CONSTITUANTE ASSEMBLÉE NATIONALE (1789-1791)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réunis en mai 1789 pour résoudre la crise financière qui ébranle la vieille monarchie française, les états généraux se proclament Assemblée constituante, le 9 juillet 1789. C'est souligner la volonté des députés de donner à la France de nouvelles institutions. Dans le Point du jour, Barère ne leur prédit-il pas : « Vous êtes appelés à recommencer l'histoire » ? Le mot est juste. En dépit des vicissitudes politiques (insurrections du 14 juillet et du 5 octobre, fuite du roi, troubles agraires), la Constituante a fait entrer en application dans son œuvre de régénération de l'État les principes des philosophes et des économistes du xviiie siècle. Dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, elle a proclamé un certain nombre d'idées nouvelles : égalité, liberté, sûreté, résistance à l'oppression. Mais, dans la réalité, les constituants ont apporté de nombreuses restrictions à ces principes. Certes, l'assemblée, grâce à la valeur de ses membres (de Mirabeau à Sieyès, de Mounier à Robespierre, de Malouet à Brillat-Savarin), a accompli une œuvre gigantesque : première constitution écrite de la France, organisation du pays en départements, districts, cantons et communes, mise sur pied d'une administration financière plus rationnelle ; elle a aboli la féodalité lors de la nuit du 4 août, proclamant la fin des privilèges, le libre accès de tous aux emplois, la disparition de la vénalité des offices, la suppression des corvées.

En fait, bien des ombres apparaissent dans cette œuvre : l'esclavage n'a pas été supprimé ; la loi Le Chapelier a refusé aux ouvriers le droit de se coaliser et a considéré la grève comme un délit ; le suffrage n'a pas été universel par suite de la distinction entre citoyens actifs et citoyens passifs. Avec la création des assignats, la Révolution s'est trouvée engagée dans la voie de l'inflation ; la constitution civile du clergé a créé les éléments d'un schisme religieux. L'œuvre de la Constituante a été inspirée en définitive par un seul souci : détruire l'Ancien Régime, pour assurer la prépondérance sociale de la bourgeoisie.

—  Jean TULARD

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CONSTITUANTE ASSEMBLÉE NATIONALE (1789-1791)  » est également traité dans :

ABOLITIONNISME, histoire de l'esclavage

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 2 929 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Révolution française »  : […] Entre-temps, et sous l'influence directe des événements révolutionnaires, les abolitionnistes français avaient atteint leur but. Sans doute les abolitionnistes anglais ont-ils influencé la France, mais l'abolitionnisme français tire avant tout sa justification de la philosophie des Lumières. Quelles que soient leurs divergences sur la légitimité et l'utilité des colonies, les philosophes avaient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abolitionnisme/#i_41107

ALSACE PRINCES POSSESSIONNÉS D'

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 659 mots

Lors de la réunion de l'Alsace à la France, sous Louis XIV, il avait été précisé que les fiefs appartenant à des souverains étrangers ne relèveraient pas du droit français, notamment en matière d'impôts et de douanes. En voulant appliquer les décrets du 4 août 1789 sur l'abolition des droits féodaux, puis celui du 2 novembre de la même année sur la sécularisation des biens du clergé, l'Assemblée c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/princes-possessionnes-d-alsace/#i_41107

ASSIGNATS

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 490 mots
  •  • 1 média

Le 2 novembre 1789, l'Assemblée constituante décide que les biens du clergé seront « mis à la disposition de la nation » pour rembourser la dette de l'État. Mais il est nécessaire de mobiliser ce capital évalué à quelque trois milliards de livres. Le 19 décembre, l'Assemblée crée une Caisse de l'extraordinaire chargée d'aliéner les biens du clergé. En attendant la vente, la Caisse émettra des assi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assignats/#i_41107

BARÈRE DE VIEUZAC BERTRAND (1755-1841)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 593 mots

L'« Anacréon de la guillotine », tel fut l'un des nombreux surnoms de Barère. Il résume bien les contradictions de ce « petit-maître » du xviii e  siècle, qui appartint au grand Comité de salut public de l'an II et dont Napoléon, après l'avoir utilisé, devait parler avec mépris dans Le Mémorial de Sainte-Hélène de Las Cases. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertrand-barere-de-vieuzac/#i_41107

BARNAVE ANTOINE PIERRE JOSEPH MARIE (1761-1793)

