ART SOUS L'OCCUPATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Spoliation des œuvres d'art

Spoliation des œuvres d'art
Crédits : Hulton Getty

photographie

Max Jacob

Max Jacob
Crédits : Sasha/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Le grand retour

Si l'art fut utilisé par le pouvoir économique et politique, il était, depuis longtemps, largement appelé au chevet de la nation malade et sommé de redescendre sur la place publique par les critiques et les artistes eux-mêmes. À gauche comme à droite, dès le début des années 1930, on n'avait cessé de rappeler à l'artiste sa mission de citoyen engagé au service du « peuple » ou de la « masse ». Le milieu artistique avait ressenti la « crise de l'art » en s'accusant lui-même de s'être exilé dans sa tour d'ivoire.

Au-delà des divergences, on s'accordait volontiers sur certaines questions récurrentes : réconciliation avec le public, instrumentalisation de l'art au profit d'une révolution de la société et des individus. Le paradoxe voulait que « l'art pour tous », défendu initialement par la gauche dans les années 1930, se retrouve le cheval de bataille des droites au pouvoir. De la même façon, la volonté de donner à l'art des dimensions plus lisibles et édifiantes était largement partagée : on souhaitait le retour à la monumentalité et aux traditions (fresque ou tapisserie), d'autant plus que le sentiment de la décadence française nourrissait l'imaginaire d'un âge d'or où l'on respectait le beau métier et les cadences humaines. Contre le machinisme grandissant, les maréchalistes n'étaient pas seuls à dénoncer la perte des valeurs traditionnelles. On revendiquait le retour aux sources, à l'élémentaire, aux matières ancestrales.

Même les modernes, à leur façon, puisaient dans le détournement des matériaux une sorte de joie primitiviste. La culture savante et ses canons n'avaient pas su éviter la catastrophe. En outre, la situation de pénurie de matières traditionnelles, de même que le retour forcé à la campagne invitait les artistes à improviser. Magnelli, à Grasse, inventait, faute de toiles, ses bois gravés, papiers froissés et collages ; Domela, affamé à Paris, récupérait des matériaux au rebut dans les poubelles des boutiques parisiennes ; Victor Brauner, dans les Basses-Alpes, peignait à la cire et à la bougie.

Le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages


Écrit par :

  • : professeur des Universités, enseignante à l'université de Picardie et à l'Institut politique de Paris

Classification


Autres références

«  ART SOUS L'OCCUPATION  » est également traité dans :

LE CORBEAU, film de Henri-Georges Clouzot

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 160 mots

Produit durant la période de l'Occupation, sous contrôle allemand, par la firme Continental, second film d'un jeune réalisateur que vient de révéler le divertissement policier L'assassin habite au 21 (1942), Le Corbeau est un pamphlet, dans lequel une campagne de lettres anonymes fait « tomber les masques ». Henri-Georges Clouzot (1907-1977) venait de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-corbeau/#i_97951

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La vague des réalismes »  : […] Deux lignes de crête s'imposent au-dessus de ce tout-venant. La première est née du mariage réputé impur du cinéma et du théâtre, qu'ont réussi parallèlement Sacha Guitry (1885-1957) et Marcel Pagnol (1895-1974). Le premier a construit ses films ( Le Roman d'un tricheur en 1936, Les Perles de la couronne en 1937) sur une parole brillante (sa voix) qui st […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/#i_97951

SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)

  • Écrit par 
  • Didier SCHULMANN
  •  • 4 764 mots

Dans le chapitre « L'état de la question au cours des années 1990 »  : […] Lorsque, à la fin de l'année 1995, Hector Feliciano publie les résultats de son enquête, que sait-on exactement du « phénomène » de la spoliation des œuvres d'art ? Dans le détail de son déroulement, de son étendue, de ses conséquences et de la façon dont la question a été traitée – et considérée comme étant globalement résolue – à la fin de la guerre, on ne sait plus grand-chose. Le seul ouvrage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spoliation-des-oeuvres-d-art-france/#i_97951

PATRIMOINE CULTUREL ET CONFLITS ARMÉS

  • Écrit par 
  • Julien ANFRUNS
  •  • 3 404 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La Seconde Guerre mondiale et les exactions à grande échelle contre les biens culturels »  : […] Les crimes commis durant la Seconde Guerre mondiale n’ont en rien épargné les biens culturels. Les exemples à citer seraient trop nombreux ; on retiendra autant les exactions dues à la mise en place, sous le régime nazi, d’un système organisé de spoliation que les destructions issues des affrontements et des bombardements de la guerre. Sur le premier point, on relèvera, entre autres, qu’ au print […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-culturel-et-conflits-armes/#i_97951

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurence BERTRAND DORLÉAC, « ART SOUS L'OCCUPATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sous-l-occupation/