CHROMATISME, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En musique, le terme « chromatisme » recouvre deux acceptions. La plus simple indique l'altération d'un demi-ton – vers le grave ou vers l'aigu – d'un degré diatonique ; dans ce cas, le chromatisme implique l'adoption d'une échelle de référence, l'échelle heptatonique naturelle, dernier stade du diatonisme. C'est sur cette échelle de sept sons diatonique qu'est fondée la musique dite tonale ; celle-ci hiérarchise l'échelle en privilégiant certains degrés sur d'autres : la tonique, la dominante – quinte supérieure à partir de la tonique – et la sous-dominante – quarte supérieure à partir de la tonique.

Dans sa seconde acception, celle à laquelle nous nous attacherons ici, le chromatisme désigne la division de l'octave en douze intervalles égaux (un demi-ton) ; une musique chromatique utilisera donc douze demi-tons ; comme il n'existe que sept noms de notes différentes alors qu'il faut en nommer douze, cinq de ces notes conservent leur nom, mais sont chacune pourvues d'un accident (dièse ou bémol).

Le chromatisme existe dès le diatonisme modal de la Renaissance, lorsque des compositeurs comme Carlo Gesualdo (vers 1561-1613) se mettent à user d'intervalles n'appartenant pas à l'échelle du mode initialement choisi. Mais il est important de préciser que ce chromatisme n'est que le résultat d'une rencontre harmonique chromatique au sein d'un contrepoint polyphonique linéaire. Le chromatisme proprement dit ne prendra en effet son véritable essor que lors de l'avènement du tempérament égal, qui sera traité pour la première fois de manière systématique par Jean-Sébastien Bach dans le Livre I de son Clavier bien tempéré, publié en 1722.

L'évolution du chromatisme – qui s'insinuera peu à peu dans le système tonal jusqu'à le faire éclater – passe à la fois par l'émancipation progressive de l'harmonie – qui va peu à peu se détacher de l'accord parfait de trois sons pour aboutir à ceux de six sons et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification

Autres références

«  CHROMATISME, musique  » est également traité dans :

CHAMPAGNE CLAUDE (1891-1965)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 289 mots

Le compositeur et pédagogue canadien Claude Champagne est sans conteste la personnalité qui a exercé l’influence la plus considérable sur la vie musicale du Québec dans la première moitié du xx e  siècle. Son action perdure à travers les nombreux compositeurs, pédagogues et musicologues qu’il a contribué à former. « Claude Champagne fut un véritable pionnier à Montréal dans l'enseignement du solfè […] Lire la suite

GAMME

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 5 067 mots

Dans le chapitre « Divisions de l'octave en parties égales »  : […] Ni tous les musiciens ni tous les théoriciens ne se montrèrent et ne se montrent encore satisfaits d'un système dans lequel toutes les divisions de l'octave sont égales. Jusqu'à la fin du xviii e  siècle, divers tempéraments furent employés (on appelait tempérament tout système dans lequel on sauvegardait la justesse d'un certain nombre de quintes et de tierces tout en en sacrifiant quelques-unes […] Lire la suite

GESUALDO CARLO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 610 mots

Vers 1561 Naissance de Carlo Gesualdo, prince de Venosa, comte de Conza, probablement dans les environs de Naples ; il est le deuxième fils de Fabrizio Gesualdo et de Girolama Borromeo, nièce du pape Pie IV. 1585 Le motet Ne reminiscaris, Domine , première œuvre publiée de Gesualdo, témoigne de sa maîtrise du contrepoint. 1586 Gesualdo épouse sa cousine Maria d'Avalos, qui va entretenir une lia […] Lire la suite

HARMONIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 6 426 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La relativité des dissonances »  : […] La résolution des appoggiatures, entre autres, peut demeurer sous-entendue. C'est là une innovation enivrante, incalculable dans ses conséquences. Elle consacre la valeur absolue de la beauté de la matière sonore. Mais la notion même de dissonance devient de plus en plus floue. Des grappes de sons que le musicien classique eût considérés comme antagonistes seront acceptées comme de savoureuses sy […] Lire la suite

INTERVALLE, musique

  • Écrit par 
  • Sophie COMET
  •  • 1 046 mots

Un intervalle est la distance qui sépare deux sons différents. Le plus petit intervalle du système tempéré est le demi-ton : mi-fa , si-do , sol dièse- la , ré-mi bémol... Un demi-ton est chromatique s'il est formé de deux notes de même nom ( do-do dièse, la-la bémol, si bémol- si bécarre) ; il est diatonique s'il est formé de deux notes de noms différents ( mi-fa , sol dièse- la , r […] Lire la suite

MADRIGAL

  • Écrit par 
  • France-Yvonne BRIL
  •  • 2 196 mots

Dans le chapitre « Un genre « expérimental » »  : […] Formé en Italie à partir d'éléments étrangers, puisque ses créateurs étaient généralement d'origine flamande, le madrigal devint une expression spécifiquement italienne, illustrée avec une telle magnificence qu'il exerça à son tour une influence capitale sur la musique étrangère. Mais le travail des madrigalistes, si parfait qu'il ait été, ressortissait essentiellement au domaine expérimental, pro […] Lire la suite

MÉLODIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chromatisme wagnérien et ses conséquences »  : […] Jusqu'à Wagner, on ne quitte jamais un diatonisme fondamental, et le rapport harmonie-mélodie se signale surtout par un certain asservissement de celle-ci au jeu traditionnel entre tonique et dominante et à des évasions contrôlées dans des tons voisins. Le chromatisme wagnérien, que l'on peut qualifier d'organique, implique que l'aspect purement linéaire de la libre mélodie primitive s'estompe pe […] Lire la suite

MUSIQUE CONTEMPORAINE - La musique sérielle et le dodécaphonisme

  • Écrit par 
  • Pierre BARBAUD, 
  • Rémi LENGAGNE
  •  • 3 022 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Gamme tempérée et structures élémentaires de l'harmonie classique »  : […] Pour bien comprendre ce que fut l'apport de la musique « à douze sons », il convient de faire auparavant une rapide étude du langage tonal, fondement de la musique occidentale traditionnelle. Ce langage utilise douze sons qui se renouvellent sur environ huit douzaines, nommées octaves. La théorie et la pratique de l'écriture musicale sont conçues pour que les éléments de l'ensemble ainsi défini […] Lire la suite

SÉRIALISME (musique)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 468 mots

Le dodécaphonisme sériel, nouvelle méthode de composition musicale, fut conçu par Arnold Schönberg, au début des années 1920, au terme d'une lente évolution. Dès le début du xx e  siècle, la sensibilité inquiète et tourmentée de Schönberg le pousse vers une écriture de plus en plus chromatique ; l'usage constant d'accords altérés, les modulations incessantes aux tons éloignés le conduisent bien […] Lire la suite

TONAL SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 5 259 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Évolution et désagrégation »  : […] La description qui précède s'applique à un système tonal considéré pour ainsi dire comme un archétype. À aucun moment de l'histoire on ne pourrait le saisir ainsi dans son idéalité pure, parce qu'il s'est constitué petit à petit, vers le xvi e  siècle, à une époque où n'existait que des tempéraments inégaux ; il a connu une longue évolution et il n'y a pas un point précis à partir duquel les princ […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « CHROMATISME, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chromatisme-musique/