  • Écrit par 
  • Roger DUFRAISSE
  •  • 648 mots

Avocat protestant dauphinois, Barnave est avec Mounier un des leaders de la « révolution » dauphinoise de 1788 et, après Mirabeau, le meilleur orateur des États généraux et de la Constituante en raison de ses connaissances étendues et de la vigueur de son argumentation. Un des fondateurs de la Société des amis de la Constitution et de la liberté, qui deviendra le club des Jacobins, il constitue, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-pierre-joseph-marie-barnave/#i_41107

BIENS NATIONAUX

  • Écrit par 
  • Pierre DUPARC
  •  • 962 mots

Les propriétés de l'Église et des contre-révolutionnaires qui ont été saisies, nationalisées et vendues lors de la Révolution française forment les biens nationaux. La nature et l'importance de ces biens sont variables comme le sont les motifs de l'opération. En témoigne la série des lois et décrets qui régissent les biens nationaux. Une littérature abondante s'est attachée à éclairer cette questi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biens-nationaux/#i_41107

BUZOT FRANÇOIS (1760-1794)

  • Écrit par 
  • Roger DUFRAISSE
  •  • 272 mots

Né dans une famille de gens de justice, Buzot est avocat à Évreux, sa ville natale. En 1789, il rédige le cahier de doléances du bailliage et il est élu député du tiers état. Siégeant à l'extrême gauche et lié à Robespierre, il joue un très grand rôle dans la rédaction de la Déclaration des droits de l'homme , dans celle de la Constitution de 1791, dans la division en départe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-buzot/#i_41107

CONSTITUTION FRANÇAISE DE 1791

  • Écrit par 
  • Nicolas NITSCH
  •  • 485 mots

Première constitution écrite de France, la Constitution du 3 septembre 1791 inclut la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789. C'est dire qu'elle incarne les idéaux de la Révolution dans leur forme originelle. Rédigée par l'Assemblée nationale constituante, elle reflète les grandes idées de l'époque : le droit de vote, la souveraineté nationale, les limitations apportées à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution-francaise-de-1791/#i_41107

CORDELIERS CLUB DES

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 555 mots

C'est le 27 avril 1790 que naît la Société des Amis des droits de l'homme et du citoyen tenant ses séances en l'église des Cordeliers. Avant d'abriter un club, l'église avait donné son nom à l'un des soixante districts parisiens créés en avril 1789. Le district des Cordeliers, correspondant à peu près au quartier de l'actuel Odéon, était habité par de nombreux journalistes et intellectuels patriot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/club-des-cordeliers/#i_41107

DÉCLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN (26 août 1789)

  • Écrit par 
  • Wanda MASTOR
  •  • 230 mots
  •  • 1 média

Consécration française de la philosophie des droits de l'homme, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen forme le préambule de la Constitution des 3-4 septembre 1791. Votée dès août 1789 par l'Assemblée nationale constituante, « sous les auspices de l'Être suprême », elle est l'aboutissement de la pensée des Lumières, un compromis entre Montesquieu et Rousseau, où triomphe la foi dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/declaration-des-droits-de-l-homme-et-du-citoyen-1789/#i_41107

DUPORT ADRIEN (1759-1798)

  • Écrit par 
  • Roger DUFRAISSE
  •  • 444 mots

Issu de la petite noblesse, Adrien Duport devient conseiller à la Chambre des enquêtes, entre dans la franc-maçonnerie, et joue un très grand rôle dans les milieux libéraux à la veille de la Révolution de 1789. Député de la noblesse de Paris aux États-généraux, il est l'un de ceux qui contribuent à populariser le mot « républicain ». Dès juin 1789, il écrit « qu'il préfère la république à la monar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrien-duport/#i_41107

ÉLECTIONS - Histoire des élections

  • Écrit par 
  • Christophe VOILLIOT
  •  • 5 782 mots

Dans le chapitre « Un modèle singulier »  : […] Jusqu'à la révolution électorale de la fin du xviii e  siècle, l'élection n'a rien à voir avec une arithmétique des volontés individuelles. Comme l'a montré Olivier Christin, dans l'article qui ouvre le numéro d' Actes de la recherche en sciences sociales consacré aux « Votes », l'élection est la manière dont les corps inter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elections-histoire-des-elections/#i_41107

EXTRÊME DROITE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves CAMUS
  •  • 9 736 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance d'une famille politique : le royalisme ultra »  : […] Dans l'Assemblée nationale constituante, dénomination que se sont donnés les États Généraux à compter du 9 juillet 1789, naissent les premiers partis politiques. L'organisation spatiale de la salle des séances place alors le plus à droite du président les aristocrates (« Noirs »), partisans de l'Ancien Régime et qui rejettent la Révolution en bloc. Puis, en allant vers la gauche, les monarchiens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extreme-droite/#i_41107

