BODHI ou ÉVEIL, bouddhisme

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme essentiel au bouddhisme, traduit assez souvent et à tort par « illumination », bodhi signifie « éveil ». Il existe plusieurs sortes de bodhi, la plus parfaite étant celle des buddha, des Éveillés. Pour les shrâvaka et les pratyekabuddha, la bodhi se limite à faire cette constatation : « J'ai détruit la Douleur ; je n'aurai plus à la détruire ; c'est l'arrivée au salut. » Chez les buddha, la bodhi est dite anuttarasa-myaksambodhi : le suprême Éveil correct et complet. Cette appellation est typique surtout du Grand Véhicule, dont les textes commentent longuement les deux sortes de bodhi : la bodhi inférieure et la bodhi supérieure. Cette dernière est faite de connaissances multiples et constitue une véritable omniscience, à laquelle se mêlent des pouvoirs magiques et une multitude de caractéristiques merveilleuses. Le bodhisattva est alors un être doué des qualités les plus extraordinaires. Se trouvant sur la voie de la bodhi, il ne se contente pas de la rechercher et de l'atteindre pour lui-même, mais veut la répandre dans l'univers entier et en faire profiter tous les êtres. Parallèlement, la théorie de la Shûnyatâ amène à considérer la bodhi comme étant hors d'atteinte, inconcevable, transgressant tous les modes de pensée et d'action.

Dans le bouddhisme ancien, les femmes étaient exclues de la bodhi, étant réputées incapables de l'atteindre du fait de leurs trop nombreuses attaches. Le Grand Véhicule, qui proclamait que tous pouvaient atteindre l'état de buddha, s'est trouvé embarrassé par cette exclusion. Certains textes tournent la difficulté en changeant les femmes en hommes pour leur permettre d'atteindre l'Éveil ; le Sukhāvatīvyūha prétend ainsi qu'Amitâbha a fait vœu de transformer les femmes en hommes. Dans le Shrimālādevīsimhanādasūtra, cette séparation des sexes a disparu. De même pour le Lankāvatārasūtra, les icchantika, êtres si profondément enfoncés dans le tourbillon des passions qu'ils étaient considérés comme irrécupérables, ont la possibilité d'atteindre la bodhi.

—  Jean-Christian COPPIETERS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BODHI ou ÉVEIL, bouddhisme  » est également traité dans :

BODHGAYĀ

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 982 mots

Gayā, qui fait partie de l'État de Bihār, dans l'Inde du Nord-Est, constitue depuis des temps immémoriaux un tīrtha ( lieu saint) type, en raison même de sa configuration : la cité est arrosée par la Phalgu, formée des eaux de la Nairañjanā et de la Mahānādī qui s'unissent en amont ; aux alentours abondent collines, rochers, étangs et bosquets. La zone entière ( Gayā-kṣetra ), jalonnée de stations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bodhgaya/#i_44348

BODHISATTVA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 503 mots
  •  • 4 médias

Le terme sanskrit bodhisattva désigne des êtres ( sattva ), humains ou divins, qui ont atteint l'état d'éveil ( bodhi ). Ils devraient donc porter logiquement le nom de buddha (« éveillé ») et être à jamais libérés des contingences existentielles. Le bouddhisme cependant, spécialement sous sa forme du « Grand Chemin » (Mahāyāna), enseigne que certains buddhas suspendent, par compassion pour leurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bodhisattva/#i_44348

BOUDDHA ÉTAT DE

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 566 mots
  •  • 1 média

Désignant celui qui s'est éveillé, mais aussi celui qui a éveillé les autres, le terme « bouddha » ( buddha ) s'applique à l'homme qui a atteint le suprême et parfait Éveil complet (anuttarasamyaksambodhi), le samyaksambuddha. Personne n'est plus avancé que lui. Il dépasse le pratyekabuddha ou « buddha pour soi », qui atteint la bodhi et le nirvāṇa, mais sans en faire profiter les autres et sans p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-de-bouddha/#i_44348

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mahāyāna »  : […] Le Mahāyāna est un mouvement qui est issu des écoles anciennes, en est une évolution, mais s'est cependant opposé à elles en les groupant sous le nom péjoratif de Hīnayāna, « moyen inférieur de progression vers le salut », et en se donnant comme le « moyen supérieur ». Il a en effet, en acceptant les principales doctrines anciennes, ouvert plus largement d'autres voies, celles du sentiment et de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_44348

