelle de l'espèce. Ainsi on parlera, par exemple, de l'état de conservation du rorqual commun de Méditerranée ou de la baleine à bosse des Caraïbes. Cet état est défini par le rapport entre les effectifs actuels et la capacité de charge (effectifs avant l'exploitation). Plus les effectifs […] Lire la suite

COOK JAMES (1728-1779)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 926 mots

Rejeton aventureux d'une famille modeste de cultivateurs anglais, autodidacte féru d'observations, de mathématiques et d'astronomie, James Cook gravit rapidement les échelons de la Royal Navy à la faveur de la guerre avec la France (1756-1763). Au lendemain de la guerre de Sept Ans, il est suffisamment connu et estimé pour se voir confier de nombreuses missions de relevé topographique dont il s'ac […] Lire la suite

KERGUELEN DE TRÉMAREC YVES JOSEPH DE (1734-1797)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 311 mots

Navigateur français. Dans la marine depuis 1750, Kerguelen s'intéresse à ce qui est une des grandes préoccupations des milieux scientifiques et littéraires de son temps : l'existence d'un continent austral qu'on situait dans le Pacifique sud et dont Bouvet de Lozier avait cru apercevoir l'extrémité en 1739 (le cap Circoncision, en réalité l'île Bouvet). À sa demande, Kerguelen dirige une expéditio […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Eaux marines) - Propriétés

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 3 036 mots
  •  • 4 médias

La planète Terre est assez mal nommée, puisqu'elle est couverte, pour 71 p. 100 environ, par l' océan mondial, dont la surface est de l'ordre de 361 millions de kilomètres carrés, pour un volume qui a été évalué à 1 370 × 10 6  kilomètres cubes. La profondeur moyenne par rapport au niveau marin dépasse 3 800 mètres, alors que l'altitude moyenne des terres émergées est à peine de 800 mètres. Dans c […] Lire la suite

PROTECTION DE LA NATURE - Aires protégées

  • Écrit par 
  • Alain JEUDY-DE-GRISSAC, 
  • Estienne RODARY
  •  • 8 122 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Création d'aires protégées »  : […] Une meilleure connaissance des aires existantes a permis de mieux en apprécier la valeur (tant écologique qu'économique) et a poussé des pays ou des organisations à développer ces zones afin de mieux gérer les milieux et les espèces les peuplant. La création de ces aires de protection est souvent fort complexe en raison de la multiplicité des juridictions du domaine marin et côtier. À chaque nive […] Lire la suite

TAAF (Terres australes et antarctiques françaises)

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 758 mots

Les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) constituent un territoire d’outre-mer (TOM) depuis 1955, le législateur ayant alors détaché de Madagascar les îles du sud de l’océan Indien. Aujourd’hui, il s’agit d’une collectivité d’outre-mer (COM) et simultanément d’une administration d’État sise à Saint-Pierre de La Réunion, placée sous l’autorité d’un préfet. Sans élus ni population per […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « AUSTRAL OCÉAN ou OCÉAN GLACIAL ANTARCTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/austral-ocean-glacial-antarctique/