ASCENDANCE, météorologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Les différents états d’équilibre

Les différents états d’équilibre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nuage : altocumulus lenticularis

Nuage : altocumulus lenticularis
Crédits : A. DiBilio/ Shutterstock

photographie

Nuages : altocumulus lenticularis en forme de tubes

Nuages : altocumulus lenticularis en forme de tubes
Crédits : T. Michel

photographie

Nuages : cumulus mediocris

Nuages : cumulus mediocris
Crédits : J.-P. Chalon

photographie

Tous les médias


L’instabilité convective

Dans l’atmosphère, les mouvements horizontaux sont en moyenne beaucoup plus rapides et transportent bien plus de matière que les mouvements verticaux. Pour marquer cette différence, en météorologie, on utilise généralement les termes « advection » pour désigner les transports horizontaux et « convection » pour les déplacements d’air verticaux, ascendants ou descendants.

L’instabilité convective correspond à une situation où toute parcelle d’air soulevée devient moins dense que son environnement et subit de ce fait une poussée d’Archimède vers le haut qui tend à l’éloigner encore de son niveau d’origine. À l’inverse, toute parcelle poussée vers le bas devient plus dense que son environnement et tend à poursuivre sa chute.

Par exemple, une parcelle d’air qui serait soulevée dans une atmosphère calme subit une pression qui diminue quand l’altitude augmente. L’air de la parcelle se détend alors pour occuper un volume de plus en plus grand, il se refroidit et devient de moins en moins dense. Comme une parcelle d’air en mouvement échange peu d'énergie avec son environnement, on peut considérer en première approximation que les transformations subies se font sans échange de chaleur avec le milieu extérieur, on parle alors de transformations adiabatiques. En dehors des nuages et des précipitations, en absence de condensation et d’évaporation, l’air de la parcelle (on parle alors parfois d’air sec, même si ce dernier contient une grande quantité de vapeur d’eau) voit sa température diminuer en moyenne de 10 0C par 1 000 mètres de soulèvement vertical. Ce taux de variation de la température avec l'altitude est dénommé gradient adiabatique sec. Si, dans une situation donnée, la décroissance de la température de l’environnement est supérieure à 10 0C par 1 000 mètres d’altitude, alors toute parcelle d’air soulevée aura une température plus élevée que celle des milieux rencontrés au cours de son ascension ; elle sera donc moins dense que ces derniers et sa vitesse verticale sera renforcée du fait de la poussée d’Ar [...]

Formation des nuages convectifs

Formation des nuages convectifs

Dessin

Au centre de la figure, la courbe rouge représente les températures de l'environnement. La courbe verte, dessinée en trait plein dans les basses couches puis en tiretés en altitude, représente la température des parcelles d'air ascendant, qui suit un gradient adiabatique sec jusqu'au niveau... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ASCENDANCE, météorologie  » est également traité dans :

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Christian PERRIN DE BRICHAMBAUT
  •  • 7 460 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Nuages thermoconvectifs »  : […] Hormis les cas de convection forcée qui viennent d'être envisagés et que nous reverrons à propos des systèmes frontaux, la convection thermique reste normalement à l'origine des nuages convectifs cumuliformes . Selon le degré de stabilité de la masse d'air, mais aussi selon l'échauffement de la surface du sol, des « bulles » d'air chaud se forment, de dimensions assez variables, et s'élèvent au s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atmosphere-thermodynamique/#i_20220

DÉPRESSION, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 3 414 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les dépressions thermiques »  : […] Les dépressions thermiques se développent généralement dans les régions bénéficiant d’un meilleur ensoleillement ou d’une meilleure capacité à absorber le rayonnement solaire que les régions voisines. Moins dense que son environnement, l’air réchauffé au contact de la surface monte sous l’effet de la poussée d’Archimède, ce qui réduit la pression exercée à cet endroit. Un tel processus est renfo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depression-meteorologie/#i_20220

ÉQUATORIAL MILIEU

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yves GAUTIER, 
  • Emmanuelle GRUNDMANN
  •  • 6 366 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les causes générales »  : […] Un certain nombre de causes générales rendent compte de l'apparition de ce type de climat aux basses latitudes. Bien qu'elles ne soient pas les seules, il vaut la peine de les citer. L' activité solaire très importante est évidemment la première. Le Soleil monte très haut sur l'horizon tous les jours de l'année et atteint le zénith au moment des équinoxes. Cela permet des apports considérables de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-equatorial/#i_20220

NUAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON, 
  • André VIAUT
  •  • 5 903 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Composition des nuages »  : […] Les nuages proviennent de la condensation de la vapeur d'eau contenue dans l'air sur des aérosols (particules liquides ou solides en suspension). Cette condensation sous forme de gouttelettes d'eau liquide ou de cristaux de glace est toujours la conséquence d'un refroidissement de l'air résultant le plus souvent de la détente subie par un certain volume d'air humide qui s'élève dans l'atmosphère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuages/#i_20220

ORAGES

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 247 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le cumulo-nimbus, nuage d'orage »  : […] Le cumulo-nimbus , nuage dense et puissant, à extension verticale considérable, en forme de montagne ou d'énorme tour, est le seul type de nuage capable de donner des orages de pluie, de neige ou de grêle. Une partie au moins de sa région supérieure est généralement lisse, fibreuse et striée et presque toujours aplatie ; cette partie cirriforme s'étale souvent en forme d'enclume ou de vaste panach […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orages/#i_20220

PRÉCIPITATIONS, météorologie

  • Écrit par 
  • Léopold FACY
  •  • 5 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mécanisme de formation de la grêle »  : […] La grêle est un phénomène mal connu et très combattu dans toutes les régions du monde en raison de ses effets dévastateurs sur les récoltes. De plus, la grêle est un phénomène capricieux : présente chaque année ou presque dans certaines régions, elle est rarissime ailleurs. Des grêlons ou amas de grêlons dépassant le kilogramme ont parfois été signalés, mais le physicien des nuages se refuse parf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precipitations-meteorologie/#i_20220

RELIEF ONDES DE

  • Écrit par 
  • Guy POURSIN
  •  • 106 mots

Le relief détermine, dans tout vent qui le franchit, des ondulations verticales qui provoquent un système d'ondes stationnaires dont la longueur d'ondes est en rapport direct avec la vitesse du vent ; ces ondes de relief présentent, au ventre, une alternance d'ascendances et de subsidences. Les ondes de relief ont une position fixe par rapport au sommet du relief qui les dét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ondes-de-relief/#i_20220

TORNADES ET TROMBES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 815 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Formation des tornades »  : […] Des tornades ou des trombes peuvent se développer dans les systèmes nuageux produisant des conditions météorologiques sévères comme les bandes de front froid, les lignes de grains ou les cyclones tropicaux. Mais les tornades plus destructrices trouvent leur origine dans les supercellules orageuses (ou supercells en anglais) particulièrement sévères, qui sont associées à des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tornades-et-trombes/#i_20220

VOL ANIMAL

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 8 251 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Vol plané »  : […] Le vol plané est très utilisé par les oiseaux de grande taille, pour des raisons développées précédemment. Les oiseaux à faible charge alaire peuvent planer lentement avec de faibles vitesses de chute et exploiter ainsi de faibles ascendances. Au contraire, une forte charge alaire permet de planer vite sans nécessiter un angle de plané trop fort. Les ascendances de relief (falaises de bord de mer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vol-animal/#i_20220

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « ASCENDANCE, météorologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascendance-meteorologie/