FÉDÉRATION DE 1790

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 344 mots

La Fédération de 1790 est la conséquence de la formation en France des municipalités et des gardes nationales au moment de la Grande Peur. Dans les villages et les villes se forment en juillet 1789 des gouvernements particuliers qui se substituent aux anciennes autorités. Dans le Dauphiné, plusieurs représentants de communes réunis à Étoile près de Valence, le 28 novembre 1789, « fraternisent » et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federation-de-1790/#i_41107

IMPÔT - Histoire de l'impôt

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  • , Universalis
  •  • 13 947 mots

Dans le chapitre « La fiscalité révolutionnaire et libérale »  : […] Le mauvais état des finances de l'Ancien Régime fut une des causes de la Révolution, qui détruisit tout l'édifice fiscal de cette époque. Les révolutionnaires posèrent trois grands principes : le principe d' égalité devant l'impôt, directement lié à l'égalité civile proclamée solennellement dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen ; le principe de liberté, en réaction contre l'arbit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-histoire-de-l-impot/#i_41107

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La première émancipation (1782-1815) »  : […] La notion d'« utilité sociale » définie par Montesquieu tend à supplanter la perspective théologique d'un peuple réprouvé. Le statut médiéval des Juifs est rendu responsable des tares économiques dont on leur fait grief. Les en affranchir fera d'eux des citoyens utiles. L'acte de tolérance de Joseph II (2 janv. 1782) supprime le péage corporel des Juifs, leur ouvre les professions agricoles et art […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-du-peuple-juif/#i_41107

JUSTICE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Loïc CADIET
  •  • 13 654 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La question du dualisme juridictionnel »  : […] La conception française de la séparation des pouvoirs s'incarne exemplairement dans le principe dit du dualisme juridictionnel. L'organisation juridictionnelle de la France se présente en effet à la manière d'un diptyque avec, d'un côté, les juridictions dites de l'ordre judiciaire, hiérarchisées sous l'autorité de la Cour de cassation, et de l'autre, les juridictions dites de l'ordre administrati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-les-institutions/#i_41107

LAÏCITÉ, notion de

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 1 318 mots

Dans le chapitre « Les formes de la laïcité »  : […] Sa forme la plus ancienne et son premier noyau, c'est sans aucun doute la « laïcité de l'État », quand on ne parlait encore ni d'État, ni de laïcité. L'expression est susceptible de recouvrir au moins trois sens. Sous l'Ancien Régime, l'État était « laïque » en ce sens que ses liens étroits avec l'Église reposaient sur l'indépendance mutuelle des deux pouvoirs. L'Église ne gouvernait pas l'État, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laicite-notion-de/#i_41107

MIRABEAU HONORÉ GABRIEL RIQUETTI comte de (1749-1791)

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 988 mots

« Ne vous effrayez pas » dit-on à son père le marquis, avant de lui montrer l'héritier de son nom, fort vigoureux mais affreux de visage. Sans illusions, le marquis écrivait à son frère le bailli : « Ton neveu est celui de Satan. » Une petite vérole mal soignée acheva de donner à Mirabeau un physique effrayant ; il dira lui-même : « Quand je secoue ma terrible hure, il n'y a personne qui osât m'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-honore-mirabeau/#i_41107

NOIRS SOCIÉTÉ DES AMIS DES

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 437 mots

Fondée en 1788 par Brissot, Clavière et Mirabeau, la Société des amis des Noirs se proposait de mettre en œuvre la doctrine anti-esclavagiste et abolitionniste dont Montesquieu et l'abbé Raynal furent des précurseurs, mais qui avait pris forme tout spécialement en Angleterre avec William Wilberforce, pour atteindre, vers 1780, les sphères politiques de France ; Necker lui-même s'y intéresse. En 17 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-des-amis-des-noirs/#i_41107

OCTOBRE 1789 JOURNÉES DES 5 & 6

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 347 mots

Les journées d'octobre 1789 marquent un tournant dans l'histoire de la Révolution en laissant présager la chute de la monarchie. À l'issue de ces journées, en effet, le roi s'est retrouvé prisonnier de Paris. L'opinion avait manifesté son inquiétude devant le retard apporté par Louis XVI à la ratification des résolutions prises par l'assemblée dans la nuit du 4 août qui avait vu disparaître la féo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journees-des-5-et-6-octobre-1789/#i_41107

