BOUDDHIQUES CONCILES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plus que toute autre tradition bouddhique, la tradition concernant les conciles, du moins les premiers d'entre eux, est suspecte. Les sources à ce sujet sont constamment en désaccord, altérées par le merveilleux et l'invraisemblable. Et, surtout, elles ont été manipulées par les diverses écoles qui ont cherché, par là, à s'assurer une ancienneté qu'elles n'avaient pas, ou à authentifier des thèses nouvelles.

Le premier concile est celui de Rājagriha, qui fut réuni un an après la mort du Buddha par son grand disciple Kāshyapa. Le lieu exact, grotte ou monastère, en est incertain. Les participants étaient au nombre de quatre cent quatre-vingt-dix-neuf, puis de cinq cents avec l'entrée d'Ānanda, qui avait été d'abord exclu, car il n'avait pas atteint l'état d'arhat ; cette lacune comblée, il fut admis parmi ses pairs et récita les sūtra, tandis qu'Upāli faisait de même pour le vinaya. On prétendit qu'Ānanda récita déjà à cette occasion l'abhidharma. Les moines réunis à Rājagriha firent une série de reproches à Ānanda, l'accusant notamment de ne pas avoir gardé en mémoire les prescriptions mineures que le Buddha voulait abolir, d'avoir marché sur la robe du Buddha, d'avoir laissé les femmes pleurer sur le corps du Buddha, de ne pas avoir insisté auprès du Buddha pour l'empêcher d'entrer dans le parinirvāna comme il pouvait le faire, d'avoir plaidé pour l'entrée des femmes dans la communauté, ce qui eut pour conséquence de faire passer la durée de vie de la Loi de mille à cinq cents ans. Le vieux Purāna, qui voyage avec cinq cents disciples et qui passe au moment du concile à Rājagriha, ne reconnaît pas la façon dont les textes y ont été fixés par l'assemblée.

Le concile de Vaiśālī se réunit cent ans après le parinirvāna de Gautama et fut motivé par le laxisme des moines de Vaiśālī, les Vrijiputraka. Ceux-ci avaient adopté dix pratiques condamnables, la plus grave consistant à admettre que les moines reçoivent de l'or et de l'argent des laïcs. Ils sollicitaient, d'ailleurs, ces dons lors des réunions de l'uposatha. Le vieux Yashas, disciple d'Ānanda, de passage parmi eux, les blâme et se fait exclure de leur communauté. Il se rend ensuite dans plusieurs régions (Mathurā, Samkāshya, etc.) et entraîne sept cents partisans, qui, réunis en concile à Vaiśālī, condamnent les pratiques des Vrijiputraka.

Une autre assemblée, le premier concile de Pātaliputra, se réunit quelques années après Vaiśālī, à la suite des cinq propositions défendues par Mahādeva, cent trente-sept ans après le nirvāna du Buddha. Elle fut l'occasion du premier schisme de la communauté, qui se divisa en deux groupes : les Sthavira (Anciens), qui étaient de tendance rigoriste, et les Mahāsāmghika (Ceux de la Grande Assemblée), qui défendaient les thèses nouvelles et adoptaient une attitude laxiste. Plusieurs auteurs ont voulu confondre ce concile avec le suivant, le deuxième concile de Pātaliputra.

À la suite de la générosité de l'empereur Aśoka Maurya pour la communauté bouddhique, celle-ci fut envahie par de nombreux éléments troubles, adeptes d'autres confessions et véritables parasites. Des discussions incessantes s'élèvent sur des points de doctrine. Le groupe le plus structuré dans le camp des novateurs est celui des Sarvāstivādin, qui tiennent pour l'existence simultanée des trois temps (passé, présent et futur) et qui s'opposent aux orthodoxes Vibhajyavādin (partisans de la distinction), conduits par Moggaliputta Tissa. Ces derniers auraient, pendant sept ans, refusé de célébrer la cérémonie de l'uposatha (marquée par le jeûne et la confession publique) avec les hétérodoxes. Aśoka veut ramener la concorde dans la communauté et donne l'ordre de célébrer l'uposatha. Les Vibhajyavādin refusent de se joindre aux autres et quelques-uns, dont le frère du roi, se font massacrer. Pour régler l'affaire, Aśoka réunit une assemblée et, après avoir écouté les arguments des uns et des autres, donne raison aux Vibhajyavādin. Les Sarvāstivādin sont condamnés à quitter les ordres. Ils quittent en masse le Magadha et se réfugient au Cachemire. Quelques-uns restent cachés dans le pays. Après ces événements, Moggaliputta Tissa réunit à Pātaliputra un synode, au cours duquel il procède à la révision du Canon et ébauche la rédaction du Kathāvatthu, ouvrage de polémique contre les hérésies. Il envoie aussi des missions dans toutes les directions.

