AŚOKA ou AÇOKA (IIIe s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le texte des Édits

Le remords qu'il éprouva à la suite des atrocités commises lors de la conquête du Kalinga conduisit Aśoka à prononcer le vœu d'upāsaka : il devenait ainsi un « pieux laïc », mais ce n'est qu'un an et demi plus tard, après un pèlerinage à l'arbre de la Bodhi, où le Bouddha connut l'illumination, et une pérégrination rituelle de deux cent cinquante-six nuits, que son zèle s'affirma. C'est alors qu'il promulgua les quatorze Édits sur roc, suivis, une quinzaine d'années après, des sept Édits sur pilier. Influencé par l'Iran, il adopta le procédé des inscriptions qu'avait utilisé Darius pour la proclamation de sa propre gloire. Mais Aśoka ne veut atteindre que le triomphe de la Loi (dharma). Sa doctrine s'exprime dans les Édits sous la forme « des grands principes de la loi naturelle : Éviter le péché, pratiquer la vertu et exercer les devoirs de la solidarité humaine. » « Avec une sorte de familiarité paternelle, (il) tient ses sujets au courant de ses progrès personnels, de ses réformes, de ses institutions. » Dans le premier Édit, il déclare qu'il est « défendu de sacrifier en tuant un vivant quelconque ». Et il ajoute : « Auparavant, dans la cuisine du roi ami des dieux au regard amical, chaque jour plusieurs centaines de milliers d'animaux étaient tués pour le repas ; mais maintenant, au moment où l'on grave ce texte de la Loi, on ne tue [pour le repas] que trois animaux : deux paons, une gazelle. Même ces trois animaux ne seront plus tués désormais. »

Dans les Édits suivants, il annonce l'institution de secours médicaux pour les hommes et pour les bêtes, la plantation des plantes médicinales, le forage des puits sur le bord des routes. Il insiste sur l'obéissance aux père et mère et aux maîtres, sur la courtoisie à l'égard des amis, sur la bonté envers les pauvres, les vieillards, les faibles, les esclaves et les domestiques, sur la libéralité à l'égard des brāhmanes et des samanes. Il annonce la création de « ministres » ou « surintendants » de la Loi qui seront les « agents de la propagande et les protecteurs des fidèles ». Il laisse aux condam [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : membre de l'École française d'Extrême-Orient, diplômée de l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  ASOKA ou AÇOKA ( III e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

CONVERSION D'ÁSOKA

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 237 mots

Le règne d'Aśoka (— 268-— 232), souvent comparé à l'empereur Constantin, représente une époque unique dans l'histoire de l'Inde ancienne, celle qui a vu la réunion de deux principes naissant, la monarchie et le bouddhisme. Tentative d'unification politique de tout le sous-continent, à l'exception des royaumes dravidiens de l'extrême Sud, son règne constitue le premier événement daté avec certitude […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conversion-d-asoka/#i_8070

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les Gréco-Bactriens »  : […] Après la mort prématurée d'Alexandre, à Babylone en 323 avant J.-C., son empire devint un enjeu pour ses lieutenants ambitieux qui, au bout d'une période de troubles et d'anarchie, le partagèrent entre eux en trois parties principales. Tandis que les provinces indiennes retournaient aux souverains locaux, la majorité des conquêtes asiatiques d'Alexandre devenait le fief de Séleucos Nicator (355-28 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/#i_8070

BHUBANEÇWAR

  • Écrit par 
  • Odette VIENNOT
  •  • 1 952 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Données historiques »  : […] Le Kaliṅga ne fut pas épargné par les entreprises guerrières de ses voisins. Dès 250 avant. J.-C., l'empereur du Magadha, Açoka, s'en empara à la suite d'une guerre si meurtrière qu'il fit vœu d'abandonner les armes et se convertit au bouddhisme. Ces événements, relatés dans les édits qu'il fit graver en plusieurs points de son empire, ne figurent pas, cependant, dans son inscription de Dhauli (l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bhubanecwar/#i_8070

BODHGAYĀ

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 982 mots

Dans le chapitre « L'histoire »  : […] C'est par un pèlerinage à Bodhgayā que l'empereur Aśoka, de la dynastie des Maurya, inaugura ses « tournées de la Loi » vers 258 avant notre ère. Il construisit autour de l'arbre de la Bodhi et du Siège de diamant un temple hypèthre (figuré à Bhārhut et à Sāñcī), un stūpa ainsi qu'un « temple royal » à l'est de l'arbre de la Bodhi et peut-être une galerie au-dessus du « promenoir » emprunté par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bodhgaya/#i_8070