POLICE SOUS LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE

  • Écrit par 
  • Vincent DENIS
  •  • 3 209 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La refondation de la police par les Assemblées révolutionnaires (1790-1792) »  : […] L' Assemblée constituante entreprend de réorganiser la police, en consacrant un grand principe : l'attribution de la police aux municipalités et à des agents élus (loi du 14 décembre 1789). Dans la nouvelle organisation municipale de Paris, la police est confiée à quatre administrateurs élus, appuyés dans chacune des quarante-huit sections, qui succèdent aux districts, par un comité civil et un co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-sous-la-revolution-et-l-empire/#i_41107

QUATRE AOÛT 1789 NUIT DU

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 430 mots
  •  • 1 média

Dans la nuit du 4 août 1789 disparaît l'ancienne France fondée sur le privilège et les vieilles structures de la féodalité. La séance du 4 août 1789 de l'Assemblée nationale est la conséquence de la Grande Peur, qui jette les paysans contre les châteaux. Le soulèvement des campagnes rappelle aux députés le problème paysan. Les révoltes agraires ne touchent pas seulement les intérêts de la nobless […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuit-du-quatre-aout-1789/#i_41107

REUBELL JEAN-FRANÇOIS (1747-1807)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 370 mots

Quand la Révolution éclate, le quadragénaire Reubell, bâtonnier de l'ordre des avocats à Colmar, n'a encore jamais quitté sa province natale ; député du tiers, il se fait remarquer à la Constituante par son opiniâtreté, soit pour dénoncer comme des tyrans les princes étrangers possessionnés en Alsace, soit pour combattre les privilèges du clergé et peu après les prêtres non jureurs, soit pour sout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-reubell/#i_41107

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les volontaires de 1791 »  : […] L'Assemblée constituante, tout en donnant au roi le commandement de cette armée, avait pris des mesures pour pouvoir la contrôler. Elle le fit encore plus étroitement au moment de la fuite du roi, où des commissaires furent envoyés aux armées pour leur faire prêter un serment de fidélité. Ce fut cette fuite du roi qui produisit la création d'une nouvelle armée, celle des bataillons de volontaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-et-empire-armee/#i_41107

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La victoire des « patriotes » (janvier-juillet 1789) »  : […] L' annonce de la convocation des États généraux s'est accompagnée de la rédaction des cahiers de doléances, qui participent de la mobilisation de tout le pays, puisque leur composition est l'occasion d'une concurrence entre patriotes et aristocrates dans la diffusion de leurs modèles de cahiers. Et s'ils ne remettent pas en cause l'institution monarchique, ils témoignent en revanche des tensions e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_41107

SOCIÉTÉS FRATERNELLES, Révolution française

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 516 mots

Le 22 décembre 1789, l'Assemblée constituante, par la distinction qu'elle établissait entre citoyens actifs et citoyens passifs, avait écarté de la vie politique toute la masse populaire du pays. C'est le désir qu'eurent les citoyens passifs de se rassembler et de faire entendre leur voix autrement que par l'émeute, ainsi que celui de s'instruire et d'instruire les autres sur les choses de la poli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societes-fraternelles-revolution-francaise/#i_41107

TRONCHET FRANÇOIS DENIS (1726-1806)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel LÉVY
  •  • 298 mots

Avocat du parlement de Paris, consultant plus que plaidant, élu député du Tiers aux États généraux de 1789, Tronchet domine le comité de la Constituante. Choisi, le 12 décembre, par Louis XVI comme défenseur, il participe avec de Sèze et Malesherbes à la rédaction du long mémoire en défense que, le 22, de Sèze lira à la Convention. Il plaide le 17 janvier 1793, après le vote qui a repoussé l'appel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-denis-tronchet/#i_41107

VARENNES FUITE À (1791)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 312 mots

Dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 juin 1791, Louis XVI parvient à s'enfuir des Tuileries avec sa famille. Se considérant comme prisonnier du peuple de Paris depuis le 6 octobre 1789, date à laquelle il a dû quitter Versailles, heurté dans ses convictions religieuses par la Constitution civile du clergé, soumis à l'influence du clan absolutiste (Marie-Antoinette, Breteuil, Saint-Priest, Fersen) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fuite-a-varennes/#i_41107

VOLONTAIRES, Révolution française

  • Écrit par 
  • Jean-Michel LÉVY
  •  • 1 018 mots

Réformer l'armée n'est pas la préoccupation dominante des États généraux de 1789. C'est l'attitude du roi qui, en juillet, amène les électeurs parisiens à former une milice de 48 000 hommes, qui prend la Bastille ; et, la province imitant Paris, le royaume va se trouver encadré par une garde nationale de 2 500 000 citoyens. En vain, Dubois-Crancé a proposé le service militaire obligatoire ; l'Asse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volontaires-revolution-francaise/#i_41107

Les derniers événements

1er-13 mai 2019 • VenezuelaOuverture de discussions entre des émissaires du régime et de l’opposition.