Le concile du Cachemire, assemblée particulière aux Sarvāstivādin, se tint à la suite d'une i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOUDDHIQUES CONCILES  » est également traité dans :

AŚOKA ou AÇOKA (IIIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 2 800 mots

Dans le chapitre « Le texte des Édits »  : […] Le remords qu'il éprouva à la suite des atrocités commises lors de la conquête du Kalinga conduisit Aśoka à prononcer le vœu d' upāsaka  : il devenait ainsi un « pieux laïc », mais ce n'est qu'un an et demi plus tard, après un pèlerinage à l'arbre de la Bodhi , où le Bouddha connut l'illumination, et une pérégrination rituelle de deux cent cinquante-six nuits, que son zèle s'affirma. C'est alors q […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 127 mots
  •  • 3 médias

Le bouddhisme, issu d'un modeste district de l'Inde gangétique, s'est répandu, non sans se modifier, sur une grande partie de l'Asie et est devenu, avec le christianisme et l'islam, une des trois grandes religions mondiales. Aujourd'hui, Sri Lanka, la Birmanie, la Thaïlande , le Laos, le Cambodge sont des pays entièrement bouddhistes, relevant du Petit Véhicule. Le Japon compte plus de 40 millions […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « Le bouddhisme antique »  : […] Nous avons d'excellentes raisons de douter de l'historicité du concile qui, selon la tradition, se serait réuni à Rājagṛha quelques mois après le Parinirvāṇa pour réunir et réciter en chœur tous les sermons du Buddha et toutes les règles monastiques qu'il avait énoncées. Cependant, cette légende prouve que, peu après la disparition de leur maître, les moines se préoccupèrent de conserver les ensei […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 626 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'extinction du Buddha à Kaniṣka »  : […] De nos jours, les bouddhistes de Sri Lanka et de l'Asie du Sud-Est placent l'« extinction » ( nirvāṇa ) du Buddha en 543 avant J.-C. La critique moderne propose plusieurs hypothèses, en fonction, d'une part, de la date du sacre d' Aśoka (257 ou 267 av. J.-C.) et, d'autre part, d'une donnée de la tradition singhalaise qui place deux cent dix-huit ans entre le nirvāṇa et ce sacre ou des sources sans […] Lire la suite

CONVERSION D'ÁSOKA

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 237 mots

Le règne d'Aśoka (— 268-— 232), souvent comparé à l'empereur Constantin, représente une époque unique dans l'histoire de l'Inde ancienne, celle qui a vu la réunion de deux principes naissant, la monarchie et le bouddhisme. Tentative d'unification politique de tout le sous-continent, à l'exception des royaumes dravidiens de l'extrême Sud, son règne constitue le premier événement daté avec certitude […] Lire la suite

MAHĀKĀŚYAPA (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 263 mots

Disciple du Buddha, le premier pour l'observance de la discipline ( shīla ), dont le nom d'avant la conversion est Pippali, et qui ne le cède en importance qu'à Shāriputra et Maudgalyāyana. Fils de brahmane, Pippali finit par se marier, sur les instances de ses parents, à Bhadrā Kāpilānī, mais ne consomma pas son mariage. Les deux époux décidèrent de quitter le monde et prirent la route ensemble, […] Lire la suite

MAHĀSĀṆGHIKA

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 379 mots

Membres d'une secte bouddhique du Petit Véhicule, les Mahāsāṇghika sont apparus en ~ 340 env., se faisant les adeptes des thèses soutenues par Mahādeva. Ce moine, regardé comme l'auteur de sūtra apocryphes, soutenait que l'arhat peut avoir des rêves érotiques, être en proie au doute et à l'ignorance touchant sa qualité d'arhat, être dirigé sur le chemin du salut par autrui et enfin s'écrier duḥkh […] Lire la suite

SARVĀSTIVĀDIN

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 684 mots

Membres de la secte bouddhiste du Petit Véhicule, issue de la branche mère des Sthavira, sans doute en ~ 244 ou ~ 243, au cours d'un concile réuni à Pātaliputra, sous le règne d'Asoka. Cette assemblée, qui était présidée par Maudgalyāyana ou par Moggaliputta Tissa, repoussa les thèses nouvelles du sarvāstivāda, lesquelles énonçaient principalement que tout existe ( sarvam asti ), c'est-à-dire auss […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « BOUDDHIQUES CONCILES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conciles-bouddhiques/