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Clandestins et rebelles »  : […] Nombreux étaient les courants bouddhiques où à la fois l'État et les écoles constituées pouvaient voir une source d'excès mettant en danger l'ordre social comme la saine doctrine bouddhique ; et les exemples ne sont pas rares au Japon où de véritables persécutions ont pu être imputées conjointement au bras séculier et au bras régulier. On sait que le tantrisme tel qu'il s'était développé en Inde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/#i_44348

EXTINCTION COMPLÈTE DU BOUDDHA

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 221 mots

L'Extinction complète ( parinirvāṇa ), c'est-à-dire « sans reste de conditionnement », qui scella, pour le Bouddha, l'arrêt de la servitude transmigratoire ( saṃsāra ) – au terme de 547 existences successives, selon la tradition – et son entrée dans un état de paix éternelle et ineffable, est le point de départ de toute la chronologie du bouddhisme. Symétrique de l'atteinte de l'Éveil ( bodhi ), c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extinction-complete-du-bouddha/#i_44348

HĪNAYĀNA ou PETIT VÉHICULE

  • Écrit par 
  • Dominique TROTIGNON
  •  • 1 492 mots

Dans le chapitre « Le bouddhisme des origines »  : […] Le terme yāna lui-même est assez peu employé dans la littérature bouddhique ancienne et généralement dans son sens matériel de « char ». Quand il se rapporte à l'enseignement du Bouddha, il apparaît sous la forme de «  ekayāna  » (véhicule –  yāna , unique – eka ) pour signifier qu'il est le seul enseignement capable de mener au-delà du samsāra – le cycle douloureux des naissances et des morts – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hinayana-petit-vehicule/#i_44348

HUINENG [HOUEI-NENG] (638-713)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 363 mots

Selon la tradition, sixième patriarche de l'école bouddhique du Dhyana et fondateur du courant dit du Sud de cette école. En réalité, Huineng, Cantonais quasi illettré, est le véritable fondateur du chan (zen, en japonais). Sa biographie est plutôt légendaire. Encore jeune, il perd son père et, pour nourrir sa mère, devient ramasseur de bois mort. Un jour, au marché, entendant quelqu'un réciter le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huineng-houei-neng/#i_44348

MAHĀYĀNA ou GRAND VÉHICULE

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 1 365 mots

L'appellation bouddhiste de Mahāyāna, traduite communément par « Grand Véhicule », est un terme polémique du bouddhisme. Avec son pendant péjoratif, le Hīnayāna (« Petit Véhicule »), le Mahāyāna forme un couple conceptuel qui, à l'instar de la distinction chrétienne entre Ancien et Nouveau Testament, reflète une vision progressiste de l'histoire religieuse et implique une hiérarchie, admise par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahayana-grand-vehicule/#i_44348

PRATYEKABUDDHA

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 390 mots

Dans la hiérarchie des saints du bouddhisme, les pratyekabuddha occupent une situation moyenne (madhya) entre les shrāvaka (auditeurs), qui obtiennent le salut d'un maître auprès duquel ils s'instruisent, et les samyaksambuddha, buddha à part entière. La vie du pratyekabuddha se passe tout entière dans la solitude (pratyeka). On l'appelle souvent, pour cette raison, khadgin, « rhinocéros ». L'accè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pratyekabuddha/#i_44348

TANTRISME

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 9 466 mots

Dans le chapitre « Le tantrisme bouddhique »  : […] Les pratiques et spéculations qu'on vient de voir sont aussi étrangères que possible à l'esprit du bouddhisme ancien, qui condamnait l'idolâtrie et la croyance à l'efficacité des rites. Elles se retrouvent pourtant, sous des formes très voisines, dans le Mahāyāna. Peut-être né – développé en tout cas – comme le tantrisme hindou dans la zone himalayenne, le bouddhisme tantrique a dû s'établir en I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tantrisme/#i_44348

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Śūnyatā et tathatā »  : […] Dans la prolixité de l'immense et fastueuse fable qui sert de substrat imaginaire aux développements doctrinaux du bouddhisme, le Mahāyāna se distingue à première vue du bouddhisme réputé ancien par la prééminence et l'amplification données à certains concepts, et par l'absence du volontarisme qui marque de son sceau l'ensemble des religions indiennes. Cela veut dire d'abord que, renonçant à la sc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_44348

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « BODHI ou ÉVEIL, bouddhisme », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bodhi-eveil/