Le 1er, le président autoproclamé Juan Guaidó, qui a appelé ses partisans à manifester depuis la veille, exhorte ces derniers à « rester dans la rue jusqu’au bout ». Le 7, l’Assemblée constituante lève l’immunité parlementaire de sept membres de l’Assemblée nationale [...] Lire la suite

4-30 janvier 2019 • VenezuelaAutoproclamation de Juan Guaidó comme président par intérim.

l’Assemblée nationale. Le Mexique est le seul des quatorze membres du groupe – treize pays latino-américains plus le Canada – à ne pas signer cette déclaration. Le 5, Juan Guaidó, député de l’État de Vargas (Volonté populaire, droite), est élu à la tête de l’Assemblée nationale où l’opposition [...] Lire la suite

15-26 octobre 2017 • VenezuelaVictoire du pouvoir aux élections des gouverneurs.

des cinq élus de la MUD acceptent de prêter serment devant l’Assemblée constituante élue en juillet, que leur coalition ne reconnaît pas. Leur décision illustre la division de l’opposition. Le 26, le cinquième élu de l’opposition est démis de ses fonctions. Le 26 également, le Parlement européen [...] Lire la suite

2-25 août 2017 • VenezuelaInstallation de l’Assemblée nationale constituante.

Le 2, la procureure générale Luisa Ortega Díaz annonce l’ouverture d’une enquête sur la manipulation présumée des résultats de l’élection de l’Assemblée nationale constituante (ANC), en juillet. L’entreprise qui a géré le scrutin automatisé relève des différences entre le taux réel [...] Lire la suite

5-31 juillet 2017 • VenezuelaÉlection controversée d’une Assemblée constituante.

, participent au référendum convoqué par le Parlement et non reconnu par les autorités électorales. Les questions portent sur le rejet de l’Assemblée constituante qui doit être élue le 30, l’appel à la défense de la Constitution par l’armée, ainsi que la mise en place d’un gouvernement d’union nationale [...] Lire la suite

1er-24 mai 2017 • VenezuelaAnnonce de l’élection d’une Assemblée constituante.

Le 1er, le président Nicolás Maduro propose la convocation d’une Assemblée nationale constituante. Les membres de celle-ci doivent être pour moitié élus au scrutin direct et pour moitié désignés par catégorie sociale ou par unité territoriale. Le 7, la Table de l’unité [...] Lire la suite

6-28 août 2013 • TunisieLe groupe Ansar Al-Charia désigné comme organisation terroriste.

dialogue entre le pouvoir et l'opposition. Le 7, Ennahda se dit prêt à la formation d'un gouvernement d'union nationale. Il prend acte de l'arrêt des travaux de l'Assemblée constituante tout en se disant favorable à l'adoption d'une nouvelle Constitution avant la fin de septembre et à [...] Lire la suite

6-26 février 2013 • TunisieAssassinat de l'opposant Chokri Belaïd et démission du Premier ministre Hamadi Jebali.

courantes jusqu'à la tenue d'élections « dans les plus brefs délais ». Il affirme que l'assassinat de Chokri Belaïd a accéléré sa décision. Le 7, le chef du groupe parlementaire d'Ennahda à l'Assemblée constituante, Sahbi Atig, rejette la proposition de gouvernement d'union nationale faite par Hamadi [...] Lire la suite

2-24 juin 2012 • ÉgypteDissolution du Parlement et élection de Mohammed Morsi à la présidence.

de novembre 2011 à janvier 2012, et remportées par les Frères musulmans. Le Parlement est dissous, ainsi que l'Assemblée constituante que celui-ci avait élue la veille. Le Conseil suprême des forces armées (C.S.F.A.) décide d'assurer le pouvoir législatif et de nommer le comité chargé d'élaborer une [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean TULARD, « CONSTITUANTE ASSEMBLÉE NATIONALE - (1789-1791) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/assemblee-nationale-constituante/