BOUDDHIQUES CONCILES

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 1 137 mots

Plus que toute autre tradition bouddhique, la tradition concernant les conciles, du moins les premiers d'entre eux, est suspecte. Les sources à ce sujet sont constamment en désaccord, altérées par le merveilleux et l'invraisemblable. Et, surtout, elles ont été manipulées par les diverses écoles qui ont cherché, par là, à s'assurer une ancienneté qu'elles n'avaient pas, ou à authentifier des thèses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conciles-bouddhiques/#i_8070

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'extinction du Buddha à Kaniṣka »  : […] De nos jours, les bouddhistes de Sri Lanka et de l'Asie du Sud-Est placent l'« extinction » ( nirvāṇa ) du Buddha en 543 avant J.-C. La critique moderne propose plusieurs hypothèses, en fonction, d'une part, de la date du sacre d' Aśoka (257 ou 267 av. J.-C.) et, d'autre part, d'une donnée de la tradition singhalaise qui place deux cent dix-huit ans entre le nirvāṇa et ce sac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_8070

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Le stupa

  • Écrit par 
  • Gérard FUSSMAN
  •  • 2 588 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Valeurs symboliques »  : […] Les grammairiens indiens, pour expliquer le mot stūpa, ont inventé une racine : stu , « agglomérer ». Car même dans ses formes les plus élaborées, le stūpa est d'abord un tumulus, un entassement de matériaux. D'éminents savants (P. Mus, J. Irwin) ont soutenu que le stūpa dérivait de tumulus bâtis de façon à symboliser par leur paroi extérieure hémisphérique (aṇḍa) la voûte c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-arts-et-architecture-le-stupa/#i_8070

DHARMA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 234 mots

Dans le chapitre « Devoir propre et salut »  : […] En mythologie le Dharma est personnifié. Il est dit avoir une démarche subtile. On appelle svadharma le devoir propre de chacun, qui est en fait la disposition naturelle dans laquelle il se trouve et qu'il doit suivre. Par exemple c'est le devoir propre du guerrier de combattre, comme le proclame Kṛṣṇa dans la Bhagavad Gītā . La n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dharma/#i_8070

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 498 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « L'Empire maurya »  : […] L'Inde aborde à cette époque sa première phase d'unification impériale. Au vi e  siècle avant J.-C., l'un des royaumes de l'Inde aryanisée, le Magadha, né dans le Bihar méridional, a commencé d'affirmer sa suprématie sur ses voisins. Deux siècles plus tard, sous la dynastie des Nanda, il maîtrise tout l'espace gangétique, des approches du Pañjāb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_8070

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Sous les Maurya (env. 320-176 av. J.-C.) »  : […] Candragupta, père de la dynastie Maurya, fonda un empire qui allait s'étendre sur la majeure partie du subcontinent (l'extrême Sud excepté) et jusqu'à l'Hindukush. Ce premier effort d'unification indienne fut en quelque sorte l'aboutissement d'un sursaut national qui avait chassé du Sindh et du Pañjāb les préfets mis en place par Alexandre. En signant un traité avec Séleucus (305), Candragupta ouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_8070

MAHINDA (282-202 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 542 mots

Fils d'Aśoka et de Vedisā Mahādevī, Mahinda (Mahendra en sanskrit) entra en religion en ~ 262, le même jour que sa sœur cadette, Samghamittā. Ordonné par Moggaliputta Tissa, Mahādeva et Madhyāntika, il reçut sa formation religieuse à Pātaliputra, à l'Aśokārāma. Il assista au concile de Pātaliputra, à l'issue duquel Moggaliputta Tissa l'envoya en mission à Ceylan. Le terrain était déjà préparé par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahinda/#i_8070

MAURYA

  • Écrit par 
  • Gérard FUSSMAN
  •  • 3 234 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les souverains maurya »  : […] L'avènement de Candragupta doit presque sûrement être placé en 313 avant notre ère. En 305 Seleukos I er voulut reconquérir les satrapies de la vallée de l'Indus. Il dut y renoncer et, en échange de 500 éléphants et, peut-être, d'une alliance matrimoniale, reconnaître à Candragupta la souveraineté des territoires contestés, y compris l'Arachosie (Kandahar) et la région de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurya/#i_8070

SĀÑCĪ

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 1 615 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La construction des stūpa »  : […] On sait qu' Aśoka fit ouvrir les premiers stūpa , qu'il en retira les reliques du Buddha et redistribua ces précieux dépôts en de nouveaux et forts nombreux stūpa , érigés par lui sur les lieux où avait séjourné le Bienheureux et où la légende situait le déroulement de ses existences antérieures. Sāñcī n'appartient pas à la série des sites sanctifiés par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sanci/#i_8070

Pour citer l’article

Marie-Simone RENOU, « AŚOKA ou AÇOKA (IIIe s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/asoka-acoka/